Go to main content

Monica est à nouveau debout

Appareiller et rééduquer Secourir les victimes
Soudan du Sud

Monica, 9 ans, vit dans un camp de déplacés à l’abri des combats qui déchirent la République du Soudan du Sud. En août 2014, une maladie la laisse subitement paralysée des deux jambes. Depuis, la petite fille est suivie par Handicap International et bénéficie de réadaptation. Aujourd’hui, elle remarche.

République du Soudan du sud : Monica, jeune réfugiée de 9 ans, a été terrassée par une maladie qui la laisse paralysée des deux jambes. Depuis, la petite fille est suivie par Handicap International. Après quelques semaines de réadaptation, elle marche à nouveau.

© Handicap International

« Depuis décembre 2013, 1,5 million de Sud-Soudanais ont dû fuir à l’intérieur du pays. Nombre d’entre eux vivent dans des camps de déplacés. Ils n’ont pas toujours accès à l’eau potable, à la nourriture, aux soins de santé et à d’autres services spécifiques comme les soins de réadaptation. Afin de permettre aux plus vulnérables, notamment les personnes handicapées, de recevoir les services de réadaptation et de psychomotricité nécessaires, des équipes volantes de Handicap International se rendent dans les zones de Nimule, Yambio, Lankien, Maban et Yida. Depuis 2014, 229 personnes handicapées ont ainsi été prises en charge et 1 964 séances de réadaptation ont été dispensées », explique Lucia Morera Porres, directrice du programme de Handicap International en République du Soudan du Sud.

Monica et sa famille ont, eux aussi, fuient les combats violents qui déchirent la République du Soudan du Sud. Ils se sont réfugiés dans le camp de Yusuf Batil. Un matin, la fillette se réveille avec une forte fièvre, incapable de se lever.

« Elle n’avait plus de force. On n’a pas dramatisé et on lui a donné un médicament. Trois jours plus tard, Monica n’arrivait plus à marcher. On a essayé de la soigner avec des herbes thérapeutiques traditionnelles, sans succès. On ne savait plus quoi faire », raconte la mère de Monica. 

Trois mois plus tard, les médecins de l’hôpital du comté de Maban diagnostiquent le syndrome de Guillain-Barré, une maladie où le système immunitaire s’attaque au système nerveux périphérique. Ils prescrivent un traitement médical. Quelques semaines plus tard, les équipes mobiles de réadaptation de Handicap International rencontrent Monica. Parallèlement au suivi médical, les équipes prodiguent à la petite fille des séances de réadaptation et d’entraînement physique quotidiennes. Le bilan est très positif : après seulement trois semaines d’exercices, Monica se remet debout ! Elle peut à nouveau se déplacer seule et retrouve son grand sourire.

Publié le : 10 février 2015
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

HI répond aux besoins physiques et psychologiques des réfugiés sud-soudanais en Ouganda
© Marlène Sigonney / HI

HI répond aux besoins physiques et psychologiques des réfugiés sud-soudanais en Ouganda

Depuis le début de la guerre civile au Soudan du Sud, l'Ouganda a accueilli plus d'un million de personnes fuyant le conflit. Plus de 85 % des réfugiés sont des femmes et des enfants. Meryll Patois, experte en réadaptation pour Handicap International, décrit les besoins des réfugiés sud-soudanais et les services fournis par nos équipes. Découvrez son témoignage à l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés le 20 juin.

Grâce à son tricycle, Emmanuel se rend tout seul à l’école
© HI

Grâce à son tricycle, Emmanuel se rend tout seul à l’école

Emmanuel a 12 ans et vit au Soudan du Sud. Paralysé des deux jambes, il peut se rendre seul à l’école depuis que Handicap International lui a fourni un tricycle. Dans ce jeune pays ravagé par les conflits, l’association aide les personnes handicapées victimes d'exclusion.

Le voyage dans le passé de Gniep, une des premières bénéficiaires de HI
© France 3 - mars 2018

Le voyage dans le passé de Gniep, une des premières bénéficiaires de HI

Gniep Smoeun avait 10 ans lorsqu'elle a eu la jambe arrachée par une mine antipersonnel au Cambodge en plein conflit khmer rouge. Aujourd'hui infirmière à Rennes, elle a voulu retourner sur place avec sa fille et le médecin qui l'a sauvée, un certain Jean-Baptiste Richardier, cofondateur de Handicap International. Découvrez le reportage diffusé sur France 3 fin mars.