Go to main content

Le nouvel espoir de Faraj

Secourir les victimes
Syrie

Blessé dans un bombardement en Syrie en février 2013, Faraj a subi de nombreuses opérations. Pris en charge par Handicap International en juin dernier, il a presque récupéré aujourd'hui toutes ses facultés.

© G. Dubourthoumieu / Handicap International

Faraj a 16 ans. En février 2013, il a été victime d'un bombardement alors qu'il se trouvait chez lui, dans la région de Homs. Son bras gauche a subi de multiples fractures et sa colonne vertébrale a été touchée. Son père avait été tué un an auparavant, et sa mère, déjà réfugiée au Liban avec ses sœurs, a cru à sa mort pendant quatre longues journées. Elle a finalement reçu un appel de l'hôpital où était soigné son fils. Elle est venue le chercher en Syrie. A l'hôpital, pendant 15 jours, Faraj ne l'a pas reconnue.
Sa mère est parvenue à ramener Faraj au Liban pour qu'il puisse se soustraire aux combats qui peuvent toucher même les hôpitaux. Ils vivent depuis à sept sous une tente dans un camp de fortune de la plaine de la Beeka, au Liban.

« Désormais, j'ai confiance »

Arrivé au Liban début mars 2013, Faraj a été pris en charge par une équipe mobile de Handicap International en juin, après de multiples opérations chirurgicales. De nombreuses séances de rééducation lui ont été prodiguées depuis et aujourd'hui Faraj a retrouvé une grande partie de sa mobilité.

« Avant les séances de kinésithérapie, je ne pouvais ni me lever ni bouger ma main. Aujourd'hui, j'ai retrouvé ma confiance. Grâce à Handicap International, je peux de nouveau marcher, aller voir mes amis et aider aux petits travaux dans le camp ».

L'intervention d'urgence de Handicap International au Liban relative à la crise syrienne a été ou est actuellement soutenue par les bailleurs/partenaires suivants :
- ECHO (Commission Européenne/Aide Humanitaire et Protection civile)
– La Région Rhône-Alpes
– Le Centre de crise du Ministère français des Affaires étrangères
– Le Programme Alimentaire Mondial
– OCHA/Syria Emergency Response Fund
– The Foreign Affairs, Trade and Development Canada

Publié le : 5 novembre 2013
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives
© Martin Crep / HI

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines le 4 avril, Handicap International s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par ces armes en 2016, et le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017.

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"
© Philippe de Poulpiquet / HI

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"

Molham avait à peine 9 ans lorsqu’il a été blessé par une balle perdue à Homs, en Syrie. Sa famille a fui les combats et s’est réfugiée en Jordanie. Handicap International fournit des séances de réadaptation au jeune garçon qui bénéficie également d’un soutien psychologique.

Syrie : un centre de réadaptation détruit dans la Ghouta orientale

Syrie : un centre de réadaptation détruit dans la Ghouta orientale

Le centre de réadaptation physique d'une organisation partenaire de Handicap International a été totalement détruit après deux bombardements distincts mardi 20 et mercredi 21 février dans la région de la Ghouta orientale. Handicap International appelle à un cessez-le-feu et à un accès humanitaire immédiat à la zone.