Go to main content

Le Népal à nouveau frappé par un violent séisme

Secourir les victimes
Népal

Un violent séisme de magnitude 7,4 vient à nouveau de frapper le Népal. L'épicentre se situe à 83 km à l'ouest de Katmandou et à 68 km à l'ouest de Namche Bazar, dans la région de l'Everest. Ce nouveau tremblement de terre a été suivi de 6 répliques.

Le Népal est à nouveau frappé par un séisme après celui dévastateur du 25 avril 2015.

© ADH /Timm Schamberger

Point à 12h35, heure locale

Les équipes de Handicap International étaient au travail auprès des victimes du précédent séisme lorsque la terre a tremblé. 
Les 16 expatriés et 68 personnels nationaux mobilisés par Handicap International au Népal assuraient notamment des distributions de kits "besoins de base" et des soins aux blessés du précédent séisme. Saines et sauves, elles sont en lieux sécurisés dans l’attente que les répliques se calment. Elles préparent dans les heures qui viennent une évaluation rapide de l’impact de cette nouvelle catastrophe sur les populations afin d’ajuster leurs activités. En effet pour l’heure, de nombreuses répliques rendent les déplacements difficiles. Ces évaluations rapides seront menées dans les régions de Rasuwa, Nuwakot, Banepa, Kavre et Katmandou dans lesquelles les équipes de Handicap International sont actuellement déjà déployées.

Les populations népalaises sont encore sous le choc du séisme du 25 avril. Mobilisées dès les premières heures de la catastrophe, les équipes de Handicap International sont déjà venues en aide à plusieurs centaines de personnes.

Point à 21h, heure locale

Les nombreux glissements de terrain liés aux pluies diluviennes et au nouveau séisme rendent les déplacements très difficiles et réduisent l’accès aux populations affectées. Nos équipes de Rasuwa et Nuwakot, ont mené avant la tombée de la nuit et reprendront demain matin, des évaluations rapides des besoins sur les zones sinistrées. Dès que les routes seront praticables, elles enverront du matériel complémentaire pour organiser des distributions (produits non alimentaires notamment) . 

Les districts les plus affectés sont ceux de Sindhulpalchok et Dolkha. Dans ces districts, il n’y a pas de services orthopédiques et les blessés vont donc probablement être évacués sur Katmandou. 

La situation à Katmandou préoccupe particulièrement Handicap International :

• les blessés évacués des zones nouvellement touchées vont arriver dans des hôpitaux déjà surchargés. Il est probable que les blessés du 1er séisme soient déchargés de ces hôpitaux afin de permettre la prise en charge des nouveaux arrivants. 

• Il va donc falloir accompagner leur départ et les enregistrer afin de garantir que l’on puisse bien les suivre et prendre en charge leurs besoins notamment en termes de soins de réadaptation d’urgence post-traumatique, afin d’éviter qu’ils ne développent des handicaps durables ou autres formes de complications. On prévoit également de distribuer des kits de produits non alimentaires NFI et des tentes à proximité des hôpitaux, car la plupart des personnes ne sauront vraisemblablement pas où ni comment rentrer chez eux, comme cela fut le cas dans les premiers jours qui ont suivi le 1er séisme. 

• Concernant les nouveaux blessés, les heures qui arrivent vont être dédiées aux opérations chirurgicales et aux soins de première urgence. Nos équipes sur place à Katmandou sont prêtes à suivre les soins post opératoires dès demain matin

• Suite au 1er séisme, nous avions doté les hôpitaux d’équipements d’aide à la mobilité qui pourront être utilisés dans le cadre de la prise en charge des nouveaux blessés.

Publié le : 12 mai 2015
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Nos actions en 2017 Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre Secourir les déplacés et/ou les réfugiés Secourir les victimes

Nos actions en 2017

Mossoul, une contamination sans précédent par les restes explosifs de guerre
© E. Fourt / HI
Lutter contre les mines, les BASM et restes explosifs de guerre Secourir les victimes

Mossoul, une contamination sans précédent par les restes explosifs de guerre

Un an après la libération de Mossoul, HI publie un mini-rapport sur la pollution phénoménale de Mossoul par les restes explosifs de guerre, consécutive à plusieurs mois de combats. Particulièrement en cause : les bombardements massifs et quasi quotidiens pendant l’offensive militaire entre octobre 2016 et juillet 2017.

Reema, magnifique danseuse, veut retrouver sa famille
© Bas Bogaerts / HI
Insertion Réadaptation

Reema, magnifique danseuse, veut retrouver sa famille

Reema a été abandonnée quand elle avait 6 ans. Atteinte d’une malformation congénitale, elle n’a pas pu marcher pendant des années. Avec le soutien de Handicap International, elle a reçu une prothèse et a bénéficié de séances de réadaptation. Aujourd’hui âgée de 14 ans, Reema va à l’école et s’entraîne chaque matin pour devenir danseuse. Une incroyable transformation.