Go to main content
 
 

Mossoul : Handicap International se prépare à la plus grave crise humanitaire de l’année 2016

Urgence
Irak

Une cinquantaine de collaborateurs de Handicap International s’apprêtent à intervenir en Irak pour prendre en charge immédiatement les populations déplacées par la bataille de Mossoul. Plus de 22 000 personnes ont déjà fui les violences depuis le début des opérations militaires, le 17 octobre dernier. Les Nations unies estiment qu’un million d’individus pourraient être déplacés par les combats. Dans un pays qui compte déjà plus de 3,3 millions de déplacés, ce conflit risque d’engendrer une crise humanitaire sans précédent.

Camp de déplacés en Irak - photo d'archive Handicap International

Camp de déplacés en Irak - photo d'archive Handicap International | © S. Pierre / Handicap International

Selon les Nations unies, le conflit à Mossoul pourrait provoquer dans le pire des scénarios la plus grande crise humanitaire de 2016 avec le déplacement d’un million de personnes. Pour faire face à cette catastrophe imminente, Handicap International s’apprête à mettre en place des activités de réadaptation, de soutien psychosocial et d’éducation aux risques des mines, engins explosifs improvisés et restes explosifs de guerre dans les villages et les camps de déplacés en périphérie de Mossoul.

Quatre équipes d’éducation aux risques des mines et restes explosifs de guerre, quatre autres de soutien psychosocial – dont quatre psychologues pour répondre aux cas de traumatisme les plus sévères – et trois équipes de réadaptation seront très bientôt déployées dans les zones de déplacement.

Un million de personnes vulnérables

Plus de 22 000 personnes ont déjà fui les violences à Mossoul. Fanny Mraz, chef de mission pour Handicap International en Irak :

« Les mouvements de population devraient s’accélérer dans les jours à venir. On estime qu’il y aura plus de 200 000 déplacés originaires de Mossoul et de ses environs dans les prochaines semaines, et peut-être plus d’un million dans le pire des scénarios. Les gens commencent à fuir dans la plus grande confusion, sans moyens pour se nourrir, se soigner et s’abriter. Ils ont tout laissé derrière eux, arrivent souvent dans des lieux où la population est déjà particulièrement vulnérable. La situation est extrêmement préoccupante. »

Handicap International envisage de former les personnes déplacées, les villageois et les organisations humanitaires aux risques des mines, des engins explosifs improvisés et des restes explosifs de guerre. « Les engins explosifs improvisés et restes explosifs de guerre sont omniprésents dans les zones de conflit en Irak. Les populations civiles, mais aussi les personnels humanitaires qui leur viennent en aide, peuvent être exposés à cette menace. Dans un pays aussi contaminé que l’Irak, il est essentiel que tous soient sensibilisés à ces risques », ajoute Fanny Mraz. 

Ne pas oublier les personnes handicapées

Handicap International portera également assistance aux populations restées dans les villages pendant le conflit. Certains d’entre eux sont aujourd’hui accessibles aux acteurs humanitaires, et les besoins sont immenses puisque les services de base ne fonctionnent plus. De plus, ces populations s’exposent à chaque instant aux risques d’accident liés à la très forte présence d’engins explosifs laissés derrière les combats.

L’association sera particulièrement attentive au niveau de l’accessibilité des structures dans lesquelles les populations déplacées seront relogées. « Les personnes en situation de handicap ne doivent pas être oubliées dans cette réponse d’urgence et doivent avoir le même accès aux services humanitaires que les autres civils ayant fui les combats », précise Fanny Mraz.

À ce titre, Handicap International sensibilisera également les autres organisations humanitaires présentes sur place à la prise en compte des personnes vulnérables – personnes handicapées, blessées, très âgées, etc. – dans les actions menées en faveur des déplacés.

Portrait de Thomas Hugonnier, responsable des opérations d’urgence en Irak pour Handicap International> Lire également l'interview de Thomas Hugonnier, responsable des opérations d'urgence de Handicap International en Irak


Handicap International et la crise irakienne

Plus de 125 000 personnes ont bénéficié d’actions de Handicap International depuis le lancement de ses opérations d’urgence en Irak, en 2014. Les actions de l’association sont réévaluées régulièrement, pour tenir compte d’une situation très volatile sur l’ensemble du territoire. Handicap International mène actuellement des activités de protection des populations : sensibilisation aux risques des mines et armes conventionnelles, études non techniques et dépollution de zones potentiellement dangereuses, réadaptation physique et fonctionnelle, soutien psychosocial, soutien à des centres de santé (don de matériel, formation du personnel et équipement des locaux, transport et soutien adapté pour l’accès aux services), formation, plaidoyer pour l’inclusion des personnes handicapées et soutien technique à des partenaires pour renforcer l’inclusion des personnes vulnérables au sein de leurs services.

Publié le : 4 novembre 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

HI aide plus de 85 000 réfugiés rohingyas au Bangladesh
© Abir Abdullah / HI
Réadaptation Urgence

HI aide plus de 85 000 réfugiés rohingyas au Bangladesh

Deux ans après l’arrivée massive des réfugiés rohingyas au Bangladesh, Handicap International mène toujours des activités d’urgence dans le pays, tant les besoins restent énormes. Point de situation en chiffres.

L'aide humanitaire : une histoire de compassion
© Gilles Lordet / HI
Réadaptation Urgence

L'aide humanitaire : une histoire de compassion

Tichaona Mashodo dirige l'équipe mobile de Handicap International au Soudan du Sud. Il revient sur ses dix années d'engagement humanitaire.

Mossoul Ouest, ville fantôme
© Fanny Mraz / HI
Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Mossoul Ouest, ville fantôme

Entre octobre 2016 et juillet 2017, Mossoul a été le théâtre de violents combats. L’utilisation intensive d’armes explosives – bombardements, pose de mines artisanales, etc. – a anéanti principalement la partie Ouest de la ville. Plus de 500 000 personnes sont toujours déplacées dans des camps de la province de la Ninive.