Go to main content
 
 

Ouragan Irma : continuer à soutenir les plus fragiles

Urgence
Haïti

L’ouragan Irma a provoqué des ravages aux Antilles et sur les côtes américaines, faisant de nombreuses victimes. En Haïti, si les vents et les averses ont provoqué des dégâts dans le Nord-est, le pays a échappé au désastre redouté. Mais Handicap International reste mobilisée pour venir en aide aux familles les plus vulnérables, très exposées lors des catastrophes naturelles.

Évaluation par Handicap International après un ouragan en Haïti (photo d'archive)

Évaluation par Handicap International après un ouragan en Haïti | © B. Almeras / Handicap International

« Le passage de l’ouragan Irma aux Antilles puis sur les côtes américaines ne doit pas occulter la situation des personnes les plus vulnérables, qui sont fragilisées par les catastrophes qui frappent régulièrement Haïti, explique Catherine Stubbe, directrice de Handicap International dans le pays. De très nombreuses familles vivent dans un équilibre très précaire, dans des logements très rudimentaires, sans vrai emploi. Dès qu’une catastrophe ou des intempéries conséquentes surviennent, elles sont immédiatement fragilisées quand elles perdent le peu qu’elles possèdent, leurs cultures ou leurs outils de travail. C’est la raison pour laquelle, dans le cadre de notre projet d’appui à la Protection civile et aux acteurs locaux dans la préparation des risques et des catastrophes, nous avons dépêché une mission dans le Nord-ouest de l’île, à Bombardopolis, de manière à mesurer l’impact de cet ouragan sur la population. Nous intervenons dans une zone où les déplacements sont difficiles en raison de la mauvaise qualité des pistes, du relief et d’un enclavement important ».

Protéger la population

La saison cyclonique active jusqu’au fin novembre fait craindre de nouveaux désastres. « Une de nos missions consiste à aider la population à se protéger des catastrophes et à se préparer notamment en renforçant les communautés : à travers la mise en place de plans d’urgence communaux, l’activation des systèmes d’alerte précoces, la mise en oeuvre de plans d’urgence familiaux, ajoute Catherine Stubbe. C’est ce que nous avons fait depuis 2013 auprès de familles isolées, en les informant sur les abris disponibles, en rendant accessibles certains abris et en distribuant des kits d’urgence (radios, lampes de poche, bâches, pochettes étanches) permettant de préserver leurs biens ». Handicap International reste donc mobilisée pour travailler avec ses partenaires dans les zones reculées. Objectif : favoriser la prise en compte des personnes vulnérables dans les plans d’urgence.

L’association travaille sur ce projet à la fois avec les autorités, notamment la direction de la Protection civile haïtienne, avec l’ONG Haïtienne ADEMA et avec les organisations de personnes handicapées. Un enjeu majeur dans un pays très exposé aux catastrophes.


Handicap International en Haïti

Présente dans le pays depuis 2008, Handicap International est intervenue suite à l’ouragan Matthew, en octobre 2016, ainsi que lors du séisme de 2010. L’association, qui compte une trentaine de salariés dans le pays, mène également des projets de réduction de risques de catastrophes naturelles en lien avec la Direction de la protection civile dans plusieurs départements du pays.

Publié le : 13 septembre 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

HI aide plus de 85 000 réfugiés rohingyas au Bangladesh
© Abir Abdullah / HI
Réadaptation Urgence

HI aide plus de 85 000 réfugiés rohingyas au Bangladesh

Deux ans après l’arrivée massive des réfugiés rohingyas au Bangladesh, Handicap International mène toujours des activités d’urgence dans le pays, tant les besoins restent énormes. Point de situation en chiffres.

L'aide humanitaire : une histoire de compassion
© Gilles Lordet / HI
Réadaptation Urgence

L'aide humanitaire : une histoire de compassion

Tichaona Mashodo dirige l'équipe mobile de Handicap International au Soudan du Sud. Il revient sur ses dix années d'engagement humanitaire.

Mossoul Ouest, ville fantôme
© Fanny Mraz / HI
Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Mossoul Ouest, ville fantôme

Entre octobre 2016 et juillet 2017, Mossoul a été le théâtre de violents combats. L’utilisation intensive d’armes explosives – bombardements, pose de mines artisanales, etc. – a anéanti principalement la partie Ouest de la ville. Plus de 500 000 personnes sont toujours déplacées dans des camps de la province de la Ninive.