Go to main content

Le quotidien de Mariam, kinésithérapeute au chevet des réfugiés syriens

Réadaptation
Liban Syrie

La guerre qui déchire la Syrie depuis bientôt sept ans a provoqué des mouvements de population sans précédent. On compte plus de 5 millions de réfugiés syriens dans les pays limitrophes, dont plus d’un million rien qu'au Liban. Mariam travaille comme kinésithérapeute pour Handicap International dans le pays depuis le lancement de la réponse d’urgence de l’association. Elle raconte son quotidien au chevet des réfugiés, elle qui voit concrètement sur le terrain l'énorme différence que la réadaptation apporte dans la vie des personnes touchées par le conflit.

 Mariam, kinésithérapeute pour HI au Liban, ici avec Fayez, un jeune bénéficiaire de l'association

Mariam, kinésithérapeute pour HI au Liban, ici avec Fayez, un jeune bénéficiaire de l'association | © Elisa Fourt / HI

Portrait de Mariam, kinésithérapeute pour Handicap International auprès des réfugiés syriens au LibanAlors que l’hiver s’installe doucement dans la vallée de la Bekaa, Mariam entreprend le trajet qu’elle fait cinq jours par semaine, depuis cinq ans. La kinésithérapeute apporte son aide aux réfugiés syriens en se rendant à leur domicile pour des sessions de réadaptation. Années après années, son regard sur cette crise humanitaire a évolué, tout comme sa façon de travailler avec les réfugiés. « Je me rappelle de mes premiers jours de travail. Les besoins étaient immenses, les gens affluaient ici depuis la Syrie et il y avait beaucoup de blessés. C’était très impressionnant. »

"Voir l'impact de mon action sur leur vie"

Au fil du temps, Mariam s’est habituée aux conséquences humaines de la guerre :

« J’ai vu énormément de blessures liées au conflit au cours des dernières années. Ce qui me frappe le plus c’est que généralement, le mental des personnes que l’on assiste est aussi touché que leur physique. Et c’est très dur de faire face à leur désespoir. Mais j’essaie d’apporter ce que je peux, pour faciliter leur vie. »

Pour la kinésithérapeute, venir en aide aux réfugiés était une évidence. « Je pourrais être l’une de ces personnes réfugiées qui a besoin de kinésithérapie. Mettre mes compétences à leur service me paraît juste normal : je fais ce que j’aimerais que l’on fasse pour moi, si j’étais dans leur situation. J’ai rencontré tellement de gens pour qui notre intervention était importante... Et le fait d’être sur le terrain chaque jour me permet de vraiment voir l’impact de mon action sur leur vie. »

"Répondre aux besoins essentiels"

Session après session, les visites de Mariam se sont inscrites dans le quotidien des bénéficiaires de Handicap International. La kinésithérapeute a également vu le contexte changer au fil des années. « La plupart des gens à qui je rends visite vivent dans des camps informels. Ils ont beau être là depuis des années maintenant, ils sont loin d’être installés confortablement. Leurs conditions de vie sont très difficiles et elles empirent d’année en année, à mesure que la guerre s’éternise. On fait également face à différents types de blessures et de handicaps désormais. Un grand nombre de cas que je traite sont des blessures du quotidien car la précarité des réfugiés augmente. Il y a aussi beaucoup de maladies chroniques qui empirent, car les personnes n’ont pas toujours accès aux soins dont elles ont besoin. »

Arrivée à destination et avant de commencer sa première visite de la journée, Mariam conclut :

« Il y a peu d’associations dans le pays qui proposent des services comme la kinésithérapie. Pour autant, la réadaptation physique fait une énorme différence dans la vie des personnes qui ont été touchées par le conflit. Tant que celui-ci perdure et même une fois qu’il prendra fin, il est vital que nous fassions notre possible pour assister les réfugiés et que nous répondions à leurs besoins les plus essentiels. »

Publié le : 19 décembre 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives
© Martin Crep / HI

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines le 4 avril, Handicap International s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par ces armes en 2016, et le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017.

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"
© Philippe de Poulpiquet / HI

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"

Molham avait à peine 9 ans lorsqu’il a été blessé par une balle perdue à Homs, en Syrie. Sa famille a fui les combats et s’est réfugiée en Jordanie. Handicap International fournit des séances de réadaptation au jeune garçon qui bénéficie également d’un soutien psychologique.

Rééducation des blessés de guerre civils : les bienfaits de la kinésithérapie
© Peter Biro / HI

Rééducation des blessés de guerre civils : les bienfaits de la kinésithérapie

Les personnes blessées, amputées après un bombardement suivent des séances de kinésithérapie après leur opération. Quelle est l’utilité de ces exercices ? Quels sont leurs effets sur la condition physique du blessé ? Réponses avec Isabelle Urseau, experte en réadaptation à Handicap International.