Go to main content

Pyramides de chaussures 2013 : Forte mobilisation des français pour dire NON à la guerre après la guerre !

Déminer les terres
Syrie

Paris, le 28 septembre 2013. Cette année encore, les citoyens français se sont mobilisés à travers tout le pays pour dénoncer les mines antipersonnel et les bombes à sous-munitions (BASM), des armes interdites, pourtant au coeur de l'actualité dans le conflit syrien. Avec plus de 51 000 nouvelles signatures collectées ce jour pour sa pétition d'interdiction, Handicap International dépasse aujourd'hui la barre des deux millions d'indignés.

Lancé d'une chaussure

© P.Grappin / Handicap International

28 Pyramides de chaussures se sont érigées ce samedi partout en France, symboles du combat de Handicap International contre les mines et les BASM. L'objectif est de rappeler au grand public que plus de 80 pays sont toujours pollués par des restes explosifs de guerre (REG)1 qui tuent ou mutilent une personne toutes les deux heures dans le monde. Parmi elles, 72% sont des civils dont 42% d'enfants !

Cette 19e édition dénonçait en particulier l'utilisation de mines antipersonnel et des BASM par les forces gouvernementales de Bachar El Assad en Syrie. Aujourd'hui interdites par deux Traités internationaux2, ces armes sont décriées par la communauté internationale et reconnues comme des menaces mortelles pour la population civile pendant et après les combats.

Au désastre humanitaire qui se joue actuellement en Syrie, s'ajouteront, dès la fin des combats, les conséquences tragiques de la présence de ces armes : une fois rentrés dans leur pays, les syriens seront confrontés aux dangers mortels qu'elles représentent. Ces armes de lâches entretiendront la guerre après la guerre pour les civils syriens.

Afin d'anticiper le retour de la population syrienne dans son pays, Handicap international dispense dès maintenant des séances de prévention à destination des réfugiés en Jordanie et au Liban. Dès que les conditions seront réunies, elle interviendra en Syrie afin de « dépolluer » les terres contaminées et permettre aux habitants de retrouver une vie sans danger.

Samedi 28 septembre, 45 000 personnes ont signé la pétition adressée à la France pour qu'elle reste mobilisée sur la nécessité d'obtenir l'interdiction totale et universelle de ces armes : 11 000 signataires à Lyon (69), 7000 à Paris (75), 2700 à Coudekerque (59), 2600 à Nancy (54), 1600 à Cannes (06) 1300 à Chambéry (73).

« Nous devons rester mobilisés pour que les millions de personnes concernées par la présence de ces armes dans leurs pays cessent de subir les stigmates de la guerre ! » déclare Jean-Marc Boivin, directeur général de Handicap International. Au-delà des drames humains qu'elles provoquent, des millions de victimes « invisibles » subissent aussi leurs conséquences. Ces armes représentent en effet une entrave majeure au développement des pays pollués, dont l'économie repose majoritairement sur l'agriculture.

--------------------

1 Le terme restes explosifs de guerre est utilisé pour désigner différents types d'engins non explosés – comme des grenades, des obus, des roquettes ou encore des sous-munitions – qui peuvent demeurer actifs et dangereux après leur utilisation

2 Traité d'Ottawa en 1997 et Traité d'Oslo en 2008 interdisant respectivement les mines et les BASM

Publié le : 28 septembre 2013
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

"Avant mes enfants, je ne pensais pas à mon amputation"
© O. Van de Broeck / HI
Insertion Mines et autres armes Réadaptation

"Avant mes enfants, je ne pensais pas à mon amputation"

Un jour en Syrie, Ibrahim a entendu des échanges de tirs près du lieu où il se trouvait. Il a fui du côté opposé. C’est là que les bombes sont tombées. Blessé par un éclat d’obus à la jambe, Ibrahim a été transféré en Jordanie où il s’est fait amputer. Handicap International l’a ensuite appareillé d’une nouvelle prothèse.

"Notre plus grande dépense : les médicaments"
© O. Van de Broeck / HI
Insertion Réadaptation

"Notre plus grande dépense : les médicaments"

Au début de la guerre en Syrie, Hussein et sa famille ont quitté leur ville natale pour se réfugier en Jordanie. Depuis plusieurs années, il enchaîne les complications médicales. Grâce au partenariat de Handicap International avec un centre de réadaptation local, l'arthrose du genou dont il souffre est maintenant prise en charge par une équipe de kinésithérapeutes.

Crise syrienne : comprendre les difficultés des réfugiés handicapés
© O. Van de Broeck / HI
Insertion Réadaptation

Crise syrienne : comprendre les difficultés des réfugiés handicapés

HI a mené une enquête en 2018 pour comprendre la situation des personnes handicapées parmi les réfugiés syriens en Jordanie et au Liban, et les obstacles qu’elles rencontrent dans leur accès à l’aide humanitaire. Réfugiés en Jordanie, Zyad et sa famille ont fait partie des personnes interviewées.