Go to main content
 
 

Mossoul : 350 000 déplacés, Handicap International répond à une crise majeure

Urgence
Irak

Depuis le début des opérations militaires en octobre dernier, 350 000 personnes ont déjà fui la ville de Mossoul. L’exode se poursuit avec en moyenne 9 000 départs quotidiens. Dans un pays qui compte déjà plus de 3 millions de déplacés, ce conflit risque d’engendrer une crise humanitaire majeure. Plusieurs dizaines de collaborateurs de Handicap International sont déployés pour prendre en charge les personnes les plus fragiles.

Une équipe mobile de Handicap International dans le camp de déplacés de Khazer, en Irak

Une équipe mobile de Handicap International dans le camp de déplacés de Khazer, en Irak | © E. Fourt / Handicap International

Selon les Nations Unies, les combats à Mossoul pourraient provoquer le déplacement de 700 000 personnes. 350 000 personnes ont déjà fui les violences dans la ville depuis le début des opérations militaires, le 17 octobre dernier ; 320 000 personnes supplémentaires pourraient être déplacées par le conflit dans les prochaines semaines. Depuis le lancement de l’offensive sur la partie ouest de la ville, le 19 février, quelque 9 000 personnes fuient chaque jour les combats.

« Les mouvements de population fuyant Mossoul et ses environs s’accélèrent un peu plus chaque jour. Les gens fuient dans le chaos, sans moyens pour se nourrir, se soigner et s’abriter. Ils ont tout abandonné derrière eux et se trouvent dans un dénuement total. »

Fanny Mraz, chef de mission pour Handicap International en Irak

12 équipes Handicap International en action

Pour faire face à une crise d’une telle ampleur, Handicap International a mis en place des activités de réadaptation, de soutien psychologique et d’éducation aux risques des mines, engins explosifs improvisés et restes explosifs de guerre dans les villages et camps de déplacés en périphérie de Mossoul. 

Quatre équipes d’éducation aux risques des mines et restes explosifs de guerre, quatre autres de soutien psychologique – dont deux psychologues pour répondre aux cas de traumatisme les plus sévères – et quatre équipes de réadaptation sont déployées dans les zones de déplacement.

Handicap International intervient également dans six camps de déplacés et à l’hôpital de Qayyarah en périphérie de Mossoul, et prévoit d’étendre son action dans les semaines à venir, notamment dans deux hôpitaux à Mossoul même. Depuis octobre 2016, l’association a fourni une aide d’urgence à plus de 5 300 personnes : des soins de réadaptation fonctionnelle à près de 800 personnes et une aide psychologique à plus de 4 500 personnes. Handicap international a également mené des sessions d’éducation aux risques qui ont bénéficié à plus de 16 000 personnes.

11 millions d’Irakiens ont besoin d’aide

« Plus de 70 000 personnes sont déjà retournées dans les quartiers est de Mossoul ou des villages désormais sous le contrôle de l’armée et fortement contaminés par les engins non explosés. Il y a urgence à informer ces populations des dangers et à leur inculquer les bons gestes pour éviter des accidents qui provoquent souvent des blessures irréversibles », poursuit Fanny Mraz. À ce titre, Handicap International sensibilise également les autres organisations humanitaires présentes sur place à la prise en compte des personnes vulnérables – personnes handicapées, blessées, très âgées… – dans les actions en faveur des déplacés.

L’Irak a connu ces dernières décennies une succession de conflits qui ont miné le pays et forcé plus de 3 millions de personnes à se déplacer. 11 millions d’Irakiens ont aujourd’hui besoin d’une assistance humanitaire et le pays compte parmi les plus contaminés au monde par les restes explosifs de guerre


Handicap International et la crise irakienne 

Plus de 125 000 personnes ont bénéficié d’actions de Handicap International depuis le lancement de ses opérations d’urgence en Irak, en 2014. Les actions de l’association sont réévaluées régulièrement, pour tenir compte d’une situation très volatile sur l’ensemble du territoire. Handicap International mène actuellement des activités de protection des populations, de sensibilisation aux risques de mines et armes conventionnelles, des études non-techniques et de la dépollution de zones potentiellement dangereuses, de la réadaptation physique et fonctionnelle, du soutien psychosocial, du soutien à des centres de santé , de la formation, du plaidoyer et du soutien technique à des partenaires pour renforcer l’inclusion des personnes vulnérables (handicapées, blessées, âgées, etc.) au sein de leurs services.

Publié le : 24 mars 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

L'aide humanitaire : une histoire de compassion
© Gilles Lordet / HI
Réadaptation Urgence

L'aide humanitaire : une histoire de compassion

Tichaona Mashodo dirige l'équipe mobile de HI au Soudan du Sud. Il revient sur ses dix années d'engagement humanitaire.

Mossoul Ouest, ville fantôme
© Fanny Mraz / HI
Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Mossoul Ouest, ville fantôme

Entre octobre 2016 et juillet 2017, Mossoul a été le théâtre de violents combats. L’utilisation intensive d’armes explosives – bombardements, pose de mines artisanales, etc. – a anéanti principalement la partie Ouest de la ville. Plus de 500 000 personnes sont toujours déplacées dans des camps de la province de la Ninive.

Le Conseil de sécurité des Nations Unies reconnaît les droits des personnes handicapées dans les conflits armés
© Martin Crep / HI
Droit Insertion Urgence

Le Conseil de sécurité des Nations Unies reconnaît les droits des personnes handicapées dans les conflits armés

Pour la première fois, le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté une résolution sur les personnes handicapées dans les conflits armés. Une avancée historique pour ces dernières, particulièrement exposées lors des crises et souvent négligées dans l'aide humanitaire.