Go to main content
 
 

Ouragan Matthew : course contre la montre pour venir en aide aux plus fragiles

Urgence
Haïti

Quatre jours après le passage de l’ouragan Matthew en Haïti, qui a fait plus de 800 morts selon un bilan encore provisoire, les organisations humanitaires – dont Handicap International – sont engagées dans une course contre la montre. Les rares centres de santé et hôpitaux qui n’ont pas été touchés par la catastrophe sont engorgés par un nombre croissant de blessés. Les risques d’épidémie mettent en danger toute une partie de la population.

Haïti, ouragan Matthew - Habitation détruite dans le sud du pays

Habitation détruite dans le sud d'Haïti suite au passage de l'ouragan Matthew le 4 octobre | © P. Thieler / Handicap International

Quatre jours après la catastrophe, le trafic maritime semble reprendre dans le sud du pays alors que seuls des véhicules légers peuvent pour l’instant accéder aux Cayes, ville gravement touchée dans le département du Sud. La ville de Jérémie, à Grand’Anse, qui a été presque totalement détruite, est toujours inaccessible. Il faudra encore plusieurs jours, voire plusieurs semaines, avant que les voies terrestres ne soient totalement rétablies.

« Nous cherchons à fournir le plus vite possible une aide aux survivants qui ont tout perdu. Les blessés sont nombreux. Avec nos équipes présentes sur place, nous avons deux priorités : les prendre en charge tout de suite de manière adaptée pour que leurs blessures ne deviennent pas fatales ou n’engendrent pas une invalidité pérenne ; fournir le matériel nécessaire aux personnes touchées pour qu’elles puissent se reconstruire un toit et se faire à manger. » 

Hélène Robin, responsable des programmes d’urgence à Handicap International

Une plateforme pour acheminer l'aide

Les Nations unies[1] estiment désormais que plus de 750 000 personnes ont besoin d’une aide humanitaire immédiate, et confirment que de très lourds dégâts sont à redouter dans les secteurs de Grand-Anse et le Sud, plus particulièrement dans les villes de Jérémie et Les Cayes. Nous n’avons toujours aucune information sur l’île de Gonave et le département du Nord-Ouest, toujours coupés du reste du pays.

Handicap International prévoit de reconstituer la plateforme logistique qu’elle avait créée suite aux cyclones de 2008 pour acheminer l’aide humanitaire dans les zones les plus reculées. Cette plateforme sera mise à disposition de l’ensemble des organisations humanitaires et permettra de redistribuer l’aide centralisée à Port-au-Prince, et d’éviter ainsi l’engorgement de la capitale.

Des kits d'urgence et des soins de réadaptation

Pour venir en aide aux familles qui ont tout perdu, Handicap International s’apprête à distribuer des kits de réparation composés, entre autres, de cordes et de bâches leur permettant de réparer dans l’urgence leurs habitations, ainsi que des kits de cuisine. Des tablettes de purification d’eau devraient également être distribuées pour éviter la survenue d’épidémies.

L’association avait formé une cinquantaine de kinésithérapeutes après le tremblement de terre de 2010, puisque le pays n’en comptait qu’une dizaine à l'époque. L’équipe d’urgence dépêchée sur place organise leur déploiement pour apporter des soins de réadaptation fonctionnelle aux blessés et assurer leur suivi. Handicap International prévoit également de fournir un soutien psychosocial d’urgence aux personnes traumatisées par la catastrophe.

Publié le : 8 octobre 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

L'aide humanitaire : une histoire de compassion
© Gilles Lordet / HI
Réadaptation Urgence

L'aide humanitaire : une histoire de compassion

Tichaona Mashodo dirige l'équipe mobile de HI au Soudan du Sud. Il revient sur ses dix années d'engagement humanitaire.

Mossoul Ouest, ville fantôme
© Fanny Mraz / HI
Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Mossoul Ouest, ville fantôme

Entre octobre 2016 et juillet 2017, Mossoul a été le théâtre de violents combats. L’utilisation intensive d’armes explosives – bombardements, pose de mines artisanales, etc. – a anéanti principalement la partie Ouest de la ville. Plus de 500 000 personnes sont toujours déplacées dans des camps de la province de la Ninive.

Le Conseil de sécurité des Nations Unies reconnaît les droits des personnes handicapées dans les conflits armés
© Martin Crep / HI
Droit Insertion Urgence

Le Conseil de sécurité des Nations Unies reconnaît les droits des personnes handicapées dans les conflits armés

Pour la première fois, le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté une résolution sur les personnes handicapées dans les conflits armés. Une avancée historique pour ces dernières, particulièrement exposées lors des crises et souvent négligées dans l'aide humanitaire.