Go to main content

Mossoul : Plus de 150 000 personnes déplacées en un mois

Le 19 Février dernier, les forces armées lançaient la seconde phase de leur opération militaire pour reprendre Mossoul, en Irak. Depuis, plus de 150 000 personnes ont fui les combats dans l’ouest de la ville. Les mouvements de population s’accélèrent, avec une moyenne de 9 000 personnes déplacées chaque jour. Les équipes de Handicap International interviennent auprès de la population dans les camps et les hôpitaux.

Mosul_Kazer camp

Des personnes déplacées dans le camp de Kazher | © E. Fourt / Handicap International

« Alors que les combats continuent à Mossoul, nous observons un taux de déplacement de personnes sans précédent » commente Fanny Mraz, chef de mission de Handicap International en Irak. « Rien qu’au cours des dix derniers jours, près de 10 000 nouveaux déplacés étaient recensé quotidiennement.  Et on s’attend à ce que ces mouvements de population s’intensifient dans les jours à venir… » Certains camps de déplacés arrivent à saturation.

Parmi les nouveaux déplacés, on trouve un nombre considérable de personnes blessées par les bombardements et explosions dans la partie ouest de Mossoul. « Plusieurs milliers de personnes ont été blessées au cours des dernières semaines. On rencontre un nombre important de  victimes de coups de feu, d’engins explosifs ou d’éclats d’obus  », indique Fanny Mraz. « Les structures de santé sont dépassées par le nombre de victimes qui arrivent de Mossoul par ambulance. »

Les équipes de Handicap International interviennent dans deux hôpitaux pour apporter leur assistance aux blessés dès leur prise en charge dans les structures de santé. « Nous sommes présents dans les hôpitaux de Hamdanyiah et Qayyarah, qui reçoivent beaucoup de victimes des combats » indique Fanny. « Nous avons également étendu notre intervention dans les camps. Nous travaillons désormais à Hamam Al Alil, où arrivent beaucoup de nouveaux déplacés. Nos équipes sont à pieds d’œuvre pour venir en aide à la population. »

Selon les Nations Unies, plus de 300 000 personnes supplémentaires pourraient fuir la ville dans les semaines à venir.[1]  Et les centaines de milliers de civils encore bloqués à Mossoul encourent des risques très important tant que les combats se poursuivent.


 [1]OCHA, 19/03: http://reliefweb.int/report/iraq/humanitarian-agencies-are-pushed-their-limits-many-320000-additional-civilians-may-flee

Publié le : 31 mai 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !
© Elise Cartuyvels / HI

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !

Le 25 avril 2015, un violent séisme secouait le Népal. À des centaines de kilomètres l’une de l’autre, Nirmala et Khendo étaient ensevelies sous les décombres. Amputées d’une jambe, elles se rencontrent à l’hôpital, suivent de nombreuses séances de réadaptation avec les kinésithérapeutes de HI et réapprennent à marcher. Trois ans plus tard, elles sont devenues inséparables, vont à l’école ensemble et rêvent de danser.

« Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes »
© Elise Cartuyvels / HI

« Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes »

Sudan Rimal, 29 ans, est kinésithérapeute pour Handicap International au Népal. Après le séisme qui a frappé le pays le 25 avril 2015, il a aidé des centaines de victimes en menant des séances de réadaptation et en leur apprenant à remarcher. Témoignage d’un professionnel qui a beaucoup appris de cette catastrophe.

Trois ans après le séisme, Handicap International toujours aux côtés des victimes
© Elise Cartuyvels / HI

Trois ans après le séisme, Handicap International toujours aux côtés des victimes

Le 25 avril 2015, la terre tremblait au Népal. Plus de 8 000 personnes perdaient la vie et plus de 22 000 autres étaient blessées. Handicap International est immédiatement intervenue auprès des personnes affectées. L’association a aidé plus de 15 000 personnes dont Ramesh, Nirmala et Khendo.