Go to main content

« Maintenant, je sais où je vais »

Améliorer la santé mentale
Rwanda

Alphonsine a 29 ans. Orpheline, sa vie se résume à un cauchemar. Les viols et la violence qu'elle a subis quand elle était jeune l'ont poussée à une surconsommation d'alcool et à la prostitution. Elle a eu plusieurs enfants sans père et est aujourd'hui séropositive. C'est grâce au projet Santé mentale de Handicap International que cette femme a commencé une nouvelle vie. Avec beaucoup d'énergie et de courage, elle est à présent capable d'élever ses enfants de façon autonome et digne.

© Wendy Huyghe / Handicap International

« Quand j'ai rejoint le groupe, j'ai été examinée par un médecin. J'étais à nouveau enceinte. Et j'étais atteinte du VIH. Handicap International m'a montré où je pouvais acheter des inhibiteurs de sida. J'ai pu protéger mon enfant qui n'était pas encore né et il a pu venir au monde en bonne santé. », confie Alphonsine.

« J'ai participé aux entretiens en groupe mais j'ai également passé pas mal d'heures avec la psychologue de Handicap International. J'ai peu à peu abandonné ma vie risquée et je me suis déshabituée de la drogue et de la boisson. J'ai retrouvé ma dignité et je me suis rendue compte que la vie est précieuse, malgré les nombreuses horreurs que j'ai vécues. Maintenant, je mène ce qu'on pourrait appeler une vie “normale”. Grâce au projet de l'association, j'ai pu mettre sur pied un petit commerce et je vends des aliments au marché. Je sais très bien d'où je viens. Mais à l'heure actuelle je sais également où je vais. »

Publié le 14 avril 2014.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Santé mentale : les séquelles du génocide rwandais
© Handicap International
Santé

Santé mentale : les séquelles du génocide rwandais

Handicap International intervient au Rwanda dans le domaine de la santé mentale depuis juillet 1994, au lendemain du génocide qui avait fait près d’un million de morts et traumatisé la population toute entière. Augustin Nziguheba, coordinateur technique psychosocial et protection, explique les activités actuelles de l’association qui bénéficient à plus de 6 000 personnes.

Handicap International et 11 ONG s’inquiètent de l’annonce de la fermeture de camps de réfugiés au Kenya
© B.Blondel / Handicap International
Améliorer la santé mentale

Handicap International et 11 ONG s’inquiètent de l’annonce de la fermeture de camps de réfugiés au Kenya

Les autorités kenyanes ont annoncé la fermeture des camps de réfugiés installés sur leur sol, et leur souhait d’un rapatriement rapide des réfugiés qui s’y trouvent parfois depuis plus de 20 ans. Un collectif de 11 ONG, parmi lesquelles Handicap International, a signé mardi 10 mai un appel au gouvernement kenyan pour lui rappeler ses obligations en matière d’accueil des réfugiés.

Hussein, 25 ans : « J’ai enfin des gens à qui parler »
© E. Fourt / Handicap International
Améliorer la santé mentale

Hussein, 25 ans : « J’ai enfin des gens à qui parler »

Hussein a été victime d’un bombardement en Syrie en 2013. Les éclats d’obus laissés dans son dos l’ont rendu paraplégique. Le jeune homme a fui vers le Liban pour y être soigné, laissant sa famille derrière lui. Avec le soutien de Light For the World, une équipe de Handicap International aide Hussein à se remettre physiquement et à sortir peu à peu de la dépression dont il souffre au quotidien.