Aller au contenu principal
 
 

Plus de 100 patients par semaine au centre de réadaptation de Kandahar

Mines et autres armes Réadaptation Santé
Afghanistan

Mohamad Rasool coordonne les programmes de Handicap International à Kandahar, en Afghanistan, où l’association gère un centre de réadaptation depuis 1996. Il nous explique la terrible situation humanitaire sur place.

Au centre de réadaptation de Kandahar en Afghanistan - Handicap International novembre 2020

Au centre de réadaptation de Kandahar en Afghanistan | © Jaweed Tanveer / HI

En raison de l'effondrement de l'économie, de la sécheresse et des années de guerre, le contexte humanitaire s'est considérablement détérioré en Afghanistan. Depuis la fin des violences en août 2021, les populations affluent au centre de réadaptation de Kandahar.

Quels types de patients recevez-vous au centre de réadaptation de Kandahar ?

Au centre de réadaptation de Kandahar en Afghanistan - Handicap InternationalMohamad Rasool : La grande majorité des personnes sont victimes de la guerre et des armes explosives. En novembre dernier, j'ai rencontré une fillette de 8 ans de la province de Zabul, voisine de Kandahar. Un tir de mortier avait touché sa maison alors qu'elle jouait avec ses cousins. Elle a été grièvement blessée par l'explosion et a été transportée dans plusieurs hôpitaux pour y être soignée. Son père et sa famille vivent avec très peu de revenus et ne pouvaient pas assumer le coût du transport vers Kandahar. Après plusieurs mois difficiles, ils ont réussi à venir. Malheureusement, à ce moment-là, sa jambe gauche a dû être amputée.

L'équipe de Handicap International au centre a accompagné la jeune fille pendant plusieurs semaines alors qu'elle était en convalescence. Nous lui avons permis de suivre des séances de rééducation pour améliorer sa mobilité, sa force et son équilibre. Enfin, lorsqu'elle a été prête, les mesures ont été prises puis elle a été appareillée.  

Quelle est l’importance du centre de réadaptation de Kandahar ?

Les besoins en matière de réadaptation sont immenses. Le centre reçoit de nombreuses personnes chaque jour. Ils viennent parfois de très loin, certaines familles pouvant mettre une journée entière pour venir. Il n'y a que deux centres de réadaptation dans le Sud du pays.

Depuis août 2021, le nombre de patients a augmenté. Davantage de personnes peuvent accéder au centre depuis la fin des combats, des barrages routiers et des mesures de sécurité strictes. Désormais, nous recevons plus de 100 personnes par semaine au centre de Kandahar.

Quelle est le lien entre handicap et armes explosives, mines terrestres et autres restes explosifs de guerre ?

D'après nos données, la majorité des personnes ont acquis un handicap après un accident causé par un engin explosif, une mine antipersonnel ou un reste explosif de guerre. En Afghanistan, la prévalence du handicap est très élevée : 80 % de la population afghane présente une forme de handicap, et ceci en raison de la présence des engins explosifs en tout genre, de conflits armés et d'un accès limité aux services de santé.

Quelle est la situation générale en Afghanistan, six mois après la prise du pouvoir par les Talibans ?

Plus de la moitié de la population a besoin d'une aide humanitaire. Les gens luttent réellement contre la pauvreté, les déplacements forcés, la sécheresse et les risques liés aux engins explosifs improvisés. Le système de santé est débordé et l'économie s'est effondrée. De nombreuses familles luttent simplement pour avoir à manger. Comme il n'y a plus d'argent liquide en circulation, les fonctionnaires n'ont pas été payés depuis des mois et les gens ne peuvent plus rien acheter.

Quelle est la réponse de HI à cette situation ?

Handicap International fournit des soins de réadaptation car le système médical du pays n'est pas en mesure de répondre à la demande actuelle. Les services de kinésithérapie étant rares, nous avons un plan national pour former plus de 120 kinésithérapeutes au cours d'un cursus de 3 ans. L'association apporte également un soutien psychosocial à de nombreuses personnes souffrant de stress et d'anxiété, car il existe très peu de services de santé mentale dans le pays. Nous menons également des séances d'éducation aux risques, car la présence de mines et de restes explosifs de guerre reste une menace quotidienne pour la population.

Les équipes de Handicap International à Kunduz et Herat ont commencé à fournir une aide financière pour soutenir les familles aux revenus les plus faibles : nous fournissons entre 6 et 9 allocations de 200 dollars par foyer, en ciblant 1 600 familles particulièrement vulnérables. Ce soutien financier leur permettra d'acheter de la nourriture et d'accéder à des services de base tels que les soins médicaux.

Publié le : 17 février 2022
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
donateurs@france.hi.org
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail agissez@france.hi.org

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
c.amati@hi.org 
Voir l'espace Presse

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Ukraine : comment se préparer à un conflit ouvert
© Till Mayer / HI
Mines et autres armes Urgence

Ukraine : comment se préparer à un conflit ouvert

Handicap International va intervenir auprès des communautés en Ukraine pour les aider à se préparer aux conflits par l’adoption de comportements à appliquer avant, pendant et après une attaque armée.

Les Ukrainiens de retour chez eux vivent sous la menace des engins explosifs
© Till Mayer / HI
Mines et autres armes Urgence

Les Ukrainiens de retour chez eux vivent sous la menace des engins explosifs

En Ukraine, certaines personnes commencent à rentrer chez elles dans des villes contaminées par les engins explosifs. Handicap International les prépare à identifier les dangers et à adopter des comportements sûrs.

Ukraine : « Si ce n'est pas moi, alors qui ? »
© HI
Réadaptation Urgence

Ukraine : « Si ce n'est pas moi, alors qui ? »

Rostyk, assistant en kinésithérapie pour Handicap International, participe à l'amélioration des soins de réadaptation en Ukraine.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris