Go to main content

Les civils sous les bombes, une situation intolérable

Lutter contre les mines, les BASM et restes explosifs de guerre
Syrie

La ville d’Alep, dans le Nord de la Syrie, est depuis fin avril le théâtre de bombardements et de pilonnages incessants qui ont tué et blessé des centaines de civils. Handicap International dénonce une nouvelle fois les bombardements sur les populations, dans le contexte du conflit syrien comme dans d’autres.

La ville de Kobané en Syrie, presque entièrement détruite, théâtre scandaleux de l'utilisation d'armes explosives en zones peuplées. Photo d'archive Handicap International

La ville de Kobané en Syrie, presque entièrement détruite, théâtre scandaleux de l'utilisation d'armes explosives en zones peuplées. Photo d'archive Handicap International | © P. Houliat / Handicap International

Horrifiée par les atrocités que subit la population civile, Handicap International dénonce l’utilisation des armes explosives en zones peuplées, une pratique tristement courante dans les conflits actuels en Syrie, en Afghanistan, au Yémen, en Ukraine… Les victimes sont à 90 % des civils. Il est grand temps que la communauté internationale agisse pour mettre fin à cette pratique barbare. Les attaques indiscriminées, voire délibérées contre les civils constituent des violations du Droit international humanitaire. 

Utilisées dans les zones peuplées, les armes explosives tuent, provoquent des souffrances et des blessures graves (brûlures, plaies ouvertes, fractures, etc.). Elles sont la cause de handicaps et de traumatismes psychologiques. Cet usage provoque le déplacement forcé des populations, détruit des infrastructures essentielles comme les habitations, les écoles et les hôpitaux.

Lors d’une attaque, un pourcentage variable de ces armes n’explose pas à l’impact, générant une menace permanente pour les populations civiles longtemps après les combats. La présence de restes explosifs de guerre rend périlleux le retour des populations dans leurs quartiers une fois l’attaque passée ou le conflit terminé.

Infographie de Handicap International montrant les conséquences de l'utilisation d'armes explosives en zones peuplées © Handicap International
© C. Franc / Handicap International - Téléchargez l'image en grand format

 Rejoignez-nous, signez la pétition contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées !

Lire aussi :

Publié le : 5 avril 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

10 millions de Syriens sous la menace des restes explosifs de guerre
© Benoit Almeras / HI
Déminer les terres Réadaptation Santé Urgence

10 millions de Syriens sous la menace des restes explosifs de guerre

Après huit années de conflit, 70 % de la population syrienne a toujours besoin d’une aide humanitaire d’urgence. Alors que l’accès aux services de base reste une priorité absolue, la contamination des terres par les restes explosifs – sans précédent dans l’histoire du déminage – empêche le retour des civils et compliquera considérablement la reconstruction du pays.

"Avant mes enfants, je ne pensais pas à mon amputation"
© O. Van de Broeck / HI
Insertion Mines et autres armes Réadaptation

"Avant mes enfants, je ne pensais pas à mon amputation"

Un jour en Syrie, Ibrahim a entendu des échanges de tirs près du lieu où il se trouvait. Il a fui du côté opposé. C’est là que les bombes sont tombées. Blessé par un éclat d’obus à la jambe, Ibrahim a été transféré en Jordanie où il s’est fait amputer. Handicap International l’a ensuite appareillé d’une nouvelle prothèse.

"Notre plus grande dépense : les médicaments"
© O. Van de Broeck / HI
Insertion Réadaptation

"Notre plus grande dépense : les médicaments"

Au début de la guerre en Syrie, Hussein et sa famille ont quitté leur ville natale pour se réfugier en Jordanie. Depuis plusieurs années, il enchaîne les complications médicales. Grâce au partenariat de Handicap International avec un centre de réadaptation local, l'arthrose du genou dont il souffre est maintenant prise en charge par une équipe de kinésithérapeutes.