Go to main content
 
 

« On regardait les oiseaux dans le ciel, et des avions sont apparus »

Fawzi, 15 ans, est Syrien. En 2014, il a été touché par un bombardement, dans la région de Deraa. Transporté d’urgence en Jordanie pour se faire soigner, il y vit désormais avec une partie de sa famille. Handicap International l’aide à retrouver l’usage de ses membres après presque deux ans passés à l’hôpital.

Fawzi_Jordanie_echo

Fawzi fait des exercices de Kinhésithérapie. | © E. Fourt / Handicap International

Fawzi vit dans une petite maison, à quelques kilomètres de la frontière syrienne, en Jordanie. Lorsqu’on le voit souriant, dans son salon, entouré des membres de sa famille, on n’imagine pas une seconde ce qu’il a vécu au cours des dernières années. Il suffit que l’adolescent soulève son tee-shirt pour que de nombreuses cicatrices apparaissent. Les traces des six opérations et de la greffe de peau qu’il a subies racontent d’elles-mêmes la violence du bombardement dans lequel il a été blessé.

« Nous étions sur le toit de ma maison avec mon cousin, en train de regarder les oiseaux dans le ciel. Soudain, des avions sont apparus et ils ont commencé à tout bombarder. J’ai été touché par de nombreux éclats d’obus. On m’a transporté directement à l’hôpital mais mes blessures étaient si graves que j’ai été transféré à Ramtha, en Jordanie, pour me faire traiter en urgence. » Fawzi a le pelvis fracturé et ses organes sont criblés d’éclats d’obus. C’est le début de deux ans d’hospitalisation.

Aujourd’hui, Fawzi vit dans une maison avec sa mère et son grand frère, dans la ville de Ramtha. Une équipe de Handicap International lui rend régulièrement visite, pour des sessions de réadaptation. « Nous faisons  beaucoup d’exercices de renforcement musculaire, pour l’aider dans ses gestes quotidiens », explique Salam, kinésithérapeute de l’association. Le jeune Syrien s’applique lors des exercices, mais il semble fatigué. « Il dort peu et pense beaucoup », explique sa mère, Fatma. « Il aimerait que nous puissions rentrer en Syrie, quand la paix sera revenue. Et que nous puissions de nouveau être réunis avec le reste de notre famille, qui n’a pas pu fuir le pays. »

Publié le : 1 juin 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Bombardements en zones urbaines : Handicap International dénonce la posture de la France qui réduira à néant les efforts pour protéger les civils
© Waleed Khaled / HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables

Bombardements en zones urbaines : Handicap International dénonce la posture de la France qui réduira à néant les efforts pour protéger les civils

À l’issue d’une rencontre le 17 janvier au Quai d’Orsay destinée à discuter de la position française sur la Déclaration politique contre l’usage des armes explosives en zones urbaines, Handicap International dénonce la posture du gouvernement qui vide le texte de sa substance. Alors qu’à Idlib en Syrie, des milliers de civils sont sous le feu des bombes, l'association rappelle l’urgence qu’un texte fort soit adopté au niveau international, pour concrétiser un vrai changement dans les pratiques militaires. Elle appelle la France à revoir drastiquement sa posture.

La première Nuit de l’Innovation Solidaire a tenu toutes ses promesses
© HI
Solidarité

La première Nuit de l’Innovation Solidaire a tenu toutes ses promesses

Près de 70 étudiants ont planché pendant 24 heures sur des problématiques humanitaires rencontrées par Handicap International, de la réadaptation à la logistique en passant par l’empreinte écologique de l’association. Une nuit riche en neurones agités qui a fait honneur à l’intelligence collective.

« J’ai entendu les pleurs de Moïse sous les décombres… »
© Davide Preti / HI
Réadaptation

« J’ai entendu les pleurs de Moïse sous les décombres… »

Moïse n'avait que 4 ans lorsqu’il a perdu sa jambe gauche suite au séisme qui a dévasté Haïti le 12 janvier 2010.