Go to main content

Renato de retour au travail et dans sa maison

Limiter l’impact des catastrophes naturelles sur la population
Philippines

Renato, sa femme et leurs six enfants profitent à nouveau de leur maison. Cela fait plus d’un an que le typhon Haiyan, l’un des plus violents jamais enregistrés, s’est abattu sur les Philippines, tuant près de 8 000 personnes et détruisant de nombreuses habitations. Sa famille a bénéficié de l’aide de Handicap International pour reconstruire sa maison et reprendre son travail.

Renato et sa famille dans leur maison reconstruite

© Handicap International

La maison de Renato enfin reconstruite © Handicap InternationalLa veille du passage du typhon Haiyan, début novembre 2013, Renato et sa famille avaient dû fuir leur quartier afin de se réfugier dans une zone plus sûre. La tempête passée, il leur a fallu quatre jours au lieu d’une demi-journée pour rentrer chez eux, car la rivière était trop haute pour la traverser. « Heureusement, nous avons été évacués une fois arrivés, car notre maison était totalement détruite et des arbres s’effondraient de tous les côtés », raconte Renato. Pour se loger, la famille a dû construire un abri de fortune.

Renato n’a pas seulement perdu sa maison dans le typhon, mais également tout le matériel nécessaire à son travail de masseur, la seule source de revenus de son foyer. Pendant les mois qui ont suivi la catastrophe, la famille n’avait plus de rentrée d’argent et dépendait de l’aide des organisations humanitaires. C’est pourquoi Renato a également bénéficié d’un projet de Handicap International visant à aider les familles les plus pauvres à retrouver leurs moyens de subsistance détruits par le typhon. L’aide financière apportée par l’association lui a ainsi permis de racheter du matériel et de relancer son entreprise de massages.

"Notre vie est bien plus confortable"

Après le passage du typhon Haiyan, Handicap International avait d’abord fourni à la famille une aide d’urgence composée d’une tente, d’un kit d’hygiène et d’un kit de cuisine. Puis Renato a commencé à reconstruire sa maison avec les moyens du bord. L’association lui a alors apporté une aide financière lui permettant d’acheter les matériaux nécessaires et de terminer sa maison.

Le père de famille a en outre reçu une canne blanche, qui lui permet de se déplacer plus facilement malgré sa déficience visuelle. « Nous sommes très heureux d’avoir notre nouvelle maison ; notre vie est bien plus confortable maintenant. Nous avons de vrais murs au lieu de bâches, et un toit au-dessus de nos têtes. Nous n’avons plus peur qu’un arbre s’effondre sur nous ! »

Lire aussi : 
> Préparer les personnes handicapées aux catastrophes naturelles
> Les 14 petits cochons d'Erlinda

 

Publié le : 24 août 2015
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Typhon Haiyan, 5 ans après
© Till Mayer / HI
Urgence

Typhon Haiyan, 5 ans après

Le 8 novembre 2013, le typhon Haiyan frappait les Philippines et affectait plus de 15 millions de personnes. Cinq ans après le début de son intervention, Handicap International soutient toujours les victimes de la catastrophe.

Aider les Philippins touchés par le typhon à se relever
© HI
Urgence

Aider les Philippins touchés par le typhon à se relever

Le typhon Mangkhut, qui a frappé les Philippines le 15 septembre dernier, a affecté plus d’un million de personnes. Handicap International soutient les populations touchées. Plus de 1 500 travailleurs ont nettoyé des routes encombrées par les gravats et ont reçu une aide financière. Au total, quelque 40 000 personnes ont bénéficié de l'action de HI à ce jour.

Mangkhut : "Quand le typhon est arrivé, c’était la panique"
© HI
Urgence

Mangkhut : "Quand le typhon est arrivé, c’était la panique"

Le typhon Mangkhut, qui a frappé le Nord des Philippines, a fait perdre la vie à plus de soixante personnes, en a affecté près d’un million et a détruit de nombreuses cultures. Des experts urgentistes de Handicap International rencontrent des victimes afin d’identifier leurs besoins. Florabel, 37 ans, témoigne.