Go to main content

Prévenir pour éviter le pire

Lutter contre les mines, les BASM et restes explosifs de guerre
Palestine

Depuis mars 2015, les équipes d’éducation aux risques des restes explosifs de guerre (REG) de Handicap International font un important travail de sensibilisation dans la bande de Gaza.

Handicap International fait un important travail de sensibilisation aux  risques des restes explosifs de guerre (REG) dans la bande de Gaza.

© Simon Elmont / Handicap International

Un an après le terrible conflit qui a tué plus de 2 200 personnes dont une grande majorité de civils, et blessé plus de 10 000 autres, la situation reste critique pour plus d’un million d’habitants. Des engins de guerre non explosés abandonnés dans les décombres sont une menace permanente pour la population civile et les travailleurs humanitaires.

Depuis mars 2015 :

  • 18 565 personnes ont été sensibilisées dans les rues à travers 1 766 séances de sensibilisation (faites par Handicap International ou par des organisations communautaires formées par l’association ;
  • 30 enseignants ont été formés pour sensibiliser des élèves dans 30 écoles primaires.

 

> Voir l'album photos

 Lire aussi :

> Un an après la guerre, la menace mortelle des engins explosifs

> Hamza et sa famille ont évité une catastrophe

 

Publié le : 7 janvier 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« Après la blessure, je continue à souffrir »
© Abedelrahman Abu Hassanien / HI
Réadaptation

« Après la blessure, je continue à souffrir »

Blessé aux deux jambes par une balle, Nehad commence avec Handicap International un long parcours pour sa rééducation.

« J’avais perdu l’espoir de retrouver une vie normale »
© Abedelrahman Abu Hassanien / HI
Réadaptation

« J’avais perdu l’espoir de retrouver une vie normale »

Ahmad, 16 ans, a été gravement blessé à la jambe par une balle. Alors cloué au lit, il se sentait très seul. Handicap International lui apporte son soutien et l'a aidé à retrouver une vie sociale.

99 % des victimes de sous-munitions sont des civils
© Philippa Poussereau / HI
Lutter contre les mines, les BASM et restes explosifs de guerre

99 % des victimes de sous-munitions sont des civils

Le rapport 2018 de l’Observatoire des sous-munitions fait état d’une baisse importante du nombre de victimes entre janvier 2017 et août 2018. Cette avancée notable occulte néanmoins une réalité inacceptable : la quasi totalité des victimes de ces armes barbares sont des civils.