Go to main content

« Les blessures par armes explosives provoquent de lourds handicaps »

Secourir les victimes
Syrie

Témoignage de Pauline Falipou, référente technique Réadaptation à Handicap International, sur les conséquences de l’utilisation d’armes explosives en zones peuplées.

Alors qu’il était sur son vélomoteur, Dia’a, 15 ans, a été blessé à la colonne vertébrale par des éclats d’obus lors d’un bombardement aérien en Syrie. Il est soigné par Loai, kiné de Handicap International.

© C. Fohlen / Handicap International

Portrait de Pauline Falipou, référente technique Réadaptation à Handicap International - © B. Blondel / Handicap International« Les armes explosives provoquent des blessures terribles. Percutés violemment, les os des victimes s’émiettent, contrairement aux fractures classiques, plus nettes. Il est alors très difficile de les consolider, la guérison devient complexe. Une greffe osseuse est souvent nécessaire. Il arrive aussi fréquemment que les nerfs soient touchés, ce qui entraîne des paralysies. Les kinésithérapeutes locaux ne sont pas habitués à traiter les conséquences des blessures de guerre comme une amputation. Ils ne sont jamais intervenus à l’hôpital dès le lendemain d’une intervention chirurgicale. Or, pour prévenir un lourd handicap, ils doivent soigner le patient au plus vite. Handicap International s’attache à former le personnel médical, à sensibiliser les médecins et à convaincre les patients de l’importance de continuer les soins une fois rentrés chez eux. »

> Lire l’article « Crise syrienne : préserver la vie des populations »

Publié le : 10 juin 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

10 millions de Syriens sous la menace des restes explosifs de guerre
© Benoit Almeras / HI
Déminer les terres Réadaptation Santé Urgence

10 millions de Syriens sous la menace des restes explosifs de guerre

Après huit années de conflit, 70 % de la population syrienne a toujours besoin d’une aide humanitaire d’urgence. Alors que l’accès aux services de base reste une priorité absolue, la contamination des terres par les restes explosifs – sans précédent dans l’histoire du déminage – empêche le retour des civils et compliquera considérablement la reconstruction du pays.

"Avant mes enfants, je ne pensais pas à mon amputation"
© O. Van de Broeck / HI
Insertion Mines et autres armes Réadaptation

"Avant mes enfants, je ne pensais pas à mon amputation"

Un jour en Syrie, Ibrahim a entendu des échanges de tirs près du lieu où il se trouvait. Il a fui du côté opposé. C’est là que les bombes sont tombées. Blessé par un éclat d’obus à la jambe, Ibrahim a été transféré en Jordanie où il s’est fait amputer. Handicap International l’a ensuite appareillé d’une nouvelle prothèse.

"Notre plus grande dépense : les médicaments"
© O. Van de Broeck / HI
Insertion Réadaptation

"Notre plus grande dépense : les médicaments"

Au début de la guerre en Syrie, Hussein et sa famille ont quitté leur ville natale pour se réfugier en Jordanie. Depuis plusieurs années, il enchaîne les complications médicales. Grâce au partenariat de Handicap International avec un centre de réadaptation local, l'arthrose du genou dont il souffre est maintenant prise en charge par une équipe de kinésithérapeutes.