Go to main content
 
 

Nord-est de la Syrie : Il est urgent d’assurer la protection des civils et des travailleurs humanitaires

Protéger les populations vulnérables
Syrie

Après presque une décennie de guerre civile, l'incursion turque dans le Nord-est de la Syrie relance le cycle de violence, d’angoisse et d'incertitude pour les habitants de cette région. Handicap International est extrêmement préoccupée par l’escalade militaire et la menace que celle-ci fait peser sur la population civile. L'association appelle toutes les parties au conflit à protéger les civils, en particulier dans les zones peuplées ciblées par les frappes aériennes et les tirs d’artillerie.

Carte Google Maps de la Syrie

© Google Maps

Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA), au moins 1,6 million de personnes dans le Nord-est de la Syrie ont besoin d'une aide humanitaire. Les organisations humanitaires sur le terrain signalent déjà l'interruption de services vitaux, y compris les structures médicales et l'approvisionnement en eau. Si la violence perdure, l'accès des populations à l'aide humanitaire devrait se détériorer tandis que le nombre de personnes dans le besoin devrait augmenter.

La bande de 5 kilomètres longeant la frontière entre la Turquie et la Syrie est actuellement le théâtre d’attaques incessantes. On estime à 450 000 le nombre de civils qui y vivent, dont 90 000 d’entre eux ayant déjà du être déplacés à l'intérieur du pays. Les Nations Unies rapportent que plus de 64 000 personnes dans la région frontalière ont fui leurs foyers à la recherche de sécurité dans les 12 premières heures de l'offensive, et les organisations humanitaires sur le terrain soulignent le besoin croissant d'aide humanitaire à l'intérieur et à l'extérieur de la zone.

Un impact considérable sur les populations

Par ailleurs, Tal Abiyad, Ras el Ain, Quamishly et d'autres villes du Nord-est de la Syrie ont été la cible d'armes explosives principalement sous forme de frappes aériennes et de tirs d’artillerie. La majorité des victimes d’armes explosives en zones peuplées sont des civils. De plus, l'utilisation d'armes explosives en zones urbaines entraîne des déplacements forcés et détruit de manière disproportionnée les infrastructures vitales. cette pratique impacte à la fois la capacité des populations d’accéder à une aide humanitaire d’urgence et les services nécessaires sur le long terme tels que les moyens de subsistance ou l’accès à l’éducation.

L'offensive en cours pourrait affaiblir considérablement le réseau des services primaires déjà peu disponibles et rendre encore plus difficile l'accès des personnes aux services humanitaires. Un travailleur humanitaire sur le terrain témoigne : « Je travaille dans le secteur humanitaire pour venir en aide à ceux qui en ont besoin. Lorsque le conflit a commencé hier soir, je n'ai pas pu me rendre au bureau en raison des violents affrontements et des bombardements. Le fait d’être bloqué et de ne pas pouvoir travailler ne me permet pas de répondre aux besoins des habitants de ma région et d'apporter un soutien réel à ma famille, à mes amis et à mes collègues ».

Empêcher la situation de se déteriorer

  • Le Conseil de sécurité des Nations Unies et la communauté internationale doivent tout mettre en œuvre pour obtenir un cessez-le-feu immédiat, sachant que l'acheminement de l'aide humanitaire, y compris l'accès des civils à l'aide humanitaire, est gravement entravé par ce nouveau cycle de violences.
  • Toutes les parties au conflit et la communauté internationale doivent assurer la protection des civils et des travailleurs humanitaires et veiller à ce que la liberté de circulation et l'accès humanitaire soient garantis à tous les civils dans le Nord-est du pays.
  • Toutes les parties au conflit doivent cesser d'utiliser des armes explosives à large rayon d’impact dans les zones peuplées, et ne doivent en aucun cas prendre pour cible les infrastructures civiles comme les hôpitaux, les écoles et les marchés.
#Stopbombing
Chaque jour, dans le monde, toutes les 24 minutes un civil est blessé ou tué par une bombe ou une arme explosive visant une zone urbaine. Bombardements indiscriminés, pilonnages au cœur des villes, déluge de feu sur des infrastructures civiles à Alep, Mossoul, Raqqa, Kobané... les mêmes scènes se répètent au mépris de la vie des civils. Handicap International appelle la communauté internationale à réagir pour stopper ces pratiques. Un premier pas a été franchi lors de la Conférence de Vienne qui a réuni les 1er et 2 octobre derniers 84 États, « favorables à une déclaration politique visant à mettre fin à l’usage des armes explosives en zones peuplées ». Pour rappeler l’urgence d’agir, l'association a inauguré à Paris et à Vienne un monument au Civil inconnu pour rendre hommage aux victimes anonymes de ces conflits et maintenir la pression sur les États, alors que les prochains mois seront décisifs pour les négociations d'ici à la Conférence de Dublin (mai 2020) qui ouvrira la déclaration politique à la signature des États.
stopbombing.fr
Publié le : 11 octobre 2019
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Bombardements de civils : les États reconnaissent enfin l'urgence d'agir
© HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables

Bombardements de civils : les États reconnaissent enfin l'urgence d'agir

133 États se sont réunis les 1er et 2 octobre lors de la Conférence de Vienne sur la protection des civils dans les guerres urbaines. Une majorité est prête à travailler sur une déclaration politique visant à mettre fin aux souffrances humaines causées par l'utilisation des armes explosives dans les zones peuplées. Les discussions qui se tiendront durant les prochains mois seront décisives.

Civils bombardés : à Vienne, les États doivent prendre leurs responsabilités
© A. Al Osta / HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables

Civils bombardés : à Vienne, les États doivent prendre leurs responsabilités

Plus de 90 États participent à la Conférence de Vienne qui a lieu les 1er et 2 octobre. Cette rencontre cruciale marque le début des discussions sur la déclaration politique internationale visant à mettre fin à l'utilisation des armes explosives dans les zones peuplées. Alma Taslidžan Al-Osta, responsable du plaidoyer à Handicap International, explique les derniers préparatifs.

Handicap International inaugure le Monument au civil inconnu
© HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables

Handicap International inaugure le Monument au civil inconnu

Handicap International a inauguré le 26 septembre à Paris le "Monument au civil inconnu" deux jours avant la Pyramide de chaussures, en hommage aux victimes civiles des conflits contemporains et pour dénoncer une pratique intolérable : les bombardements en zones peuplées.