Go to main content

Nouveau succès des Pyramides contre les bombardements des civils

Mines et autres armes Solidarité
France

La tournée des Pyramides de chaussures s’est achevée fin septembre à Lyon, Paris et Nice. Leurs "petites sœurs" les avaient précédées les premiers week-ends du mois dans 12 autres villes, permettant une nouvelle fois à Handicap International de mobiliser massivement les Français contre les bombardements des civils : ils étaient plus de 20 000 à avoir répondu présent à l’appel de l'association. Bilan en photos et vidéo !

Pyramide de chaussures de Handicap International contre les bombardements de civils

© HI

Cliquez ci-dessous pour lancer la vidéo :

Cliquez sur les photos ou sur le lien pour accéder à l'album Facebook

Album photo de la 24e édition des Pyramides de chaussures de Handicap International en septembre 2018

Publié le : 2 octobre 2018
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Des drones pour repérer les mines
© John Fardoulis / HI
Mines et autres armes

Des drones pour repérer les mines

À Faya-Largeau, dans le Nord du Tchad, Handicap International lance l’expérimentation de drones pour repérer la présence de mines et avoir une vision très précise du terrain : une révolution dans le monde du déminage. Xavier Depreytere, chez de projet, explique ces premiers essais.

Quand les étudiants planchent sur de nouvelles formes de solidarité
© Pigier / HI
Solidarité

Quand les étudiants planchent sur de nouvelles formes de solidarité

Une centaine d’étudiants de bachelor en management d’entreprise du réseau Pigier France ont participé au Challenge Handicap International. Leur défi : imaginer un événement original de collecte de fonds au profit de l’ONG.

Handicap International ferme son programme au Burundi
© Dieter Telemans / HI
Solidarité

Handicap International ferme son programme au Burundi

Présente au Burundi depuis 1992, Handicap International se voit contrainte de mettre fin à ses activités dans le pays. L'association ne s’estime plus en mesure de mener ses projets en raison des décisions du gouvernement burundais vis-à-vis des ONG internationales, notamment l’obligation du fichage ethnique de ses employés.