Accès direct au contenu
 
 

8 000 réfugiés au Burundi : les besoins sont considérables

Secourir les déplacés/réfugiés
Burundi République démocratique du Congo

Suite aux affrontements actuels qui ont lieu à l’Est de la République démocratique du Congo, plus de 8 000 personnes se sont réfugiées dans le Sud du Burundi depuis le 24 janvier. Handicap International a évalué les besoins des populations affectées, en collaboration avec l’ONG Terre des Hommes, et se tient prête pour une intervention d’urgence si les financements le permettent.

Les enfants représentent 65 % des réfugiés de RDC arrivés au Burundi

Les enfants représentent 65 % des réfugiés de RDC arrivés au Burundi | © Terre des Hommes / HI

Plus de 8 000 personnes ont quitté le Sud-Kivu (territoire du Fizi), dans l’Est de la République démocratique du Congo, et sont actuellement réfugiées sur la côte ouest du lac Tanganyika, à Rumonge, dans le Sud-Ouest du Burundi. Certaines d’entre elles ont été transférées par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés dans les camps de Cankuzo, Songore et Nyabitare. Les équipes évaluent actuellement la présence de réfugiés dans la province de Makamba.

Protéger les enfants

Handicap International, qui intervient au Burundi depuis 25 ans, s’est rendue dans la province de Rumonge avec l’ONG Terre des Hommes, afin d’évaluer les besoins des populations affectées. D’une part, il y a un manque criant d’accès aux services de base : manque de logement, de nourriture et d’accès à l’eau. De plus, les populations réfugiées ont besoin de kits non alimentaires tels que des couvertures, des moustiquaires, des matelas et du matériel pour cuisiner. Le manque d’accès aux infrastructures sanitaires (dont les latrines) renforce le risque d’épidémies de choléra.

Enfin, de nombreux enfants (65 % de cette population réfugiée) ne sont pas accompagnés de leur famille. Ils sont donc particulièrement exposés aux risques de violence ou à l’abandon. Renforcer leur protection est donc primordial.

« Les besoins des populations réfugiées, dont le nombre ne fait qu’augmenter, sont considérables. Nous avons besoin de financements afin d’envisager une intervention d’urgence pour venir en aide aux personnes les plus fragiles. »

Patrick Kelders, responsable projets Afrique des Grands Lacs

Publié le : 31 janvier 2018
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Syrie : neuf ans de violences, le chaos humanitaire
© Bahia Z. / HI
Mines et autres armes Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Syrie : neuf ans de violences, le chaos humanitaire

Alors que près d'un million de personnes – principalement des femmes et des enfants – ont fui les combats et les bombardements à Idlib en Syrie, Handicap International appelle les États à s'engager pleinement dans le processus diplomatique international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. La situation actuelle constitue l’une des pires crises humanitaires depuis le début du conflit en 2011.

Au Nord Kivu, plus de 1 600 victimes de conflit ont bénéficié de réadaptation d'urgence
© Patrick Meinhardt / HI
Réadaptation Urgence

Au Nord Kivu, plus de 1 600 victimes de conflit ont bénéficié de réadaptation d'urgence

Pendant deux ans, les kinés et psychologues de Handicap International se sont rendus dans des zones du Nord Kivu où l'insécurité est très élevée afin de venir en aide à plus de 1 600 victimes de conflit. À Rutshuru, l'association était la seule ONG à proposer des soins de réadaptation d’urgence. Retour sur un projet d'envergure.

« Je fais de mon mieux, mais j'ai tellement peur »
© Patrick Meinhardt / HI
Réadaptation Urgence

« Je fais de mon mieux, mais j'ai tellement peur »

Jacquie, 32 ans, mère de sept enfants, raconte son histoire et celle de sa fille, qui a perdu une jambe dans des affrontements entre groupes rebelles au Nord Kivu en RDC.