Goto main content
 
 

Le Yémen dévasté par une guerre sans fin

Mines et autres armes Réadaptation
Yémen

Le conflit qui dure depuis six ans au Yémen a engendré la plus grande crise humanitaire au monde. Destruction des infrastructures, pilonnages massifs en zones peuplées, contamination par les engins explosifs... seront autant d'immenses défis à relever.

Aden au Yémen a été le théâtre de frappes aériennes qui ont dévasté la ville.

Aden au Yémen a été le théâtre de frappes aériennes qui ont dévasté la ville. | © HI

Le conflit au Yémen présente un exemple effrayant des conséquences humanitaires à long terme de l’utilisation des armes explosives en zones peuplées. Les États doivent soutenir le projet d'accord international contre les bombardements urbains actuellement en cours de négociation afin de mettre fin à aux souffrances des civils.

Nouvelles souffrances des civils

En six ans de guerre le Yémen a été dévasté par la guerre et l'utilisation massive d'armes explosives. Quelque 233 000 personnes sont mortes à cause du conflit, qu’elles aient été des victimes directes des violences ou des conséquences indirectes du conflit. Les violences et les combats sont la raison du manque de services de santé et d'eau potable, les établissements de santé et les systèmes d'approvisionnement en eau ayant été largement détruits par les bombardements et les tirs d'obus. Ils ont également provoqué le manque de nourriture en raison de la destruction des routes qui rend impossible l'acheminement des marchandises, etc. On rapporte plus de 20 000 civils, victimes directes des hostilités depuis 2015.

Témoignage de Baptiste Chapuis, chargé de Plaidoyer Armement à Handicap International :

Le conflit s'est intensifié en 2020, entraînant de nouvelles souffrances des civils. À la fin du mois d'octobre 2020, on comptait 47 lignes de front, contre 33 en janvier 2020. Ces dernières semaines, de violents combats ont eu lieu à Marib, forçant des milliers de personnes à fuir. De nombreuses familles qui vivent actuellement à Marib ont déjà dû faire face à de multiples déplacements pour fuir les violences de ces dernières années. Elles sont bloquées dans des camps surpeuplés et ont besoin d'un abri, de protection, de nourriture, d'eau, d'hygiène et de santé.

Des rapports font état de l’utilisation généralisée de mines (manufacturées et improvisées) dans plusieurs régions du pays. Près de 1 100 civils ont été tués ou blessés par des mines ou des engins explosifs improvisés de 2018 à 2020. En 2020 uniquement, au moins 1 300 civils ont été touchés par des incidents liés aux mines ou aux restes explosifs de guerre (ces incidents restent largement peu rapportés).

> Voir le dossier spécial "Yémen : l'urgence humanitaire"

Niveau de contamination très élevé

L'utilisation massive et répétée des armes explosives en zones peuplées – en particulier celles ayant un large rayon d’impact – a exacerbé la crise humanitaire au Yémen et aura un impact à long terme. Selon le Rapport des Nations Unies sur les besoins humanitaires en 2021 au Yémen (Humanitarian Needs Overview 2021), 20 millions de personnes ont besoin d'une aide humanitaire, ce qui représente 66 % de la population totale. 16 millions de personnes sont en situation d'insécurité alimentaire. 3,6 millions de personnes sont déplacées. La perturbation de l'économie a fait grimper le coût des denrées alimentaires. Ces derniers mois, le pays a également été frappé par la pandémie de Covid-19 et par des catastrophes naturelles telles que les inondations et des invasions de criquets.

Le niveau de contamination par les restes explosifs de guerre au Yémen est susceptible d'être extrêmement élevé en raison de l'intensité du conflit au cours des six dernières années. Si le conflit prenait fin aujourd'hui, la contamination résultant de l’utilisation des armes devrait durer des décennies, continuer à affecter les civils et à empêcher le retour des personnes déplacées dans leurs foyers.


Lire l’histoire d’un jeune Yéménite : « Abdullah avait peur de tous les médecins »

Voir la déclaration conjointe de plusieurs ONG dont Handicap International


Handicap International au Yémen

L’association est présente dans les gouvernorats de Sana'a, Amanat al Asimah, Hajjah, Aden Lahj et Taiz, dans 9 centres de santé, et accueille des patients de tout le pays. Handicap International a traité au moins 30 000 personnes, dont de nombreuses victimes du conflit, depuis le début de ses opérations en 2015. Des milliers d’entre elles ont été victimes d'armes explosives telles que des bombardements, des restes explosifs de guerre, des engins explosifs improvisés.
Parmi ses bénéficiaires, Handicap International note une proportion importante et inédite de victimes de mines et de restes explosifs de guerre au Yémen.
L'association a fourni plus de 35 000 béquilles, déambulateurs, fauteuils roulants, etc. Près de 23 000 personnes ont bénéficié d'un soutien psychologique. Handicap International a équipé 520 personnes de prothèses et d'orthèses grâce à sa collaboration avec le Centre de physiothérapie et de prothèses de Sana'a.
Plus de 800 agents de santé yéménites de Sana'a et d'autres gouvernorats ont été sensibilisés et formés à la réponse précoce aux traumatismes.

Publié le : 25 mars 2021
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
donateurs@france.hi.org
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail agissez@france.hi.org

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
a.janvier@hi.org 
Voir l'espace Presse

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Aide d’urgence aux grands brûlés victimes de l'explosion d'un camion-citerne à Freetown
© HI
Réadaptation

Aide d’urgence aux grands brûlés victimes de l'explosion d'un camion-citerne à Freetown

Après l’explosion, en novembre dernier, d’un camion-citerne à Freetown, Handicap International soutient les rescapés en facilitant leur identification et en leur permettant d’accéder à des soins de réadaptation spécialisée.

Survivre à un bombardement tient du miracle
© HI
Mines et autres armes

Survivre à un bombardement tient du miracle

Anfal est agente en santé mentale en Irak pour Handicap International. Elle vivait à Mossoul, qui a été bombardée en 2017. Sa maison a été touchée, elle a survécu ainsi que sa famille.

Handicap International s'engage pour des appareillages plus écologiques
© Amy Leang / HI
Réadaptation

Handicap International s'engage pour des appareillages plus écologiques

Afin de fabriquer prothèses et orthèses qui bénéficient chaque année à de nombreuses personnes dans le monde, Handicap International propose des solutions alternatives et innovantes qui limitent leur impacts environnementaux négatifs, selon trois approches.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris