Go to main content

« On regardait les oiseaux dans le ciel, et des avions sont apparus »

Fawzi, 15 ans, est Syrien. En 2014, il a été touché par un bombardement, dans la région de Deraa. Transporté d’urgence en Jordanie pour se faire soigner, il y vit désormais avec une partie de sa famille. Handicap International l’aide à retrouver l’usage de ses membres après presque deux ans passés à l’hôpital.

Fawzi_Jordanie_echo

Fawzi fait des exercices de Kinhésithérapie. | © E. Fourt / Handicap International

Fawzi vit dans une petite maison, à quelques kilomètres de la frontière syrienne, en Jordanie. Lorsqu’on le voit souriant, dans son salon, entouré des membres de sa famille, on n’imagine pas une seconde ce qu’il a vécu au cours des dernières années. Il suffit que l’adolescent soulève son tee-shirt pour que de nombreuses cicatrices apparaissent. Les traces des six opérations et de la greffe de peau qu’il a subies racontent d’elles-mêmes la violence du bombardement dans lequel il a été blessé.

« Nous étions sur le toit de ma maison avec mon cousin, en train de regarder les oiseaux dans le ciel. Soudain, des avions sont apparus et ils ont commencé à tout bombarder. J’ai été touché par de nombreux éclats d’obus. On m’a transporté directement à l’hôpital mais mes blessures étaient si graves que j’ai été transféré à Ramtha, en Jordanie, pour me faire traiter en urgence. » Fawzi a le pelvis fracturé et ses organes sont criblés d’éclats d’obus. C’est le début de deux ans d’hospitalisation.

Aujourd’hui, Fawzi vit dans une maison avec sa mère et son grand frère, dans la ville de Ramtha. Une équipe de Handicap International lui rend régulièrement visite, pour des sessions de réadaptation. « Nous faisons  beaucoup d’exercices de renforcement musculaire, pour l’aider dans ses gestes quotidiens », explique Salam, kinésithérapeute de l’association. Le jeune Syrien s’applique lors des exercices, mais il semble fatigué. « Il dort peu et pense beaucoup », explique sa mère, Fatma. « Il aimerait que nous puissions rentrer en Syrie, quand la paix sera revenue. Et que nous puissions de nouveau être réunis avec le reste de notre famille, qui n’a pas pu fuir le pays. »

Publié le : 1 juin 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Restes explosifs : la protection de la population passe par l’éducation aux risques
© Benoit Almeras / HI
Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre

Restes explosifs : la protection de la population passe par l’éducation aux risques

De nombreux restes explosifs de guerre, hérités de dizaines d'années de conflits armés, polluent encore la région du Lac Tchad. Handicap International protège la population de ces restes explosifs grâce au marquage des zones dangereuses et à des séances d’éducation aux risques.

Nos actions en 2017 Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre Secourir les déplacés et/ou les réfugiés Secourir les victimes

Nos actions en 2017

Mossoul, une contamination sans précédent par les restes explosifs de guerre
© E. Fourt / HI
Lutter contre les mines, les BASM et restes explosifs de guerre Secourir les victimes

Mossoul, une contamination sans précédent par les restes explosifs de guerre

Un an après la libération de Mossoul, HI publie un mini-rapport sur la pollution phénoménale de Mossoul par les restes explosifs de guerre, consécutive à plusieurs mois de combats. Particulièrement en cause : les bombardements massifs et quasi quotidiens pendant l’offensive militaire entre octobre 2016 et juillet 2017.