Accès direct au contenu
 
 

"Les mines ont laissé une trace chez les villageois"

Mines et autres armes
Liban

Albert est le maire de Mazraat Assaf, un village libanais proche des terrains contaminés par la guerre civile où interviennent les démineurs de Handicap International. Découvrez son témoignage.

Albert, maire de Mazraat Assaf au Liban, fait le lien entre démineurs de HI et les villageois

Albert, maire de Mazraat Assaf au Liban, fait le lien entre démineurs de HI et les villageois | © Oriane van den Broeck / HI

Albert est né à Mazraat Assaf au Liban. Il a connu la guerre civile de 1975-1990. Aujourd’hui maire du village, il assiste aux opérations de déminage menées par Handicap International.

Permettre aux villageois de retrouver leurs terres 

Albert a lui-même pu récupérer un terrain décontaminé par les équipes de démineurs, débarrassé de tout engin explosif.

« La dernière fois que j’ai pu m’y promener, c’était dans les années 80. C’était merveilleux de pouvoir y retourner après toutes ces années. »

Albert, maire de Mazraat Assaf

Depuis qu’il est maire, Albert assure le lien entre les démineurs de Handicap International et les villageois. Après la guerre, beaucoup d’entre eux ont vendu leurs terres, contaminées par le conflit, pour presque rien. D’autres sont partis, laissant le terrain à l’abandon. Albert tente depuis d’identifier et retrouver ces propriétaires, pour leur rendre leurs terres, aujourd’hui sûres.

Les engins explosifs, une menace pour les habitants 

Au village, les accidents qui ont eu lieu dans les années suivant la guerre ont marqué les esprits. « Certains villageois n’osent pas revenir, même après que leur terrain a été déminé. Les accidents ont laissé des traces », confie Albert.

À l’époque, les habitants n’étaient pas encore conscients des risques et une dizaine de personnes ont été blessées par des mines antipersonnel. Depuis, le Centre libanais d'action contre les mines (Lebanon Mine Action Center - LMAC) a sensibilisé les habitants de la région aux risques des restes explosifs de guerre et a installé une signalétique pour délimiter les zones dangereuses.

L’espoir d’un futur prospère

Albert est optimiste :

« Je souhaiterais que les villageois puissent réutiliser leurs terres, d’abord pour leur propre consommation ; et pourquoi pas investir dans de plus grands projets. L’un d’entre eux aimerait créer un vignoble. Si l’idée se concrétise, ça pourrait encourager d’autres villageois à revenir et à se lancer dans d’autres projets agricoles. »


Lire aussi :

Publié le : 29 mai 2019
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Le 4 avril, n'oublions pas les victimes de mines et de restes explosifs de guerre
© Jaweed Tanveer / HI
Mines et autres armes

Le 4 avril, n'oublions pas les victimes de mines et de restes explosifs de guerre

À l’occasion de la Journée mondiale d’action contre les mines, le 4 avril, Handicap International rend hommage aux victimes de mines et de restes explosifs de guerre, et rappelle la nécessité encore plus forte de les aider en contexte de coronavirus.

Syrie : neuf ans de violences, le chaos humanitaire
© Bahia Z. / HI
Mines et autres armes Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Syrie : neuf ans de violences, le chaos humanitaire

Alors que près d'un million de personnes – principalement des femmes et des enfants – ont fui les combats et les bombardements à Idlib en Syrie, Handicap International appelle les États à s'engager pleinement dans le processus diplomatique international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. La situation actuelle constitue l’une des pires crises humanitaires depuis le début du conflit en 2011.

Une victime de mine lance un appel international pour faire reculer l’administration Trump
© Basile Barbey / HI
Mines et autres armes

Une victime de mine lance un appel international pour faire reculer l’administration Trump

Victime d’une mine, Gniep Smoeun est l’une des premières personnes appareillées par Handicap International au début des années 80. Face au Palais des Nations à Genève le 13 février, elle a porté la voix des victimes face à la décision de l’administration Trump de réintroduire les mines antipersonnel dans l’arsenal américain, et demande aux États d’user de toute leur influence pour que les États-Unis reviennent sur cette décision révoltante.