Go to main content

« Maintenant, je peux même aller à l'école »

Appareiller et rééduquer Secourir les victimes
Syrie

Ahmad, un enfant syrien d'à peine 6 ans, joue dehors lorsqu'une bombe explose derrière lui. Ses jambes sont déchiquetées en dessous du genou. Faute d'hôpital et de médecin, son amputation est extrêmement éprouvante. Il est suivi par Handicap International.

Ahmad et son kiné

© Molly Feltner / Handicap International

En fin d'année 2012, après son opération, Ahmad fuit au Liban avec sa maman, veuve depuis trois ans, et ses quatre frères et sœurs. Aujourd'hui, ils habitent près de Tripoli, dans un bâtiment inachevé sans eau, ni chauffage.

Lorsque l'équipe mobile de Handicap International découvre Ahmad, elle lui fournit immédiatement un fauteuil roulant et des béquilles. Un kinésithérapeute lui rend visite toutes les semaines et surveille la cicatrisation de ses moignons. Il lui prodigue également des soins de rééducation pour assouplir et renforcer ses muscles, des bras notamment.

« Avant, j'étais au ras du sol, maintenant je suis en hauteur. Je peux même aller à l'école, » explique Ahmad. « Je veux étudier pour devenir chirurgien orthopédiste, » nous confie t-il.

Sa famille n'a aucun revenu et dépend de proches à qui elle emprunte de l'argent. Handicap International va lui attribuer une aide financière. L'association verse environ 220 euros par mois pendant cinq mois aux réfugiés syriens les plus vulnérables pour qu'ils puissent s'acheter ce dont ils ont besoin en priorité : de quoi se nourrir ou se chauffer."

Publié le : 11 février 2014
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Le voyage dans le passé de Gniep, une des premières bénéficiaires de HI
© France 3 - mars 2018

Le voyage dans le passé de Gniep, une des premières bénéficiaires de HI

Gniep Smoeun avait 10 ans lorsqu'elle a eu la jambe arrachée par une mine antipersonnel au Cambodge en plein conflit khmer rouge. Aujourd'hui infirmière à Rennes, elle a voulu retourner sur place avec sa fille et le médecin qui l'a sauvée, un certain Jean-Baptiste Richardier, cofondateur de Handicap International. Découvrez le reportage diffusé sur France 3 fin mars.

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives
© Martin Crep / HI

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines le 4 avril, Handicap International s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par ces armes en 2016, et le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017.

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"
© Philippe de Poulpiquet / HI

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"

Molham avait à peine 9 ans lorsqu’il a été blessé par une balle perdue à Homs, en Syrie. Sa famille a fui les combats et s’est réfugiée en Jordanie. Handicap International fournit des séances de réadaptation au jeune garçon qui bénéficie également d’un soutien psychologique.