Go to main content
 
 

“Le traitement était trop cher : elle ne pourra plus marcher”

Réadaptation
Liban

Originaire d’Alep en Syrie, Bayan est atteinte de paralysie cérébrale. Grâce à Handicap International, la jeune fille bénéficie pour la première fois de séances de réadaptation.

Bayan en séance d’orthophonie au centre de réadaptation Mousawat

Bayan en séance d’orthophonie au centre de réadaptation Mousawat | © Oriane van den Broeck / HI

Âgée de 13 ans, Bayan est l’aînée de cinq enfants. Elle est atteinte de paralysie cérébrale comme deux de ses frères. Il y a deux ans, la famille a fui la guerre en Syrie pour s’installer dans la vallée de la Bekaa au Liban.

Accès à la rééducation 

Grâce à Handicap International, les séances de rééducation des enfants sont entièrement couvertes. Avant cette aide financière, la famille n’avait pas les moyens de les payer.

« Le plus important pour mes enfants, c’est la kinésithérapie. Sans ça, leur condition ne peut que se dégrader année après année. C’est la première fois que Bayan bénéficie de ce type de traitement. On ne pouvait pas se permettre les séances. Malheureusement, aujourd’hui elle a perdu la capacité de marcher de manière irréversible. »

Aïsha, la mère de Bayan

Les trois enfants sont suivis par toute l’équipe du centre de réadaptation et un progrès croissant est déjà visible chez chacun d’entre eux.

Soutenir les enfants et leurs parents 

La mère de Bayan ainsi que ses trois enfants atteints de paralysie cérébrale, bénéficient de sessions de soutien psychosocial. Un groupe d’entraide a également été formé pour que les mères puissent se soutenir mutuellement face aux défis quotidiens.

Publié le : 25 février 2019
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Technologie 3D : quand l'innovation bénéficie aux plus vulnérables
© Quinn Neely / HI
Innovation Réadaptation

Technologie 3D : quand l'innovation bénéficie aux plus vulnérables

Grâce à l'impression 3D d'appareillages orthopédiques (prothèses et orthèses), il devient plus simple d'aider les populations vulnérables. Démonstration en Ouganda avec Tabita, jeune victime de la polio qui bénéficie de ce projet innovant de Handicap International.

« J’ai entendu les pleurs de Moïse sous les décombres… »
© Davide Preti / HI
Réadaptation

« J’ai entendu les pleurs de Moïse sous les décombres… »

Moïse n'avait que 4 ans lorsqu’il a perdu sa jambe gauche suite au séisme qui a dévasté Haïti le 12 janvier 2010.

10 ans après le séisme, des soins de réadaptation de meilleure qualité et des infrastructures améliorées
© Davide Preti / HI
Réadaptation

10 ans après le séisme, des soins de réadaptation de meilleure qualité et des infrastructures améliorées

Haïti n’a pas été épargné au cours de ces dix dernières années. À un tremblement de terre dévastateur le 12 janvier 2010 suivi d’un terrible ouragan en 2016, s’ajoute une grande instabilité politique qui paralyse le pays encore aujourd’hui. En 2010, Handicap International avait déployé dans le pays l’une des plus grandes missions d’aide humanitaire de son histoire. L'association continue d'apporter une contribution majeure au renforcement du réseau de réadaptation physique.