Go to main content

Plus de 200 humanitaires déployés auprès des réfugiés Rohingyas

Urgence
Bangladesh

Alors que le cap des 500 000 réfugiés Rohingyas a été franchi au Bangladesh, Handicap International s’alarme du sort de ces populations qui franchissent chaque jour la frontière dans le dénuement le plus total. 2 000 personnes arrivent encore quotidiennement au Bangladesh avec des besoins considérables, dans un contexte d'acheminement de l'aide extrêmement compliqué. L'association envoie une équipe en renfort pour faciliter l’accès de l’aide humanitaire aux plus vulnérables.

Groupe de réfugiés au Bangladesh

Groupe de réfugiés au Bangladesh | © A. Islam / Handicap International

Depuis le 25 août et le début de la crise, plus de 500 000 Rohingyas ont trouvé refuge au Bangladesh alors que plusieurs centaines de milliers d’entre eux étaient déjà réfugiés au sein des camps, dans des conditions extrêmement précaires. Les humanitaires sont confrontés à une crise aussi importante que soudaine qui ne cesse d’empirer, puisque près de 2 000 personnes, dont de très nombreux enfants, franchissent encore chaque jour la frontière entre la Birmanie et le Bangladesh. À ce stade, les besoins des réfugiés sont encore très loin d’être couverts, puisque près de la moitié d’entre eux n’ont pas les moyens de s’abriter et plus de 80 % n'ont pas reçu d'aide alimentaire.

« Nous avons besoin de tout pour venir en aide aux familles qui ne cessent d’affluer parce qu’elles ont quitté leur village dans l’urgence sans rien emporter. Nous avons déployé plus de 200 personnes sur le terrain pour répondre aux besoins immédiats, mais cela n’est clairement pas assez. Les besoins sont à la fois très importants mais aussi très soudains. Nos équipes sont confrontées à des difficultés d’accès, puisque la saison des pluies entrave les déplacements. De fait, nous ne pouvons effectuer nos visites qu’à pied pour aller à la rencontre des familles les plus fragiles. Cette phase d’évaluation est donc très lente. »

Gilles Nouziès, responsable Asie à Handicap International

L'accès à l'aide, un enjeu crucial

Un des enjeux de cette crise est donc l’accès à l’aide humanitaire. La majorité des réfugiés se sont installés le long de la route qui longe l’estuaire du district, route étroite où se déroule l’essentiel des distributions. Cet axe routier est déjà engorgé et beaucoup de réfugiés, qui ont dû s’installer en retrait de cette route, n’ont pas toujours accès aux distributions. Et les personnes à mobilité réduite, comme les personnes âgées ou handicapées, ne peuvent pas en profiter.

« Nous sommes particulièrement préoccupés par la situation des personnes extrêmement fragiles : femmes enceintes, personnes âgées seules, personnes à mobilité réduite, personnes gravement malades, victimes de violence, femmes avec nourissons et enfants de moins de 5 ans. L'ampleur de la crise les rend particulièrement vulnérables aux maladies, à la malnutrition, aux problèmes d'hygiène, aux infections et à la détresse psychologique. Elles ont plus de difficulté à accéder à l'aide humanitaire que les autres. Handicap International s'efforce de les identifier, d'évaluer leurs besoins, de leur fournir une assistance psychologique et de réadaptation, de satisfaire leurs besoins fondamentaux en distribuant des articles non alimentaires ou en les orientant vers d'autres services appropriés. »

Reiza Dejito, directrice de programme au Bangladesh

Pour apporter des réponses à ces difficultés d’accès, Handicap International vient d’envoyer dans le pays une équipe pour mettre en place des solutions logistiques afin d’acheminer l’aide humanitaire aux personnes les plus vulnérables et les plus isolées

Le Bangladesh, déjà fragilisé d’importantes crises, va très rapidement être confronté à des problèmes d’accès à l’eau, à la nourriture et à plus long terme au travail. Le pays seul ne pourra faire face à une crise d’une telle ampleur.


Les solutions logistiques, une expertise forte de Handicap International

Depuis plusieurs années, l’association apporte son expertise logistique dans les contextes de crise humanitaire (conflits et violences comme en République démocratique du Congo et en République Centrafricaine, catastrophes naturelles comme en Haïti, etc.), à la fois pour ses propres actions en faveur des bénéficiaires, mais aussi pour les autres organisations afin de faciliter l’accès des populations à l’aide humanitaire, notamment les plus isolées et les plus vulnérables :

  • Appui à l’organisation logistique des secours en gérant la distribution de l’aide humanitaire (transport, stockage, acheminement de matériels de première nécessité ou de vivres)
  • Coordination et gestion de bases logistiques et de flottes de camions pour l’ensemble des acteurs d’urgence
  • Facilitation d’espaces de travail et d’hébergement
  • Gestion de garages
  • Facilitation de l’organisation logistique des secours, etc.
Publié le : 10 octobre 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Yémen : « Nous faisons face à beaucoup de cas d’amputation » Solidarité Urgence

Yémen : « Nous faisons face à beaucoup de cas d’amputation »

Le conflit et le blocus imposé en novembre 2017 par la coalition dirigée par l’Arabie Saoudite ont des effets dévastateurs sur les Yéménites. Handicap International apporte des soins de réadaptation, une aide psychologique et distribue des aides à la mobilité. Maud Bellon, directrice de l’association au Yémen, décrit la situation.

Typhon Haiyan, 5 ans après
© Till Mayer / HI
Urgence

Typhon Haiyan, 5 ans après

Le 8 novembre 2013, le typhon Haiyan frappait les Philippines et affectait plus de 15 millions de personnes. Cinq ans après le début de son intervention, Handicap International soutient toujours les victimes de la catastrophe.

De nombreuses victimes du tsunami restent inaccessibles
© AFP photo / Adek Berry
Urgence

De nombreuses victimes du tsunami restent inaccessibles

Les conséquences du séisme et du tsunami qui ont frappé l’Indonésie continuent de se faire sentir. Les phénomènes de liquéfaction*, notamment, entraînent l’engloutissement de villages entiers, portant à plus de 10 000 le nombre de blessés et à 800 celui des personnes portées disparues.