Go to main content

Nouvelles utilisations de bombes à sous-munitions en Syrie

Lutter contre les mines, les BASM et restes explosifs de guerre
Syrie

L’organisation Human Rights Watch dénonce l’utilisation de bombes à sous-munitions dans le cadre de l’offensive conjointe lancée par l’armée russe et les forces gouvernementales syriennes le 30 septembre dernier.

Handicap International, Syrie, avril 2015. Ville de Kobané détruite et présence de restes explosifs de guerre (photo d'archive).

© P. Houliat / Handicap International

Dans son rapport1 publié le 19 décembre 2015, Human Rights Watch recense au moins 20 attaques utilisant ces armes entre le 30 septembre et le 14 décembre dernier, parfois dans des zones peuplées, comme des camps de déplacés ou des écoles. 

Handicap International est l’un des membres fondateurs de la Coalition contre les bombes à sous-munitions (CMC) qui a joué un rôle clé pour l’adoption du Traité d’Oslo en 2008, aujourd’hui signé par 118 États et qui interdit l’utilisation de ces armes. Handicap International a publié deux rapports sur l’impact dramatique des armes explosives en zones peuplées en Syrie en mai 20152

L’association appelle la communauté internationale à systématiquement condamner l’utilisation illégale de ces armes barbares. Les États parties au Traité d’Oslo ont adopté à l’unanimité une déclaration en ce sens début septembre à Dubrovnik, à l’occasion de la première conférence d’examen du Traité.
 
Plus de 90 % des victimes recensées de bombes à sous-munitions dans le monde sont des civils. Jusqu’à 40 % de ces bombes n’explosent pas à l’impact, constituant une menace pour les civils des dizaines d’années après un conflit, et entravant la vie sociale et économique dans les zones polluées.

1 https://www.hrw.org/news/2015/12/20/russia/syria-extensive-recent-use-cluster-munitions 
2 "The use of explosive weapons in Syria" et "Kobani, a city of rubble and unexploded devices"

Lire aussi :
> L’utilisation d’armes explosives en zones peuplées est inacceptable
> Une double priorité : éduquer aux dangers et sécuriser les sols
> Le piège des restes explosifs de guerre
> Reprise des actions à Kobané

Publié le 22 décembre 2015.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Le quotidien de Mariam, kinésithérapeute au chevet des réfugiés syriens
© Elisa Fourt / HI
Réadaptation

Le quotidien de Mariam, kinésithérapeute au chevet des réfugiés syriens

La guerre qui déchire la Syrie depuis bientôt sept ans a provoqué des mouvements de population sans précédent. On compte plus de 5 millions de réfugiés syriens dans les pays limitrophes, dont plus d’un million rien qu'au Liban. Mariam travaille comme kinésithérapeute pour Handicap International dans le pays depuis le lancement de la réponse d’urgence de l’association. Elle raconte son quotidien au chevet des réfugiés, elle qui voit concrètement sur le terrain l'énorme différence que la réadaptation apporte dans la vie des personnes touchées par le conflit.

Syrie : l’OMS et HI alertent sur les besoins des blessés et des personnes handicapées
© Philippe de Poulpiquet / HI
Réadaptation Santé Urgence

Syrie : l’OMS et HI alertent sur les besoins des blessés et des personnes handicapées

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et Handicap International (HI) attirent l’attention sur les besoins des 3 millions de personnes en Syrie qui, selon les estimations, sont blessées ou en situation de handicap. Les deux organisations appellent la communauté internationale à intensifier ses efforts pour assurer la réadaptation et la réintégration de ces personnes au sein de la société.

Fayez, 3 ans, fait d'énormes progrès
© E. Fourt / Handicap International
Réadaptation

Fayez, 3 ans, fait d'énormes progrès

Fayez, 3 ans seulement, a été victime d’un attentat-suicide en Syrie cette année. Lui et ses parents se sont réfugiés au Liban. Partiellement paralysé à son arrivée dans le pays, le petit garçon a été pris en charge par une équipe de Handicap International qui lui prodigue des soins de réadaptation. Avec l'aide de Mariam, sa kinésithérapeute, il fait beaucoup de progrès et peut à nouveau marcher.