Go to main content
 
 

Le Traité sur le commerce des armes doit devenir réalité !

Déminer les terres
Libye

Handicap International exhorte tous les États signataires à ratifier au plus vite le Traité sur le commerce des armes. Celui-ci interdit aux États de transférer des armes classiques – dont les fusils, révolvers et grenades – vers d'autres pays, s'ils estiment qu'elles pourraient servir à commettre ou à faciliter des génocides, des crimes contre l'humanité, des crimes de guerre ou des atteintes aux droits de l'Homme.

© Till Mayer / Handicap International

Un an après l'adoption du texte par l'Assemblée générale des Nations Unies le 2 avril 2013, ce Traité n'est toujours pas applicable. Il le sera lorsque 50 États l'auront ratifié. À ce jour, seulement 13 États sur les 118 signataires l'ont fait. 15 autres États européens, dont la France et l'Allemagne, s'y engagent le 2 avril 2014¹.

« 875 millions d'armes légères et de petit calibre sont en en circulation dans le monde – revolvers, fusils, pistolets... – et 75 % d'entre elles sont aux mains des civils². La porosité des frontières entre certains pays, notamment en Afrique, et les transferts d'armes illégaux ont des conséquences dramatiques. C'est le cas par exemple en Libye où, pour limiter les accidents, nous menons depuis près de trois ans des actions de prévention aux dangers des armes légères », souligne Sylvie Bouko, spécialiste de la question à Handicap International.

En Libye, suite à la chute du régime de Mouammar Kadhafi en octobre 2011, des entrepôts ont été pillés et des millions d'armes légères se sont retrouvées aux mains des civils. En 2012, pour la seule ville de Tripoli, plus de 1 600 victimes d'armes légères ont été recensées, dont 75 % avaient moins de 25 ans. Cela illustre la nécessité des actions de prévention mais aussi la pertinence d'un traité qui devrait limiter la dispersion incontrôlée d'armes de tous calibres.

¹ L'Allemagne, la Bulgarie, la Croatie, le Danemark, l'Espagne, l'Estonie, la Finlande, la France, la Hongrie, l'Irlande, l'Italie, la Lettonie, Malte, la Slovaquie et la Slovénie.
² IANSA, « Gun Violence : The Global Crisis » – www.iansa.org
Publié le : 1 avril 2014
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Déminage au Laos : les équipes ne lâchent rien
© N. Lozano Juez / HI
Déminer les terres

Déminage au Laos : les équipes ne lâchent rien

Handicap International continue d’éliminer la menace et de réduire les risques que les restes explosifs de guerre font aujourd’hui encore peser sur les Laotiens. Plus de 40 ans après la fin de la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays plus pollué au monde par ces armes non explosées. Enfouies dans les forêts et les champs, elles représentent une menace directe pour la population et un frein au développement économique.

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos, pays martyr des bombes
© HI
Déminer les terres

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos, pays martyr des bombes

Au moins 2 millions de tonnes de bombes ont été larguées sur le Laos par les États-Unis pendant la guerre du Vietnam. Plus de 50 ans après, le pays demeure le plus pollué au monde par les restes explosifs de guerre. Handicap International agit depuis plus de 20 ans aux côtés des Laotiens dans la lutte contre ces bombes à retardement. Découvrez un reportage du journal La Croix réalisé à l’occasion du partenariat entre le journal et notre association.

Déminer grâce aux drones : une innovation humanitaire majeure
© John Fardoulis / HI
Déminer les terres

Déminer grâce aux drones : une innovation humanitaire majeure

Handicap International et Mobility Robotics présentent pour la première fois une solution pour localiser les mines à l’aide de drones équipés de caméras infrarouges. Expérimentée au Tchad, cette technologie devrait permettre à terme de réduire considérablement la durée des opérations et de sécuriser davantage le travail des démineurs.