Go to main content

"Nouveau séisme au Népal : nos équipes sont intervenues immédiatement"

Secourir les victimes
Népal

Lorsque le nouveau séisme de magnitude 7.4 a touché le Népal ce mardi 12 mai, Audrey Lecomte, chef de mission urgence pour Handicap International était sur place. Elle nous livre ses impressions en direct.

© ADH /TIMM SCHAMBERGER

Comment ont réagi les populations locales face à ce nouveau séisme ?
Ce tremblement de terre reste impressionnant, désastreux, chaotique, mais les népalais étaient bien préparés, ils ont donc pu adopter immédiatement les bons réflexes : ne pas rester à l’intérieur, dormir sous tente. Les gens parlent beaucoup entre eux et échangent leurs impressions, dans la rue, à l’épicerie du coin…

Où se trouvaient les équipes de Handicap International à ce moment-là ?
Les équipes étaient dispersées et menaient des actions diverses : soins dans les hôpitaux à Katmandou, mise en place d’une plateforme logistique dans la vallée de Katmandou, distribution de kits d’urgence dans le district de Nuwakot, et réunion stratégique au bureau. A Katmandou, quand la terre a tremblé, on s’est tous rués vers l’extérieur. On ne s’y attendait pas. Durant deux heures, on a dû rester dehors, en attendant que ça se calme. On suivait les informations sur internet, sur les réseaux sociaux, à la radio. Après un long moment où nous ne parvenions pas à joindre les équipes car le réseau était saturé, nous avons enfin réussi à les contacter et avons été rassurés. Tout le monde était sain et sauf. Certaines équipes, qui distribuaient des kits d’urgences à Nuwakot, sont restées bloquées dans les villages. Elles ont dormi dehors, sous tente, avec les villageois.

Quelles sont les actions menées par l’association ? 
Grâce à notre présence au Népal depuis près de 15 ans et à notre intervention suite au premier séisme, nous avons pu agir immédiatement face à celui-ci.
D’une part, nous avons déployé dix kinésithérapeutes dans les hôpitaux de Katmandou et deux kinésithérapeutes dans un hôpital de campagne à Nuwakot, afin de venir en aide aux personnes blessées par ce nouveau séisme. Les premières opérations chirurgicales et soins de première urgence ont eu lieu, et nos équipes à Katmandou ont suivi les soins post-opératoires. De plus, les aides à la mobilité (béquilles, fauteuils roulantes, attelles) qui avaient été distribuées aux hôpitaux après le premier séisme ont également été utilisées afin de prendre en charge de nouveaux blessés. Nous sommes également prêts à effectuer la distribution de kits d’urgence et d’aides à la mobilité auprès des populations affectées dans d’autres zones du district de Nuwakot et de Rasuwa. Enfin, deux équipes ont été constituées afin d’évaluer les besoins des populations affectées dans les zones de Kavre et de Kirtipur.

Quelle est la situation dans les hôpitaux ? 
En journée, les hôpitaux sont surchargés.
Etant donné l’afflux de nouveaux blessés et afin d’assurer leur prise en charge, les hôpitaux ont déchargé certains patients qui avaient été blessés lors du premier séisme. Ces patients, qui ne peuvent actuellement pas retourner dans leur village, nécessitent des soins supplémentaires, notamment en termes de réadaptation. Il est donc essentiel d’assurer leur suivi.  
Par ailleurs, la nuit, ces hôpitaux se vident : les patients veulent tous dormir sous tente dehors.
Nous le faisons aussi. Cette nuit, nous avons encore eu de nouvelles secousses. 

 

Publié le : 19 mai 2015
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Reema, magnifique danseuse, veut retrouver sa famille
© Bas Bogaerts / HI

Reema, magnifique danseuse, veut retrouver sa famille

Reema a été abandonnée quand elle avait 6 ans. Atteinte d’une malformation congénitale, elle n’a pas pu marcher pendant des années. Avec le soutien de Handicap International, elle a reçu une prothèse et a bénéficié de séances de réadaptation. Aujourd’hui âgée de 14 ans, Reema va à l’école et s’entraîne chaque matin pour devenir danseuse. Une incroyable transformation.

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !
© Elise Cartuyvels / HI

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !

Le 25 avril 2015, un violent séisme secouait le Népal. À des centaines de kilomètres l’une de l’autre, Nirmala et Khendo étaient ensevelies sous les décombres. Amputées d’une jambe, elles se rencontrent à l’hôpital, suivent de nombreuses séances de réadaptation avec les kinésithérapeutes de HI et réapprennent à marcher. Trois ans plus tard, elles sont devenues inséparables, vont à l’école ensemble et rêvent de danser.

« Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes »
© Elise Cartuyvels / HI

« Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes »

Sudan Rimal, 29 ans, est kinésithérapeute pour Handicap International au Népal. Après le séisme qui a frappé le pays le 25 avril 2015, il a aidé des centaines de victimes en menant des séances de réadaptation et en leur apprenant à remarcher. Témoignage d’un professionnel qui a beaucoup appris de cette catastrophe.