Go to main content

Les armes, une menace quotidienne pour les civils

Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre
Libye

Depuis la chute de Kadhafi en 2011, les conflits entre milices et la prolifération des armes se multiplient en Libye. Handicap International éduque la population aux risques liés aux armes à feu, aux mines et aux restes explosifs de guerre. En quatre ans, 120 000 personnes ont été sensibilisées, en majorité des enfants qui sont les plus exposés au danger.

Handicap International Libye. Éducation au risque des mines et autres restes explosifs de guerre

© J-J. Bernard / Handicap International

Dix éducateurs parcourent les quartiers des principales villes de l’Ouest de la Libye, comme Tripoli, Gharyan et leurs alentours. Ils vont à la rencontre des habitants pour expliquer les risques posés par les armes et les restes explosifs laissés par un combat, et informer sur les bons réflexes à adopter.

Ils se rendent dans les entreprises, les commerces, et surtout les écoles car les enfants, par leur curiosité naturelle, sont les plus exposés à cette menace. Les éducateurs leurs apprennent à reconnaître une arme et ses dangers, qu’il faut surtout ne jamais la toucher et prévenir immédiatement un adulte quand ils en voient une.

280 000 fascicules et 51 500 livrets distribués

Handicap International a également formé plus de 1 000 personnes, des enseignants, des professionnels de la santé et des journalistes… L’objectif est qu’ils soient en mesure à leur tour d’informer et de sensibiliser leur entourage.

Depuis 2011, l’association a distribué en Libye 280 000 fascicules et placardé 36 000 affiches de prévention des risques liés aux armes et engins explosifs. 51 500 livrets ont été distribués aux enfants, notamment lors de séances de sensibilisation dans les écoles. 

Handicap International démarre en février des enquêtes de voisinage pour repérer les zones polluées par les restes explosifs de guerre et les mines. Ses équipes installeront ensuite un marquage pour signaler le danger aux populations et interdire leur accès.

Sur le même thème : 

Publié le : 22 février 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les premiers pas de Yasmin, 4 ans, avant le retour à l’école
© Handicap International
Réadaptation Santé

Les premiers pas de Yasmin, 4 ans, avant le retour à l’école

Yasmin est une petite fille de 4 ans qui vit dans la région de Tripoli en Libye. Elle est atteinte d’une légère paralysie cérébrale depuis sa naissance. Grâce à Handicap International, elle apprend à marcher et peut retourner à l'école.

Améliorer le quotidien des familles déplacées
© Handicap International
Réadaptation Santé

Améliorer le quotidien des familles déplacées

Salem et sa famille ont dû fuir les violences qui frappaient leur région en Libye en 2011. Trois de ses enfants souffrent de différents handicaps et nécessitent des soins particuliers, difficiles à trouver dans le pays. Une des équipes mobiles de Handicap International qui les a rencontrés en mai 2017 leur a fourni des équipements adaptés ainsi que des soins de réadaptation et un soutien psychologique.

+ 75 % de victimes : les bombardements de civils à l'origine d'une hausse historique
© L. Veuve / Handicap International
Mines et autres armes Urgence

+ 75 % de victimes : les bombardements de civils à l'origine d'une hausse historique

Handicap International appelle une nouvelle fois à ce que l’utilisation des armes explosives en zones peuplées cesse immédiatement et soit dénoncée par la communauté internationale. Si l’année 2015 a établi un record en termes de nombre de victimes de mines et de restes explosifs de guerre (REG), les bombardements en zones peuplées sont devenus massifs et systématiques dans les conflits récents ; ils tuent et blessent en majorité des civils. Focus à l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines, le 4 avril.