Go to main content

Reconstruire Gaza, des gravats aux immeubles accessibles

Rendre accessibles les lieux publics
Palestine

Erika Trabucco est spécialiste de la reconstruction et de la mise en accessibilité des bâtiments pour Handicap International. De mars 2015 à avril 2016, cette architecte a travaillé dans la bande de Gaza où elle a notamment contribué à la reconstruction d’un hôpital spécialisé dans la prise en charge des personnes handicapées. Rencontre.

Construction d'un pavillon accessible pendant un atelier à Gaza organisé par Handicap International

© E. Trabucco / Handicap International

À quoi ressemblait la bande de Gaza à ton arrivée ?

Portrait d'Erika Trabucco, architecte pour Handicap International dans la bande de Gaza pour la reconstruction et la mise en accessibilité de bâtimentsErika Trabucco : Gaza n’a pas été entièrement détruite mais certains quartiers du Sud et de l’Est ont subi d’importants dégâts à la suite du conflit de juillet 2014. De nombreux bâtiments ont été sérieusement endommagés avec d’importantes conséquences sur les conditions de vie des habitants. 180 000 personnes ont quitté leurs maisons pour fuir le conflit ; près de deux ans après, beaucoup de familles n’ont toujours pas pu rentrer chez elles.

Quelle a été ta mission ?

Erika Trabucco : Je suis arrivée en mars 2015 et notre priorité était de réhabiliter et de rendre accessible les infrastructures essentielles dédiées aux personnes handicapées vivant dans la bande de Gaza. Par exemple, le conflit d’août 2014 a dévasté un complexe comprenant une école et un hôpital à Gaza City. L’hôpital offrait des services de réadaptation physique, entre autres, à près de 14 000 personnes handicapées. Nous avons entrepris de le réhabiliter entièrement. Aujourd’hui, il est de nouveau opérationnel.

L’autre aspect de ma mission, le plus important peut-être, était de renforcer l’accessibilité des bâtiments publics ainsi que de maisons privées pour les personnes handicapées vivant dans la bande de Gaza, en formant les ingénieurs et le personnel des entreprises de construction. De plus, l’un des problèmes majeurs réside dans la difficulté de s’approvisionner en matériaux de construction comme le ciment. Les fournisseurs sont extrêmement dépendants des importations, qui sont particulièrement chères et nécessitent des procédures très longues avant d’obtenir l’autorisation d’entrer sur le territoire de la bande de Gaza. Pour la reconstruction de la clinique, nous avons décidé de nous approvisionner exclusivement sur le marché local. Nous avons aussi voulu explorer à petite échelle la possibilité de réutiliser des matériaux recyclés pour la réalisation de petits bâtiments.

Quelles ressources étaient disponibles sur place ?

Erika Trabucco : Il y avait évidemment la réutilisation de techniques existantes, comme les murs en terre ou en sacs de sable. Je voulais aussi explorer toutes les ressources provenant des bâtiments détruits par le conflit. On peut recréer des murs en « recyclant » les gravats par exemple. Ensuite, il y a les déchets, des pneus usés, des bouteilles en plastique vides… Réutiliser les déchets comme matériaux de construction pourrait contribuer à ancrer le recyclage dans une zone souvent très polluée.

A-t-il été difficile de sensibiliser les techniciens à l’accessibilité et à l’utilisation de matériaux recyclés ?

Erika Trabucco : Nous avons sensibilisé les entreprises du bâtiment aux normes de construction et d’accessibilité, qui sont notamment mentionnées dans la Loi palestinienne sur les droits des personnes handicapées de 1999. Elle est malheureusement très peu respectée, mais les techniciens formés ont montré un fort intérêt pour le sujet et je suis optimiste : ils seront plus attentifs aux besoins spécifiques des personnes qui vivent avec un handicap.

Nous avons également fait un pari sur l’avenir : Handicap International a organisé un atelier avec 70 étudiants en génie civil de l’Université de Palestine, avec autant de filles que de garçons. Nous les avons formés aux normes d’accessibilité en leur faisant utiliser des gravats et des produits recyclés. Ils ont notamment construit un pavillon témoin qui montre que des technologies différentes sont également utilisables à Gaza, et que l’accessibilité peut être atteinte, même avec un budget réduit et des moyens limités.

Quels ont été les effets positifs de ce travail ?

Erika Trabucco : Aujourd’hui, l’accessibilité n’est clairement pas une priorité pour les entreprises de construction dans la bande de Gaza. Avec la sensibilisation des ingénieurs actuels et futurs, je pense que l’on pourra améliorer cela. L’atelier a eu énormément de retombées positives, ne serait-ce que chez les élèves. Au niveau de la méthode de travail, le recyclage des déchets et des gravats dans la construction permet de réaliser des ouvrages à moindre frais. Pour de petits ouvrages, c’est l’une des solutions les plus efficaces que je connaisse. Par exemple, dans le cadre de ce projet, Handicap International a construit une aire de jeu dans une école spécialisée pour les enfants handicapés à Rafah, dans le Sud de la bande de Gaza.

Dans le contexte particulier de Gaza, cela pourrait permettre aux personnes, surtout les plus démunies, d’avoir accès à des matériaux de construction plus facilement, plus rapidement aussi. Cela renforce leur capacité de réaction. Ils pourraient construire ou reconstruire de petits bâtiments en autonomie, sans devoir acheter trop de matériaux ni devoir nécessairement se référer à une entreprise. Enfin, sur le plan professionnel, cette expérience dans la bande de Gaza m’a permis de tirer de nombreux enseignements. On devrait pouvoir répliquer ces méthodes de construction dans d’autres contextes, par exemple dans des pays affectés par des catastrophes naturelles.

Le projet de Handicap International
Erika Trabucco a travaillé dans le cadre du projet pilote PEER (« Post-Emergency and Early Recovery intervention to improve access to essential services in the Gaza Strip for most vulnerable individuals and families » – Intervention de post-urgence et de relèvement précoce pour améliorer l’accès des familles vulnérables aux services essentiels dans la bande de Gaza), soutenu par l’Agence Française de Développement. Le projet a notamment permis de réhabiliter l’hôpital de la Society for Physically Handicapped People (SPHP) de Gaza, de former et d’apporter un soutien technique aux ingénieurs et organisations actives dans la bande de Gaza sur l’accessibilité des bâtiments publics.
Publié le : 31 mai 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Une organisation partenaire de HI endommagée par des frappes aériennes
© HI
Solidarité

Une organisation partenaire de HI endommagée par des frappes aériennes

Une des organisations partenaires de Handicap International à Gaza a vu son travail perturbé suite à des dommages causés par des frappes aériennes à proximité de ses locaux.

"Je ne peux plus prendre mes enfants dans mes bras comme avant"
© Hardy Skills / HI
Réadaptation Urgence

"Je ne peux plus prendre mes enfants dans mes bras comme avant"

Handicap International vient en aide à des centaines de victimes de la violence à Gaza. Découvrez les défis quotidiens auxquels sont confrontées les personnes blessées et leurs familles, comme Mohammed qui a reçu une balle dans la jambe et a besoin de soins et de suivi.

Le long parcours d’Alaa, blessé par balle
© Hardy Skills / HI
Réadaptation Urgence

Le long parcours d’Alaa, blessé par balle

Une blessure par balle conduit le patient dans un long parcours médical. Après une opération, la rééducation nécessaire pour retrouver de la mobilité peut prendre des mois, voire des années. Une longue convalescence qui engendre une invalidité temporaire et rend le patient inapte au travail. Alaa fait partie de ces centaines de blessés par balle à Gaza. Il a commencé sa rééducation avec Handicap International.