Go to main content

Le suivi spécifique des blessés est primordial

Appareiller et rééduquer Secourir les victimes
Népal

Le séisme au Népal a provoqué de nombreuses fractures et blessures de la moelle épinière. L’expertise des équipes de Handicap International sur place permettra de limiter au maximum les séquelles invalidantes.

Les kinésithérapeutes de Handicap International auprès de Ramita, 13 ans, et de sa soeur Mangali, 15 ans. Leurs blessures ont été bien prises en charge et l'association va leur fournir des béquilles.

© B. Blondel / Handicap International

Les équipes de Handicap International à Katmandou ont dressé un premier constat sur les types de blessures dues au séisme du 25 avril dernier. Si cela ne présente qu’une réalité parcellaire (personnes identifiées et prises en charge par Handicap International dans 4 hôpitaux) ne tenant pas compte de la situation dans les zones moins accessibles du Népal, cela donne cependant des éléments sur les besoins de réadaptation des blessés dans quatre grands hôpitaux (Baktapur, Bir, Patan et Tuth) de la capitale népalaise. Plus de 65 % des blessures sont liées à des fractures et environ 12 % des blessures concernent la moelle épinière. Handicap International a également constaté une augmentation du nombre d’amputations.

« Nous avons une préoccupation particulière pour que les blessures de la moelle épinière ne soient pas négligées. Nous travaillons dans quatre grands hôpitaux de la vallée de Katmandou, nous nous assurons que les personnes qui quittent ces hôpitaux vont pouvoir bénéficier des soins et de l’équipement nécessaires. »
Sarah Blin, directrice de Handicap International au Népal

L’association a également commencé à renforcer la prise en charge des blessés dans les zones proches de l’épicentre, notamment dans le district de Nuwakot. 

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, le Népal va manquer de personnels formés pour prendre en charge les blessés en termes de soins post-traumatiques. Handicap International agit depuis 15 ans dans le pays, où son équipe locale soutient cinq centres de réadaptation et travaille en réseau avec l’ensemble du secteur de la réadaptation du pays. Mais l’augmentation du nombre de blessés suite au tremblement de terre implique de déployer davantage de personnels en renforts pour venir encadrer les professionnels présents sur place afin qu’ils maîtrisent le cadre spécifique de la réadaptation d’urgence

Dans le cas d’un séisme tel que celui qui a frappé le Népal, les blessés souffrant de traumatismes comme des écrasements, des fractures, mais aussi des blessures de la moelle épinière, générés par l’effondrement des bâtiments, doivent donc bénéficier d’une prise en charge spécifique. Les kinésithérapeutes et ergothérapeutes de Handicap International doivent prodiguer des soins postopératoires et prendre le relais des chirurgiens dans les hôpitaux en assurant le suivi des personnes blessées afin de limiter au maximum les séquelles invalidantes.

Publié le : 6 mai 2015
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Reema, magnifique danseuse, veut retrouver sa famille
© Bas Bogaerts / HI

Reema, magnifique danseuse, veut retrouver sa famille

Reema a été abandonnée quand elle avait 6 ans. Atteinte d’une malformation congénitale, elle n’a pas pu marcher pendant des années. Avec le soutien de Handicap International, elle a reçu une prothèse et a bénéficié de séances de réadaptation. Aujourd’hui âgée de 14 ans, Reema va à l’école et s’entraîne chaque matin pour devenir danseuse. Une incroyable transformation.

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !
© Elise Cartuyvels / HI

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !

Le 25 avril 2015, un violent séisme secouait le Népal. À des centaines de kilomètres l’une de l’autre, Nirmala et Khendo étaient ensevelies sous les décombres. Amputées d’une jambe, elles se rencontrent à l’hôpital, suivent de nombreuses séances de réadaptation avec les kinésithérapeutes de HI et réapprennent à marcher. Trois ans plus tard, elles sont devenues inséparables, vont à l’école ensemble et rêvent de danser.

« Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes »
© Elise Cartuyvels / HI

« Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes »

Sudan Rimal, 29 ans, est kinésithérapeute pour Handicap International au Népal. Après le séisme qui a frappé le pays le 25 avril 2015, il a aidé des centaines de victimes en menant des séances de réadaptation et en leur apprenant à remarcher. Témoignage d’un professionnel qui a beaucoup appris de cette catastrophe.