Go to main content

Malak, 5 ans, devra réapprendre à marcher

Réadaptation
Jordanie Syrie

Malak a 5 ans et vient de Syrie. Touchée par un bombardement avec ses frères et sœurs, elle a été transportée d’urgence en Jordanie et a dû être amputée de la jambe gauche. Aujourd’hui, la fillette est suivie par Handicap International dans le camp de Zaatari où elle vit avec le reste de sa famille.

Malak, 5 ans, est prise en charge par Handicap International en Jordanie.

Malak, 5 ans, est prise en charge par Handicap International en Jordanie. | © E. Fourt / Handicap International

« Ce jour-là, nous étions à la maison avec les enfants. Ma femme et moi avons entendu le son de bombes proches de nous, alors nous sommes sortis voir ce qui se passait dans la rue. Au moment où nous avons quitté notre maison, elle a été bombardée, précisément sur la pièce où se trouvaient nos enfants. Nous avons accouru à l’intérieur, et je n’oublierai jamais ce que j’ai vu à ce moment-là. L’image de mes enfants dans un bain de sang reste ancrée dans ma mémoire », raconte Houdey, le père de Malak, regardant sa fille de 5 ans bénéficier d’une session de kinésithérapie au centre de Handicap International dans le camp de Zaatari.

Arrivé en Jordanie il y a quelques mois avec sa famille, il est encore très affecté par le drame qui a bouleversé leur vie à la fin de l’année dernière. Sa plus jeune fille, âgée de 8 mois, est décédée suite au bombardement. Ses autres enfants ont été blessés : Malak a eu une jambe fracturée et l’autre amputée, son frère est désormais aveugle et gravement brûlé et sa sœur a également la cornée et le visage brûlés. 

« Elle a commencé à moins pleurer »

Malak, 5 ans, est suivie par Handicap International au centre de Zaatari en Jordanie © E. Fourt / Handicap InternationalMohammed, kinésithérapeute de Handicap International, ausculte Malak avant de lui proposer de faire quelques exercices pour perfectionner son équilibre. La petite fille au visage de poupée s’exécute fièrement, le sourire aux lèvres, ravie de pouvoir montrer ses progrès à ce spécialiste de la réadaptation.

« La première fois que je l’ai rencontrée, Malak était encore sous le choc », raconte Mohammed. « Elle pleurait constamment et elle ne voulait parler à personne d’autre qu’à ses parents. J’ai contacté ma collègue psychologue pour qu’elle m’accompagne lors des premières sessions. Le but était de tranquilliser Malak, de la mettre en confiance. Peu à peu, elle a commencé à moins pleurer et à nous accepter ». Encore quelques semaines de rééducation et des mesures seront prises pour appareiller Malak d’une prothèse qui lui permettra de marcher à nouveau après un long processus de réapprentissage.


Lire aussi :

Publié le : 12 septembre 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives
© Martin Crep / HI

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines le 4 avril, Handicap International s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par ces armes en 2016, et le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017.

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"
© Philippe de Poulpiquet / HI

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"

Molham avait à peine 9 ans lorsqu’il a été blessé par une balle perdue à Homs, en Syrie. Sa famille a fui les combats et s’est réfugiée en Jordanie. Handicap International fournit des séances de réadaptation au jeune garçon qui bénéficie également d’un soutien psychologique.

Rééducation des blessés de guerre civils : les bienfaits de la kinésithérapie
© Peter Biro / HI

Rééducation des blessés de guerre civils : les bienfaits de la kinésithérapie

Les personnes blessées, amputées après un bombardement suivent des séances de kinésithérapie après leur opération. Quelle est l’utilité de ces exercices ? Quels sont leurs effets sur la condition physique du blessé ? Réponses avec Isabelle Urseau, experte en réadaptation à Handicap International.