Goto main content
 
 

Nouvelles utilisations de bombes à sous-munitions en Syrie

Lutter contre les mines, les BASM et restes explosifs de guerre

L’organisation Human Rights Watch dénonce l’utilisation de bombes à sous-munitions dans le cadre de l’offensive conjointe lancée par l’armée russe et les forces gouvernementales syriennes le 30 septembre dernier.

Handicap International, Syrie, avril 2015. Ville de Kobané détruite et présence de restes explosifs de guerre (photo d'archive).

© P. Houliat / Handicap International

Dans son rapport1 publié le 19 décembre 2015, Human Rights Watch recense au moins 20 attaques utilisant ces armes entre le 30 septembre et le 14 décembre dernier, parfois dans des zones peuplées, comme des camps de déplacés ou des écoles. 

Handicap International est l’un des membres fondateurs de la Coalition contre les bombes à sous-munitions (CMC) qui a joué un rôle clé pour l’adoption du Traité d’Oslo en 2008, aujourd’hui signé par 118 États et qui interdit l’utilisation de ces armes. Handicap International a publié deux rapports sur l’impact dramatique des armes explosives en zones peuplées en Syrie en mai 20152

L’association appelle la communauté internationale à systématiquement condamner l’utilisation illégale de ces armes barbares. Les États parties au Traité d’Oslo ont adopté à l’unanimité une déclaration en ce sens début septembre à Dubrovnik, à l’occasion de la première conférence d’examen du Traité.
 
Plus de 90 % des victimes recensées de bombes à sous-munitions dans le monde sont des civils. Jusqu’à 40 % de ces bombes n’explosent pas à l’impact, constituant une menace pour les civils des dizaines d’années après un conflit, et entravant la vie sociale et économique dans les zones polluées.

1 https://www.hrw.org/news/2015/12/20/russia/syria-extensive-recent-use-cluster-munitions 
2 "The use of explosive weapons in Syria" et "Kobani, a city of rubble and unexploded devices"

Lire aussi :
> L’utilisation d’armes explosives en zones peuplées est inacceptable
> Une double priorité : éduquer aux dangers et sécuriser les sols
> Le piège des restes explosifs de guerre
> Reprise des actions à Kobané

Publié le : 22 décembre 2015
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
donateurs@france.hi.org
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail agissez@france.hi.org

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
c.amati@hi.org 
Voir l'espace Presse

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

10 ans de conflit syrien : témoignages
© HI
Mines et autres armes

10 ans de conflit syrien : témoignages

À l'occasion du 10e anniversaire du conflit syrien, découvrez des témoignages de bénéficiaires de Handicap International et l'interview de notre Directeur de la réduction de la violence armée.

Il faudra au moins deux générations pour reconstruire une Syrie dévastée
© B. Blondel / HI
Mines et autres armes

Il faudra au moins deux générations pour reconstruire une Syrie dévastée

Après 10 ans de guerre, la Syrie est totalement contaminée par les restes explosifs, une contamination inédite selon les experts. Quand le conflit cessera, le déminage et la reconstruction seront extrêmement complexes. Explications d’Emmanuel Sauvage, Directeur de la réduction de la violence armée à Handicap International.

Covid-19 : alerte des ONG sur la situation des Syriens Urgence

Covid-19 : alerte des ONG sur la situation des Syriens

Les ONG alertent : un accès humanitaire limité ne permet pas de répondre à la hausse des cas de Covid-19 et aux dures conditions de l'hiver dans le Nord de la Syrie, où l'aide est insuffisante. Le Conseil de sécurité des Nations Unies doit assurer un accès transfrontalier continu.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris