Go to main content

Le Traité sur le commerce des armes doit devenir réalité !

Déminer les terres
Libye

Handicap International exhorte tous les États signataires à ratifier au plus vite le Traité sur le commerce des armes. Celui-ci interdit aux États de transférer des armes classiques – dont les fusils, révolvers et grenades – vers d'autres pays, s'ils estiment qu'elles pourraient servir à commettre ou à faciliter des génocides, des crimes contre l'humanité, des crimes de guerre ou des atteintes aux droits de l'Homme.

© Till Mayer / Handicap International

Un an après l'adoption du texte par l'Assemblée générale des Nations Unies le 2 avril 2013, ce Traité n'est toujours pas applicable. Il le sera lorsque 50 États l'auront ratifié. À ce jour, seulement 13 États sur les 118 signataires l'ont fait. 15 autres États européens, dont la France et l'Allemagne, s'y engagent le 2 avril 2014¹.

« 875 millions d'armes légères et de petit calibre sont en en circulation dans le monde – revolvers, fusils, pistolets... – et 75 % d'entre elles sont aux mains des civils². La porosité des frontières entre certains pays, notamment en Afrique, et les transferts d'armes illégaux ont des conséquences dramatiques. C'est le cas par exemple en Libye où, pour limiter les accidents, nous menons depuis près de trois ans des actions de prévention aux dangers des armes légères », souligne Sylvie Bouko, spécialiste de la question à Handicap International.

En Libye, suite à la chute du régime de Mouammar Kadhafi en octobre 2011, des entrepôts ont été pillés et des millions d'armes légères se sont retrouvées aux mains des civils. En 2012, pour la seule ville de Tripoli, plus de 1 600 victimes d'armes légères ont été recensées, dont 75 % avaient moins de 25 ans. Cela illustre la nécessité des actions de prévention mais aussi la pertinence d'un traité qui devrait limiter la dispersion incontrôlée d'armes de tous calibres.

¹ L'Allemagne, la Bulgarie, la Croatie, le Danemark, l'Espagne, l'Estonie, la Finlande, la France, la Hongrie, l'Irlande, l'Italie, la Lettonie, Malte, la Slovaquie et la Slovénie.
² IANSA, « Gun Violence : The Global Crisis » – www.iansa.org
Publié le : 1 avril 2014
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Drones démineurs : en route vers la révolution technologique
© Benoit Almeras / HI
Déminer les terres

Drones démineurs : en route vers la révolution technologique

En collaboration avec des entreprises spécialisées, Handicap International lance l’expérimentation des drones pour détecter la présence des mines. Les premiers essais auront lieu dans le Nord du Tchad à partir de février 2019. Objectif : cibler plus précisément les zones d’intervention des démineurs et réduire la durée des opérations. Si ces essais sont concluants, il s’agira d’une révolution dans le secteur du déminage.

Le nombre de victimes d'armes à sous-munitions a plus que doublé depuis 2015
© Z. Johnson / HI
Déminer les terres Mines et autres armes

Le nombre de victimes d'armes à sous-munitions a plus que doublé depuis 2015

La Convention d'Oslo interdisant l'emploi, la production, le stockage et le transfert des armes à sous-munitions est entrée en vigueur il y a huit ans, le 1er août 2010. Malgré le succès de ce texte signé par 119 pays, les victimes des armes à sous-munitions ont doublé ces dernières années.

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives
© Martin Crep / HI
Mines et autres armes

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines le 4 avril, Handicap International s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par ces armes en 2016, et le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017.