Go to main content

Lutte contre le virus Ebola : les éléments qui changent la donne

Secourir les victimes
Sierra Leone

Baisse du nombre de nouveaux cas, saison des pluies, perspective d’un possible vaccin : la lutte contre le virus se poursuit dans un contexte qui évolue. Jérôme Besnier, responsable du programme Ebola pour Handicap International, revient sur ce nouveau contexte. 

Ebola, Sierra Léone, pour préparer les interventions par temps de pluie, les équipes de Handicap International testent un prototype de tente gonflable.

© Gaelle Faure / Handicap International

Nous entendons moins parler d’Ebola dans les médias, est-ce que cela veut dire que l’épidémie est terminée ?

Non, malheureusement ce n’est pas encore le cas, même si nous avons pu enregistrer une forte baisse du nombre de personnes infectées au début de l’année. Depuis cette baisse, le nombre de nouvelles contaminations par semaine reste faible, cependant il suffit d’un seul cas pour relancer l’épidémie. C’est pour cela que nos équipes restent mobilisées. Qu’il y ait cinq contaminations confirmées par semaine ou qu’il y en ait cent ne doit pas changer notre niveau de vigilance et les efforts que nous déployons. Tout le monde souhaite pouvoir tourner la page de cette terrible épidémie, à commencer par la population des pays fortement touchés (Sierra Leone, Guinée, Libéria), mais il est encore trop tôt pour baisser la garde.

La saison des pluies a commencé en Sierra Léone. Est-ce que cela complique votre travail ?

Oui, pour plusieurs raisons. D’abord parce que nos équipes interviennent auprès de toute personne présentant les symptômes du virus et qu’en cette saison, beaucoup de maladies peuvent générer ces symptômes. Qu’il s’agisse du paludisme ou d’une maladie hydrique, nous devons prendre en charge le transport des malades vers les centres de dépistage en contenant tout risque de contamination, jusqu’à ce qu’un diagnostic permette de lever les doutes. Nous sommes donc amenés à intervenir plus régulièrement depuis le début de la saison des pluies, même si le nombre de cas confirmés de virus Ebola reste faible.

Mais la pluie pose un autre problème, puisqu’elle vient perturber le protocole de sécurité qui doit être suivi pour enfiler et enlever les combinaisons protectrices. Lorsque nos collègues retirent leur combinaison, ils doivent le faire d’une façon qui évite tout contact avec des fluides corporels potentiellement infectés. Avec la pluie qui fait ruisseler ces fluides, la manœuvre est trop risquée. Nous avons été contraints de nous adapter et avons développé une tente gonflable qui permet d’effectuer ces opérations en préservant la sécurité de nos équipes.   

Un nouveau vaccin semble donner des résultats prometteurs en Guinée. Pensez-vous que cela permettra de venir à bout du virus rapidement ? 

Il est trop tôt pour le dire. Nous l’espérons, bien sûr, et si ce vaccin s’avère efficace, on peut imaginer qu’il permettra d’enrayer la transmission du virus de manière bien plus efficace. Mais pour l’instant notre seule arme c’est d’éviter les contacts entre les personnes malades et leur environnement. C’est ce à quoi nous veillons au travers de notre projet de transport de malades et nous continuerons de le faire jusqu’à l’éradication totale du virus.

Publié le : 19 août 2015
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Nos actions en 2017 Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre Secourir les déplacés et/ou les réfugiés Secourir les victimes

Nos actions en 2017

Mossoul, une contamination sans précédent par les restes explosifs de guerre
© E. Fourt / HI
Lutter contre les mines, les BASM et restes explosifs de guerre Secourir les victimes

Mossoul, une contamination sans précédent par les restes explosifs de guerre

Un an après la libération de Mossoul, HI publie un mini-rapport sur la pollution phénoménale de Mossoul par les restes explosifs de guerre, consécutive à plusieurs mois de combats. Particulièrement en cause : les bombardements massifs et quasi quotidiens pendant l’offensive militaire entre octobre 2016 et juillet 2017.

À Freetown, Handicap International vient en aide aux victimes des coulées de boue
© Handicap International
Urgence

À Freetown, Handicap International vient en aide aux victimes des coulées de boue

Au moins 500 personnes ont été tuées par les inondations et les glissements de terrain qui ont frappé le 14 août dernier Freetown, la capitale de la Sierra Leone. 800 autres sont portées disparues. Handicap International et ses partenaires dans la région ont mis en place une action d’urgence pour venir en aide aux personnes affectées.