Go to main content

Nouay, victime d’une sous-munition, devient démineur

Déminer les terres
Laos

Nouay, 18 ans, a été victime d’une sous-munition il y a dix ans. Lors de ce tragique accident, il perd quatre doigts à la main droite et en garde encore les cicatrices sur le corps et le visage. Aujourd’hui, il rejoint les équipes de démineurs de Handicap International.

Handicap International au Laos - Nouay, victime d’une sous-munition, devient démineur.

© Mélanie Broquet / Handicap International

Nouay, 8 ans, ramasse des cailloux au bord de la rivière près son village. Il prend en main ce qu’il croit être une pierre un peu plus grosse. En réalité, c’est une sous-munition, toujours active depuis la guerre du Vietnam. Dès qu’il la relâche, elle explose. Son frère, alerté par le bruit, le découvre allongé sur la berge, couvert de sang. « Ma mère pensait que j’allais mourir. Je ne me souviens de rien après l’explosion. Mes parents m’ont raconté. Chaque fois qu’ils en parlent, ils pleurent », raconte le jeune homme. Nouay a perdu quatre doigts à la main droite. Son corps et son visage sont mutilés par les fragments de la sous-munition projetés lors de l’explosion.

Avant l’accident, le petit Nouay n’allait pas à l’école. « A cette époque, je pêchais pour aider ma famille. Après l’accident, je pensais que je ne serais plus jamais capable de faire quoi que ce soit. Tous les jours, je pleurais en regardant ma main. » A l’âge de 10 ans, il entame une scolarité tardive et apprend enfin à lire et à écrire. Très investi sur la question des sous-munitions, il devient aussi l’un des acteurs d’un film de sensibilisation au danger de ces armes, produit par Handicap International en partenariat avec l’UNICEF. Ce film est encore diffusé aujourd’hui dans les villages laotiens.

En mars 2014, Nouay présente sa candidature pour un poste de démineur au sein de l’association. « Je voulais participer à la lutte contre les sous-munitions dans mon pays. C’est très important pour moi. Je souhaite également que tout le monde comprenne que les premières victimes de ces armes sont des enfants qui n’ont jamais connu la guerre, comme moi à l’époque. »

Aujourd’hui, Nouay est le plus jeune membre de l’équipe de dépollution, ce qui ne l’empêche pas de faire preuve d’un sérieux et d’une motivation sans faille. « Je n’ai pas peur de travailler au milieu des sous-munitions, une arme qui a bouleversé ma vie. Je suis d’autant plus volontaire à chercher et détruire les restes explosifs de guerre que je connais malheureusement les conséquences d’un accident. Ce travail est à la fois très utile et me permet de gagner ma vie. C’est important quand on veut se marier et avoir des enfants ! », confie-t-il.

Publié le : 1 décembre 2014
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Drones démineurs : en route vers la révolution technologique
© Benoit Almeras / HI
Déminer les terres

Drones démineurs : en route vers la révolution technologique

En collaboration avec des entreprises spécialisées, Handicap International lance l’expérimentation des drones pour détecter la présence des mines. Les premiers essais auront lieu dans le Nord du Tchad à partir de février 2019. Objectif : cibler plus précisément les zones d’intervention des démineurs et réduire la durée des opérations. Si ces essais sont concluants, il s’agira d’une révolution dans le secteur du déminage.

Nos actions en 2017 Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre Secourir les déplacés et/ou les réfugiés Secourir les victimes

Nos actions en 2017

Le nombre de victimes d'armes à sous-munitions a plus que doublé depuis 2015
© Z. Johnson / HI
Déminer les terres Mines et autres armes

Le nombre de victimes d'armes à sous-munitions a plus que doublé depuis 2015

La Convention d'Oslo interdisant l'emploi, la production, le stockage et le transfert des armes à sous-munitions est entrée en vigueur il y a huit ans, le 1er août 2010. Malgré le succès de ce texte signé par 119 pays, les victimes des armes à sous-munitions ont doublé ces dernières années.