Go to main content

Rapport de Handicap International sur l’utilisation d’armes explosives en Syrie : une menace dans la durée pour les civils

Secourir les victimes
Syrie

5,1 millions de Syriens dont 2 millions d’enfants affrontent le danger des armes explosives utilisées dans les zones peuplées. C’est le terrible constat révélé dans le rapport réalisé par Handicap International : «  Utilisation d’armes explosives en Syrie : un héritage mortel ». L’association exhorte la communauté internationale à réagir d’urgence.

Restes explosifs de guerre dans la ville de Kobané en Syrie, avril 2015.

© Philippe Houillat / Handicap International

75 % des incidents d’armes explosives – roquettes, obus, bombes aériennes, engins improvisés… - se produisent dans des zones peuplées. L’emploi de ces armes dans un tel contexte est interdit par les traités internationaux et les conséquences sont cruelles pour les civils.

En raison de leurs effets de souffle ou de fragmentation, les armes explosives tuent ou causent des blessures complexes. Leur large utilisation, associée à l’absence de prise en charge chirurgicale appropriée en Syrie, a des conséquences dévastatrices sur la vie des personnes. Si les blessures ne sont pas correctement traitées, le patient risque de ne pas se rétablir complètement et de développer des handicaps durables. Avec plus d’un million de blessés en Syrie, c’est toute une génération qui souffrira des séquelles de ces armes.

 Anne Garella, coordinatrice régionale de Handicap International.

Ce rapport souligne également l’urgence d’agir pour protéger les civils contre l’utilisation d’armes explosives. Toutes n’explosent pas à l’impact et contaminent pendant des années les lieux de vie en menaçant les populations.

Il faut immédiatement mettre en place des projets d’éducation aux risques afin d’éviter de nouveaux accidents et conduire des formations dans les communautés afin de sensibiliser les populations locales, déplacées et rapatriées. La communauté internationale doit prendre conscience de l’étendue du problème et prévoir des projets de dépollution et de déblaiement des décombres dans les zones fortement contaminées.

conclut Anne Garella.

Pour plus d’informations, téléchargez le rapport complet

Publié le : 12 mai 2015
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Urgence humanitaire dans le Sud de la Syrie
© Elisa Fourt / HI
Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Urgence humanitaire dans le Sud de la Syrie

Le nombre de Syriens ayant fui le conflit dans le Sud de la Syrie a été multiplié par quatre ces derniers jours, passant d’environ 60 000 à 272 000 civils. D’après le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (BCAH), la plupart se dirigent vers le plateau du Golan qui borde Israël. Quelque 60 000 civils rejoignent la frontière sud avec la Jordanie.

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives
© Martin Crep / HI
Mines et autres armes

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines le 4 avril, Handicap International s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par ces armes en 2016, et le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017.

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"
© Philippe de Poulpiquet / HI
Réadaptation Santé

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"

Molham avait à peine 9 ans lorsqu’il a été blessé par une balle perdue à Homs, en Syrie. Sa famille a fui les combats et s’est réfugiée en Jordanie. Handicap International fournit des séances de réadaptation au jeune garçon qui bénéficie également d’un soutien psychologique.