Go to main content

« Je ne sais pas ce que je serais devenu sans vous » Omar, 32 ans

Réadaptation Urgence
Jordanie Syrie

Omar a 32 ans et vient de Syrie. Il a trouvé refuge en Jordanie et vit dans le camp d’Azraq depuis plusieurs années. Victime de tortures dans son pays, il est encore traumatisé par les événements qu’il a vécus et est suivi par Handicap International dans le cadre de sessions de réadaptation et de soutien psychologique.

Omar, torturé en Syrie, essaie aujourd'hui de se reconstruire en Jordanie avec l'aide de Handicap International

Omar, torturé en Syrie, essaie aujourd'hui de se reconstruire en Jordanie avec l'aide de Handicap International | © E. Fourt / Handicap International

Omar sert la main d’Abdelillah, kinésithérapeute de Handicap International, et s’assied dans la petite salle de réadaptation que l’association a installée dans le camp de réfugiés d’Azraq en Jordanie. Le soleil qui brille à l’extérieur de la caravane contraste avec les cernes et l’air épuisé du Syrien. Omar s’assied et lorsque le kinésithérapeute lui demande comment il se sent, il se met à sangloter. Abdelillah l’écoute patiemment, et il essaie de l’encourager à aller de l’avant. Omar lui dit alors : « J’ai 32 ans et toutes les portes sont fermées. Des fois, j’ai l’impression que le futur n’existe pas… Jusqu’à quand ? Jusqu’à quand ? »

Les événements des années passées sont encore très présents dans sa mémoire. Entre 2011 et 2013, Omar a été torturé deux fois, une trentaine de jours en tout. Il a fui seul pour la Jordanie en 2013, mais il n’est arrivé à Azraq qu’au début de l’année dernière. Ses blessures sont aussi mentales que physiques : depuis qu’il a été torturé, Omar ne peut plus marcher normalement.

"Les sessions de kiné m'aident"

Abdelillah essaie de le réconforter. Un sourire timide apparait alors brièvement sur le visage du jeune homme qui dit doucement : « Heureusement que tu es là, j’avais besoin de parler, je me sens tellement seul ici. Des fois, j’ai l’impression que je pourrais mourir et que personne ne s’en soucierait… Il y a quelques mois, je pensais que tout allait changer. J’avais trouvé une femme avec qui je voulais me marier. Mais son père a refusé que je l’épouse, à cause de mon handicap. Il a complètement détruit l’image que j’avais de moi-même. Et j’ai encore du mal à m’en remettre… »

Le kinésithérapeute de Handicap International accompagne Omar depuis plusieurs semaines. Il tente de l’inclure dans les activités de l’association, de lui faire sentir l’importance de sa présence. « Je veux que tu penses à ta vie comme tu penses à nos sessions de kinésithérapie », lui dit-il alors qu’il entreprend une série d’exercices. Au fil de la séance, Omar se détend. « J’ai encore beaucoup de mal à trouver de l’espoir et mon moral fluctue beaucoup, mais les sessions de kinésithérapie m’aident sur ce chemin. »

"Vous m'avez fait sentir que je comptais"

« Nous suivons aussi Omar pour des sessions de soutien psychologique. Nous l’aidons à appréhender la vie au jour le jour, à ne pas être trop défaitiste quant à l’avenir… C’est quelque chose qui prendra du temps. Les cicatrices sont importantes. Les moments d’optimisme et de pessimisme se succèdent, mais c’est quelque chose qu’on observe souvent dans le cadre de nos séances. Le but pour nous est d’arriver à ce que l’optimisme prenne finalement le dessus », commente Abdelillah.

La session se termine. Omar remercie le kinésithérapeute de Handicap International :

« Je ne sais pas ce que je serais devenu sans vous, sans cette association. Vous m’avez fait sentir que je comptais, que j’avais un rôle à jouer dans la société. Ma détresse est encore énorme mais chaque session me donne un peu plus le sentiment que je me bats pour quelque chose désormais. Je repars le cœur apaisé. »

Abdelillah et Omar au centre de Handicap International, dans le camp de réfugiés d’Azraq en Jordanie © E. Fourt / Handicap International

Abdelillah et Omar au centre de Handicap International, dans le camp de réfugiés d’Azraq en Jordanie
© E. Fourt / Handicap International

Publié le : 5 juillet 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !
© Elise Cartuyvels / HI

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !

Le 25 avril 2015, un violent séisme secouait le Népal. À des centaines de kilomètres l’une de l’autre, Nirmala et Khendo étaient ensevelies sous les décombres. Amputées d’une jambe, elles se rencontrent à l’hôpital, suivent de nombreuses séances de réadaptation avec les kinésithérapeutes de HI et réapprennent à marcher. Trois ans plus tard, elles sont devenues inséparables, vont à l’école ensemble et rêvent de danser.

« Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes »
© Elise Cartuyvels / HI

« Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes »

Sudan Rimal, 29 ans, est kinésithérapeute pour Handicap International au Népal. Après le séisme qui a frappé le pays le 25 avril 2015, il a aidé des centaines de victimes en menant des séances de réadaptation et en leur apprenant à remarcher. Témoignage d’un professionnel qui a beaucoup appris de cette catastrophe.

Trois ans après le séisme, Handicap International toujours aux côtés des victimes
© Elise Cartuyvels / HI

Trois ans après le séisme, Handicap International toujours aux côtés des victimes

Le 25 avril 2015, la terre tremblait au Népal. Plus de 8 000 personnes perdaient la vie et plus de 22 000 autres étaient blessées. Handicap International est immédiatement intervenue auprès des personnes affectées. L’association a aidé plus de 15 000 personnes dont Ramesh, Nirmala et Khendo.