Go to main content

Réfugiés : n’oublions pas les plus fragiles !

Secourir les déplacés et/ou les réfugiés
Irak Jordanie Liban Syrie

Les victimes de la crise syrienne représentent un nombre de déplacés et de réfugiés jamais égalé. Handicap International rappelle l'importance de porter assistance à ces populations démunies, et en particulier aux plus fragiles comme les personnes handicapées, les enfants et les personnes âgées.

Fillette syrienne, réfugiée au Liban. Amputée après avoir reçu des éclats d'explosifs dans la jambe en Syrie, elle est aidée par Handicap International.

© Elias Saade / Handicap International

Plus de 59 millions de personnes déracinées sont recensées dans le monde, soit le nombre le plus important depuis la Seconde Guerre mondiale. Autant de victimes qui fuient la violence armée, les catastrophes, les difficultés économiques ou climatiques et qui dépendent de l’aide humanitaire pour survivre. 

À lui seul, le conflit syrien a contraint plus de 11 millions de personnes à se déplacer dans le pays ou à trouver refuge dans les états voisins. Handicap International leur porte assistance en Jordanie, au Liban, en Irak et en Syrie à travers des actions de réadaptation physique, de soutien psychologique, de distribution d’urgence ou encore d’éducation aux risques pour prévenir les accidents liés aux armes explosives. Depuis 2012, plus de 360 000 de personnes ont bénéficié de cette aide. C’est notamment le cas de Mohamad, 32 ans, réfugié au Liban. Amputé suite au bombardement de sa maison en Syrie, il a été appareillé par l’association en 2014.

Retrouvez le témoignage émouvant de ce jeune père de famille. 

 

 

Publié le : 6 septembre 2015
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« Ma passion : travailler avec les enfants »
© Oriane van den Broeck / HI
Réadaptation Santé

« Ma passion : travailler avec les enfants »

Sina est ergothérapeute dans le centre de rééducation de l’hôpital Princesse Basma en Jordanie. Depuis que Handicap International y a créé un département pédiatrique spécialisé dans les troubles neurologiques, elle s’occupe d’enfants souffrant de paralysie cérébrale.

Esra, kinésithérapeute : "Un changement positif pour l'enfant et sa famille"
© Oriane van den Broeck / HI
Réadaptation

Esra, kinésithérapeute : "Un changement positif pour l'enfant et sa famille"

Esra est kinésithérapeute au centre de rééducation de l’hôpital de la Princesse Basma, à Irbid en Jordanie. En collaboration avec Handicap International, un département pédiatrique spécialisé dans la prise en charge des maladies neurologiques a été créé.

"Avant mes enfants, je ne pensais pas à mon amputation"
© O. Van de Broeck / HI
Insertion Mines et autres armes Réadaptation

"Avant mes enfants, je ne pensais pas à mon amputation"

Un jour en Syrie, Ibrahim a entendu des échanges de tirs près du lieu où il se trouvait. Il a fui du côté opposé. C’est là que les bombes sont tombées. Blessé par un éclat d’obus à la jambe, Ibrahim a été transféré en Jordanie où il s’est fait amputer. Handicap International l’a ensuite appareillé d’une nouvelle prothèse.