Go to main content

Malake, 6 ans : « Je voudrais pouvoir rejouer à la poupée »

Réadaptation
Syrie

Malake est une jeune Syrienne de 6 ans. Il y a trois ans, elle a été blessée lors d’une attaque dans sa ville. Handicap International et un partenaire local assistent la fillette dans sa convalescence grâce à des sessions de réadaptation. L’association peut apporter son aide à la population syrienne grâce au soutien du service de la Commission européenne chargé de l'aide humanitaire et de la protection civile (ECHO) et de son partenaire local.

La jeune Malake lors d’une session de réadaptation avec Handicap International

La jeune Malake lors d’une session de réadaptation | © Handicap International

Lorsque Malake fait son entrée dans le centre de réadaptation, un sourire s’affiche sur le visage de Khanoum. Voilà plusieurs semaines que le kinésithérapeute assiste la petite fille dans sa convalescence. Bien qu’elle ait été blessée il y a plusieurs années, elle n’a pu accéder à des soins de kinésithérapie que récemment. Abou Abdo, son père, explique : « Nous vivons à la campagne et il n’y a pas beaucoup de structures de santé autour de chez nous… »

Alors qu’il s’installe dans la salle de kinésithérapie, Abou Abdo se remémore l’accident de sa fille :

« C’était en mars 2013. Elle était partie au marché avec son grand-père pour acheter de quoi manger. Une bombe mortier est tombée sur le marché et de nombreuses personnes sont mortes ou ont été blessées. Des ambulances sont arrivées sur les lieux et Malake a été directement transportée à l’hôpital. Des éclats d’obus s’étaient logés dans son bras et elle a dû être opérée. Elle est restée deux jours en observation avant de pouvoir rentrer à la maison. »

Abou Abdo, lui-même blessé il y a deux ans, explique les difficultés rencontrées par sa fille depuis son accident : « Depuis trois ans, Malake ne peut plus faire des choses simples, comme écrire avec sa main droite, par exemple. » La petite fille prend alors la parole : « J’aimerais aussi pouvoir à nouveau manger toute seule. Et je voudrais pouvoir rejouer à la poupée. »

Khanoum, le kinésithérapeute, pousuit : « Lorsque nous l’avons rencontrée, Malake souffrait encore de sa blessure, même des années après son accident. Nos sessions de kinésithérapie ont pour but d’accélérer son renforcement musculaire et de réduire ses problèmes d’articulation au niveau du coude. Nous faisons tout notre possible pour que Malake puisse retrouver la même mobilité qu’auparavant et soit en mesure de faire ces gestes simples du quotidien, sans l’aide de ses parents ». Comme Malake, 8,4 millions d'enfants syriens, qu'ils soient en Syrie ou exilés, ont été affectés par le conflit dans leur pays.*

> Lire également :


* Unicef, 2016.

Publié le : 22 décembre 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

"Je ne peux plus prendre mes enfants dans mes bras comme avant"
© Hardy Skills / HI
Réadaptation Urgence

"Je ne peux plus prendre mes enfants dans mes bras comme avant"

Handicap International vient en aide à des centaines de victimes de la violence à Gaza. Découvrez les défis quotidiens auxquels sont confrontées les personnes blessées et leurs familles, comme Mohammed qui a reçu une balle dans la jambe et a besoin de soins et de suivi.

Pluies torrentielles au Bangladesh : plus de 9 000 réfugiés rohingyas affectés
© HI
Réadaptation Urgence

Pluies torrentielles au Bangladesh : plus de 9 000 réfugiés rohingyas affectés

Plus de 9 000 réfugiés rohingyas sont affectés par des inondations et des glissements de terrain au Bangladesh depuis le mois de juin. Les équipes de Handicap International continuent de venir en aide aux populations affectées.

Urgence humanitaire dans le Sud de la Syrie
© Elisa Fourt / HI
Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Urgence humanitaire dans le Sud de la Syrie

Le nombre de Syriens ayant fui le conflit dans le Sud de la Syrie a été multiplié par quatre ces derniers jours, passant d’environ 60 000 à 272 000 civils. D’après le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (BCAH), la plupart se dirigent vers le plateau du Golan qui borde Israël. Quelque 60 000 civils rejoignent la frontière sud avec la Jordanie.