Go to main content

Les soins redonnent de l'espoir

Appareiller et rééduquer Déminer les terres Secourir les victimes
Soudan du Sud

Dans le camp de déplacés de Juba, les conditions sont rudes. 15 000 personnes vivent ici dans des conditions extrêmes. Le manque d'eau, la vie dans des tentes sous un soleil de plomb et une terre aride à perte de vue constituent leur nouvel univers. Handicap International accompagne les plus vulnérables comme Mabior Joseph Bentieu, 25 ans, blessé par balle.

Mabior Joseph, 25 ans, blessé par balle

© C. Lepage / Handicap International

Pour secourir les victimes des violences armées liées au conflit qui ravage la République du Soudan du Sud depuis la fin 2013, Handicap International anime un relais « handicap et vulnérabilité » au sein du camp de déplacés Juba 3. Sous une grande toile de tente qui fait office de salle d'accueil, l'équipe mobile de l'association dispense des consultations, soigne les blessés et leur fournit des kits pour se soigner. Elle distribue également aux personnes blessées ou handicapées du matériel de mobilité, tel que des fauteuils roulants ou des béquilles.

C'est ici que l'équipe de Handicap International rencontre Mabior Joseph Bentieu pour la première fois. Il arrive de l'État de l'Unité, une région frontalière avec le Soudan où de violents combats font rage régulièrement. Le jeune homme souffre de blessures par balles à la jambe gauche et se déplace difficilement. Dans les circonstances actuelles, avec le manque d'hygiène et de confort qui prévaut dans le camp, ses blessures non soignées peuvent vite s'infecter et engendrer des séquelles irréversibles.

Mabior Joseph remplit d'abord un questionnaire pour permettre à l'équipe mobile de mieux comprendre sa situation et cerner ses besoins. Sophie, ergothérapeute, le prend ensuite en charge. Ses blessures sont traitées et il reçoit un kit contenant des bandages, du désinfectant et des petits ciseaux pour qu'il puisse se soigner seul. Sophie lui explique qu'il doit changer ses bandages tous les jours afin d'éviter une infection. Elle lui apprend les gestes à effectuer. Elle ajuste ensuite une paire de béquilles et la remet au jeune homme.

Cette aide représente une lueur d'espoir pour Mabior Joseph. Ici, pouvoir se soigner et se déplacer, c'est survivre.

L'équipe mobile de Handicap International a déjà distribué 648 aides à la mobilité – béquilles, fauteuils roulants, cannes blanches, déambulateurs... – et 250 kits de soins aux personnes handicapées et blessées du camp.

Publié le : 20 février 2014
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

HI répond aux besoins physiques et psychologiques des réfugiés sud-soudanais en Ouganda
© Marlène Sigonney / HI

HI répond aux besoins physiques et psychologiques des réfugiés sud-soudanais en Ouganda

Depuis le début de la guerre civile au Soudan du Sud, l'Ouganda a accueilli plus d'un million de personnes fuyant le conflit. Plus de 85 % des réfugiés sont des femmes et des enfants. Meryll Patois, experte en réadaptation pour Handicap International, décrit les besoins des réfugiés sud-soudanais et les services fournis par nos équipes. Découvrez son témoignage à l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés le 20 juin.

Grâce à son tricycle, Emmanuel se rend tout seul à l’école
© HI

Grâce à son tricycle, Emmanuel se rend tout seul à l’école

Emmanuel a 12 ans et vit au Soudan du Sud. Paralysé des deux jambes, il peut se rendre seul à l’école depuis que Handicap International lui a fourni un tricycle. Dans ce jeune pays ravagé par les conflits, l’association aide les personnes handicapées victimes d'exclusion.

Le voyage dans le passé de Gniep, une des premières bénéficiaires de HI
© France 3 - mars 2018

Le voyage dans le passé de Gniep, une des premières bénéficiaires de HI

Gniep Smoeun avait 10 ans lorsqu'elle a eu la jambe arrachée par une mine antipersonnel au Cambodge en plein conflit khmer rouge. Aujourd'hui infirmière à Rennes, elle a voulu retourner sur place avec sa fille et le médecin qui l'a sauvée, un certain Jean-Baptiste Richardier, cofondateur de Handicap International. Découvrez le reportage diffusé sur France 3 fin mars.