Go to main content

Lubna compte bien remarcher un jour

Appareiller et rééduquer Déminer les terres Secourir les victimes
Jordanie Syrie

Étudiante en littérature anglaise, Lubna a vu sa vie basculer le jour où un sniper a pris son bus pour cible en Syrie. Blessée et gravement handicapée, la jeune femme est désormais réfugiée en Jordanie avec sa famille. Elle croit à nouveau en l'avenir, avec l'aide de Handicap International.

Lubna

© Stuart Hughes / Handicap International

« J'ai cru que j'allais mourir. J'avais l'impression que la vie coulait de mon cœur. J'ai crié : je ne veux pas mourir, je veux vivre ! »

Ce jour où un sniper a visé un bus rempli de femmes à Deraa, seule Lubna et le chauffeur ont survécu. Blessée dans le dos, elle a dû être opérée d'urgence. Sa famille avait échappé récemment à une attaque de roquettes tuant trois de ses voisins, dont une fillette de 6 ans. Terrifiée à l'idée de continuer à vivre dans la peur, la famille a décidé de se réfugier en Jordanie. C'est sur une civière que Lubna a ainsi passé la frontière, illégalement.

« En Jordanie, je pouvais trouver de meilleurs soins. Ce n'était plus possible en Syrie. Il ne restait plus beaucoup de médecins à Deraa, beaucoup ont été tués. »

L'équipe de Handicap International a donné à Lubna un matelas spécial et un cadre de marche. Grâce à des soins de kinésithérapie, elle a retrouvé un peu de mobilité. Malgré la douleur, elle est déterminée à vivre à nouveau debout et garde confiance en l'avenir :

« Mon plus grand espoir est de remarcher, revenir en Syrie et terminer mes études. »
Publié le : 7 mars 2014
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Le voyage dans le passé de Gniep, une des premières bénéficiaires de HI
© France 3 - mars 2018

Le voyage dans le passé de Gniep, une des premières bénéficiaires de HI

Gniep Smoeun avait 10 ans lorsqu'elle a eu la jambe arrachée par une mine antipersonnel au Cambodge en plein conflit khmer rouge. Aujourd'hui infirmière à Rennes, elle a voulu retourner sur place avec sa fille et le médecin qui l'a sauvée, un certain Jean-Baptiste Richardier, cofondateur de Handicap International. Découvrez le reportage diffusé sur France 3 fin mars.

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives
© Martin Crep / HI

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines le 4 avril, Handicap International s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par ces armes en 2016, et le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017.

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"
© Philippe de Poulpiquet / HI

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"

Molham avait à peine 9 ans lorsqu’il a été blessé par une balle perdue à Homs, en Syrie. Sa famille a fui les combats et s’est réfugiée en Jordanie. Handicap International fournit des séances de réadaptation au jeune garçon qui bénéficie également d’un soutien psychologique.