Goto main content
 
 

Le Traité sur le commerce des armes doit devenir réalité !

Déminer les terres
Libye

Handicap International exhorte tous les États signataires à ratifier au plus vite le Traité sur le commerce des armes. Celui-ci interdit aux États de transférer des armes classiques – dont les fusils, révolvers et grenades – vers d'autres pays, s'ils estiment qu'elles pourraient servir à commettre ou à faciliter des génocides, des crimes contre l'humanité, des crimes de guerre ou des atteintes aux droits de l'Homme.

© Till Mayer / Handicap International

Un an après l'adoption du texte par l'Assemblée générale des Nations Unies le 2 avril 2013, ce Traité n'est toujours pas applicable. Il le sera lorsque 50 États l'auront ratifié. À ce jour, seulement 13 États sur les 118 signataires l'ont fait. 15 autres États européens, dont la France et l'Allemagne, s'y engagent le 2 avril 2014¹.

« 875 millions d'armes légères et de petit calibre sont en en circulation dans le monde – revolvers, fusils, pistolets... – et 75 % d'entre elles sont aux mains des civils². La porosité des frontières entre certains pays, notamment en Afrique, et les transferts d'armes illégaux ont des conséquences dramatiques. C'est le cas par exemple en Libye où, pour limiter les accidents, nous menons depuis près de trois ans des actions de prévention aux dangers des armes légères », souligne Sylvie Bouko, spécialiste de la question à Handicap International.

En Libye, suite à la chute du régime de Mouammar Kadhafi en octobre 2011, des entrepôts ont été pillés et des millions d'armes légères se sont retrouvées aux mains des civils. En 2012, pour la seule ville de Tripoli, plus de 1 600 victimes d'armes légères ont été recensées, dont 75 % avaient moins de 25 ans. Cela illustre la nécessité des actions de prévention mais aussi la pertinence d'un traité qui devrait limiter la dispersion incontrôlée d'armes de tous calibres.

¹ L'Allemagne, la Bulgarie, la Croatie, le Danemark, l'Espagne, l'Estonie, la Finlande, la France, la Hongrie, l'Irlande, l'Italie, la Lettonie, Malte, la Slovaquie et la Slovénie.
² IANSA, « Gun Violence : The Global Crisis » – www.iansa.org
Publié le : 1 avril 2014
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
donateurs@france.hi.org
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail agissez@france.hi.org

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
c.amati@hi.org 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : donateurs@france.hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Comment fournir des soins de réadaptation aux personnes présentant des complications
© HI
Réadaptation Santé

Comment fournir des soins de réadaptation aux personnes présentant des complications

Reem Mansour est kinésithérapeute et travaille pour Handicap International à Tripoli. Elle explique l’importance de la réadaptation dans le contexte post-conflit en Libye.

HI forme et soutient les démineurs au Cambodge
© Rafael Winer / HI
Déminer les terres

HI forme et soutient les démineurs au Cambodge

Handicap International forme les démineurs de l'association Cambodia Self-Help Demining (CSHD), qui a déjà déminé 7 km² depuis 2008, l’équivalent de la superficie de 70 terrains de football.

Restes explosifs en Irak : une contamination catastrophique, obstacle majeur à la reconstruction du pays
© Florent Vergnes / HI
Déminer les terres Stop aux bombardements des civils

Restes explosifs en Irak : une contamination catastrophique, obstacle majeur à la reconstruction du pays

Un rapport de Handicap International dresse, cinq ans après la fin de la guerre, un tableau édifiant du quotidien des Irakiens, dont certains ont trop peur de laisser leurs enfants aller à l'école à pied, ou d’autres sont contraints pour avoir un revenu de travailler dans des endroits pollués par des explosifs.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris