Go to main content

Personnes handicapées, les oubliées de l’aide d’urgence

Combattre les discriminations envers le handicap Secourir les déplacés et/ou les réfugiés

75 % des personnes handicapées estiment être exclues de l’aide humanitaire, comme le révèle une enquête de Handicap International publiée ce 14 octobre.

Handicap International Népal

© Lucas Veuve / Handicap International

Les personnes handicapées passent restent trop souvent en dehors du radar des organisations humanitaires dans les situations de crise, comme des conflits ou des catastrophes naturelles, constate Handicap International dans son enquête Disability in Humanitarian Context*.
75 % des personnes handicapées interrogées affirment avoir eu insuffisamment accès aux services humanitaires essentiels que sont l’approvisionnement en eau, la distribution de nourriture, les services de santé et la fourniture d’abris.

« Les personnes handicapées font face à des nombreux obstacles pour accéder à l’aide humanitaire, explique Camille Gosselin, responsable du plaidoyer humanitaire à Handicap International. Les raisons sont multiples : manque d’information sur les services proposés, difficulté d’y accéder parce que trop éloignés, infrastructures inadaptées au handicap, etc. Améliorer les choses est parfois une simple affaire de bon sens : dans tel camp de réfugiés, vous verrez des points d’eau ou des toilettes avec des marches. Une personne en fauteuil roulant ne pourra pas les utiliser ! Nous devons mettre fin à ces discriminations. » 

Les plus vulnérables en situation de crise

Le rapport de Handicap International montre que les personnes handicapées sont pourtant les plus fragilisées lors d’une crise humanitaire : 54 % de celles interrogées ont souffert de blessures provoquées par un conflit ou une catastrophe, conduisant dans certains cas à un handicap supplémentaire. L’étude met également en lumière une réalité inquiétante, celle des violences physiques, sexuelles ou psychologiques dont se disent victimes 27 % des personnes interrogées et qui nécessitent la mise en place de mesures pour les protéger.

En conclusion de son rapport, Handicap International appelle gouvernements, agences internationales et ONG à mieux prendre en compte les personnes handicapées au moment de la définition de leurs programmes, à surtout à les écouter car elles sont les mieux placées pour identifier leurs besoins. Ils doivent également adapter leurs services et infrastructures aux personnes handicapées. Les discussions en cours pour le Sommet humanitaire mondial doivent déboucher sur des engagements clairs et précis, pour assurer que les personnes handicapées soient enfin prises en compte dans la réponse humanitaire. 

> Lire également l’interview "Pour une aide humanitaire d'urgence plus inclusive"

* L’étude Disability in Humanitarian Context (Le handicap en contexte humanitaire) s’appuie sur une consultation en ligne effectuée d’avril à juin 2015 par Handicap International auprès des personnes handicapées, de leurs organisations de défense et des organisations humanitaires. 769 personnes ont répondu à cette enquête à l’échelle mondiale. Le rapport qui en a été tiré a été versé aux discussions du Sommet humanitaire mondial qui vise à réformer le système humanitaire international et dont la réunion finale aura lieu en mai 2016 à Istanbul, en Turquie.


Handicap International agit pour une action humanitaire inclusive 
Les programmes de Handicap International prennent en considération les personnes vulnérables (personnes blessées, handicapées, âgées, atteintes d’une maladie chronique…) : les « relais handicap et vulnérabilité » de l’association en sont un bel exemple. Il s’agit de structures temporaires et flexibles – une tente, un abri, voire un préfabriqué – implantées au cœur des communautés affectées, souvent accompagnées d’équipes mobiles, qui s’assurent que les personnes vulnérables aient accès à l’aide humanitaire. Une équipe mobile peut être constituée d’un kinésithérapeute et d’un travailleur social qui aident respectivement à la restauration de l’autonomie physique de la personne handicapée et à son orientation vers les services compétents.
Parallèlement, Handicap International accompagne de nombreuses organisations humanitaires pour s’assurer que leurs programmes sont accessibles à tous (toilettes et abris adaptés, etc.). L’association dispense également des formations et mène des campagnes de sensibilisation auprès du personnel humanitaire pour mieux repérer et intégrer les plus vulnérables.
Publié le : 13 octobre 2015
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Handicap International récompensée pour son engagement
© A. Hollmann / UNHCR
Secourir les déplacés et/ou les réfugiés

Handicap International récompensée pour son engagement

Il y a 20 ans, le 4 octobre 1996, l’Office du Haut Commissaire des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) remettait la distinction Nansen à Handicap International « pour son dévouement au service des réfugiés et sa contribution à la campagne pour l’élimination des mines antipersonnel ». Son cofondateur, Jean-Baptiste Richardier, revient sur cette page de l’histoire de l’association.

Christine, une femme engagée pour la paix
© E. Cartuyvels / Handicap International
Combattre les discriminations envers le handicap

Christine, une femme engagée pour la paix

Témoin des violences armées qui sévissent dans sa région au Kenya, Christine est devenue ambassadrice de la paix avec Handicap International. Jour après jour, elle sensibilise les communautés et s’adresse aux femmes pour que leurs droits soient respectés.

Des enfants traumatisés par 5 ans de guerre
© Handicap International
Secourir les déplacés et/ou les réfugiés

Des enfants traumatisés par 5 ans de guerre

Handicap International est présente en Libye depuis 2011. En raison de l’extrême instabilité politique et sécuritaire du pays, la délégation de l’association est basée depuis juillet 2014 à Tunis, en Tunisie. Anne Barthès, qui dirige la mission de l'association depuis février 2016, revient sur les programmes actuellement menés par Handicap International, cinq ans après la chute du régime de Mouammar Kadhafi.