Go to main content

Moyen-Orient : Handicap international appelle la coalition à ne pas utiliser d’armes explosives en zones peuplées

Lyon, le 10 octobre 2014. Handicap international appelle les membres de la coalition internationale contre l’Etat islamique à respecter le droit humanitaire et à protéger les populations civiles. L’association les exhorte à ne pas utiliser d’armes explosives en zones peuplées et rappelle que l’utilisation des bombes à sous-munitions est interdite.

Handicap International a adressé un courrier à plusieurs Etats membres de la coalition internationale, dont la France, les enjoignant à respecter rigoureusement le droit international humanitaire.

« Tout doit être mis en œuvre pour épargner les populations civiles qui ont été jusqu’à maintenant les principales victimes des  violences en Syrie et en Irak, déclare Marion Libertucci, responsable du plaidoyer à Handicap International. En plus des morts, des blessures et des mutilations, l’utilisation d’armes explosives dans des zones urbaines provoquent d’importants déplacements de populations et rendent inhabitables des zones entières à cause de leur pollution par des restes explosifs de guerre (REG). »

Handicap International entend également prévenir l’usage de bombes à sous-munitions dont l’utilisation est interdite par le Traité d’Oslo depuis 2008. L’organisation rappelle que les Etats parties au Traité d’Oslo doivent tout faire pour décourager les Etats non parties d’utiliser des bombes à sous- munitions lors d’opérations conjointes.

Ni les Etats-Unis, qui dirigent la coalition, ni le Bahreïn, la Jordanie, l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis qui en sont membres, ne sont signataires de cette Convention. Ces pays possèdent d’importantes réservesde bombes à sous-munitions,selon un rapport publié par le Landmine and Cluster  Munition  Monitor,  groupement  d’organisations  internationales  contre  les  sous-munitions dont handicap international participe à la coordination.

Plus de 90% des victimes recensées de bombes à sous-munitions sont des civils. Jusqu’à 40%de ces bombes n’explosent pas à l’impact, constituant une menace pour les civils des dizaines d’années après un conflit, et perturbant la vie sociale et économique dans les zones polluées.

Le Traité d’Oslo interdit l’utilisation, la production, la commercialisation, le transfert et le stockage des bombes à sous-munitions. Les Etats parties ne peuvent assister, encourager ou inciter un tiers à des pratiques interdites par le traité. Le traité compte 86 Etats parties ; 28 Etats en sont signataires et doivent encore le ratifier.


Contact presse :

Sophie Gaguin / sgaguin@handicap-international.fr / 04 26 68 76 47 / 06 60 97 09 38


A propos de Handicap International

Handicap International est une association de solidarité internationale indépendante, qui intervient depuis plus de 30 ans dans les situations de pauvreté et d'exclusion, de conflits et de catastrophes. Œuvrant aux côtés des personnes handicapées et vulnérabilisées, elle agit et témoigne pour répondre à leurs besoins essentiels et améliorer leurs conditions de vie. Elle s'engage à promouvoir le respect de leur dignité et de leurs droits fondamentaux. Depuis sa création en 1982, Handicap International a mis en place des programmes de développement dans plus de 60 pays et intervient dans de nombreuses situations d'urgence. Le réseau de 8 associations nationales (Allemagne, Belgique, Canada, Etats-Unis, France, Luxembourg, Royaume-Uni et Suisse) œuvre de manière constante à la mobilisation des ressources, à la cogestion des projets et au rayonnement des principes et actions de l'organisation. Handicap International est l’une des six associations fondatrices de la Campagne internationale pour interdire les mines (ICBL), co-lauréate du prix Nobel de la paix en 1997 et lauréate du Prix Conrad N. Hilton 2011. Handicap International agit et témoigne partout où « vivre debout » ne va pas de soi.

Publié le : 10 octobre 2014
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !
© Elise Cartuyvels / HI

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !

Le 25 avril 2015, un violent séisme secouait le Népal. À des centaines de kilomètres l’une de l’autre, Nirmala et Khendo étaient ensevelies sous les décombres. Amputées d’une jambe, elles se rencontrent à l’hôpital, suivent de nombreuses séances de réadaptation avec les kinésithérapeutes de HI et réapprennent à marcher. Trois ans plus tard, elles sont devenues inséparables, vont à l’école ensemble et rêvent de danser.

« Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes »
© Elise Cartuyvels / HI

« Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes »

Sudan Rimal, 29 ans, est kinésithérapeute pour Handicap International au Népal. Après le séisme qui a frappé le pays le 25 avril 2015, il a aidé des centaines de victimes en menant des séances de réadaptation et en leur apprenant à remarcher. Témoignage d’un professionnel qui a beaucoup appris de cette catastrophe.

Trois ans après le séisme, Handicap International toujours aux côtés des victimes
© Elise Cartuyvels / HI

Trois ans après le séisme, Handicap International toujours aux côtés des victimes

Le 25 avril 2015, la terre tremblait au Népal. Plus de 8 000 personnes perdaient la vie et plus de 22 000 autres étaient blessées. Handicap International est immédiatement intervenue auprès des personnes affectées. L’association a aidé plus de 15 000 personnes dont Ramesh, Nirmala et Khendo.