Go to main content

« Les blessures par armes explosives provoquent de lourds handicaps »

Secourir les victimes
Syrie

Témoignage de Pauline Falipou, référente technique Réadaptation à Handicap International, sur les conséquences de l’utilisation d’armes explosives en zones peuplées.

Alors qu’il était sur son vélomoteur, Dia’a, 15 ans, a été blessé à la colonne vertébrale par des éclats d’obus lors d’un bombardement aérien en Syrie. Il est soigné par Loai, kiné de Handicap International.

© C. Fohlen / Handicap International

Portrait de Pauline Falipou, référente technique Réadaptation à Handicap International - © B. Blondel / Handicap International« Les armes explosives provoquent des blessures terribles. Percutés violemment, les os des victimes s’émiettent, contrairement aux fractures classiques, plus nettes. Il est alors très difficile de les consolider, la guérison devient complexe. Une greffe osseuse est souvent nécessaire. Il arrive aussi fréquemment que les nerfs soient touchés, ce qui entraîne des paralysies. Les kinésithérapeutes locaux ne sont pas habitués à traiter les conséquences des blessures de guerre comme une amputation. Ils ne sont jamais intervenus à l’hôpital dès le lendemain d’une intervention chirurgicale. Or, pour prévenir un lourd handicap, ils doivent soigner le patient au plus vite. Handicap International s’attache à former le personnel médical, à sensibiliser les médecins et à convaincre les patients de l’importance de continuer les soins une fois rentrés chez eux. »

> Lire l’article « Crise syrienne : préserver la vie des populations »

Publié le : 10 juin 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives
© Martin Crep / HI

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines le 4 avril, Handicap International s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par ces armes en 2016, et le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017.

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"
© Philippe de Poulpiquet / HI

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"

Molham avait à peine 9 ans lorsqu’il a été blessé par une balle perdue à Homs, en Syrie. Sa famille a fui les combats et s’est réfugiée en Jordanie. Handicap International fournit des séances de réadaptation au jeune garçon qui bénéficie également d’un soutien psychologique.

Syrie : un centre de réadaptation détruit dans la Ghouta orientale

Syrie : un centre de réadaptation détruit dans la Ghouta orientale

Le centre de réadaptation physique d'une organisation partenaire de Handicap International a été totalement détruit après deux bombardements distincts mardi 20 et mercredi 21 février dans la région de la Ghouta orientale. Handicap International appelle à un cessez-le-feu et à un accès humanitaire immédiat à la zone.