Go to main content

Plus de 100 ONG saluent l’accord de trêve en Syrie mais rappellent l’urgence pour la livraison d’aide humanitaire

Urgence
Syrie

Déclaration de plus de 100 ONG syriennes et internationales humanitaires et de défense des droits humains, dont Handicap International, concernant la cessation des hostilités en Syrie.

L’accord de cessation des hostilités négocié cette semaine par la Russie et les États-Unis pourrait être une étape importante et positive pour l’avenir de la Syrie. D’innombrables vies sont sauvées chaque jour que tient la trêve.

Maintenant que la Russie et les États-Unis ont permis une réduction significative du niveau de violence et une suspension des frappes aériennes, ils doivent user de leur influence sur le régime syrien, les groupes armés non-étatiques, et les autres parties au conflit, afin de garantir l’accès humanitaire total et sans entrave dans tout le pays. Les zones assiégées telles qu’Alep-Est, où 250 000 personnes sont prises au piège dans l’attente désespérée de nourriture, carburant et médicaments, ainsi que Madaya, qui connaît une épidémie de méningite, devraient être prioritaires.

Des cessations des hostilités sporadiques et temporaires ne peuvent être des fins en elles-mêmes. Le succès de cet accord ne peut être seulement mesuré par la réduction du niveau de violence. Il faut que celle-ci s’accompagne d’un accès humanitaire continu et sans entrave à travers la Syrie, la fin des déplacements forcés de populations observés récemment à Darayya, ainsi que d’un processus politique répondant aux causes profondes de la crise.

La Russie et les États-Unis ont prouvé pour la seconde fois qu’ils avaient la capacité de faire taire les armes en Syrie. La vie des civils syriens est entre leurs mains. Ils ne peuvent pas permettre à ce conflit brutal et aux attaques illégales contre les civils et les infrastructures civiles telles que les hôpitaux, les écoles ou les marchés de reprendre. 

Cette cessation des hostilités pourrait être une opportunité rare de progresser vers une solution politique négociée au conflit dévastateur en Syrie. Nous appelons la Russie et les États-Unis à garantir que cette opportunité ne soit pas gâchée. Les États-Unis, la Russie, et leurs homologues au sein du Groupe International de Soutien pour la Syrie doivent également se montrer à la hauteur de leurs responsabilités en usant de leur influence pour encourager toutes les parties au conflit à respecter la trêve, surveiller et signaler toute violation, et respecter les obligations qui leur incombent en vertu du Droit international humanitaire et des droits humains.

> Voir la liste des ONG signataires de cette déclaration

Publié le : 16 septembre 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

En vidéo, notre expatrié parle de nos actions au Yémen
© Elisa Fourt / HI

En vidéo, notre expatrié parle de nos actions au Yémen

En vidéo, François Olive-Keravec, directeur du programme Yémen de Handicap International, fait le point sur la situation et les besoins urgents de la population yéménite, dans ce pays qui connaît l’une des plus graves crises humanitaires de la planète. Malgré des conditions de travail compliquées, Handicap International apporte son aide à un maximum de personnes.

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives
© Martin Crep / HI

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines le 4 avril, Handicap International s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par ces armes en 2016, et le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017.

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"
© Philippe de Poulpiquet / HI

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"

Molham avait à peine 9 ans lorsqu’il a été blessé par une balle perdue à Homs, en Syrie. Sa famille a fui les combats et s’est réfugiée en Jordanie. Handicap International fournit des séances de réadaptation au jeune garçon qui bénéficie également d’un soutien psychologique.