Go to main content
 
 

Le long parcours d’Alaa, blessé par balle

Réadaptation Urgence
Palestine

Une blessure par balle conduit le patient dans un long parcours médical. Après une opération, la rééducation nécessaire pour retrouver de la mobilité peut prendre des mois, voire des années. Une longue convalescence qui engendre une invalidité temporaire et rend le patient inapte au travail. Alaa fait partie de ces centaines de blessés par balle à Gaza. Il a commencé sa rééducation avec Handicap International.

À Gaza, Alaa avec sa famille. Le père reçoit l'aide de Handicap International depuis qu'il a été blessé par balle.

© Hardy Skills / HI

La balle a pénétré sa jambe droite juste au-dessus du talon. Elle est ressortie en laissant une plaie ouverte. Le nerf a été gravement endommagé et Alaa n'a plus le contrôle de sa jambe : il ne peut plus poser le pied fermement sur le sol. « La nuit, la douleur est insupportable. Je ne sais pas quand et si je pourrai à nouveau conduire. J'ai une famille à soutenir, regardez-les... », dit-il en montrant ses quatre enfants.

À Gaza, Alaa avec sa famille. Le père reçoit l'aide de Handicap International depuis qu'il a été blessé par balle.

Alla avec sa femme et ses quatre enfants © Hardy Skills / HI

Des patients souvent pauvres 

Alaa était chauffeur de taxi. Il louait le véhicule et gagnait un salaire aléatoire en fonction des courses de la journée. Il vit dans une toute petite maison délabrée du Nord de Gaza. Le plafond est crénelé de trous. L'hiver, le froid rentre et les fuites sont fréquentes.

« Heureusement que les services humanitaires sont là : j'ai besoin de séances de rééducation et si c’était payant je n’aurais pas les moyens de les suivre. J’espère être accompagné jusqu'à ce que je récupère. Je dois reprendre mon travail le plus vite possible. »

Une invalidité temporaire 

La journée, Alaa passe la plupart de son temps à se déplacer en béquilles entre son lit, son salon et l'entrée de sa maison où il peut voir la rue, les gens et les voisins : « Je vis comme derrière des barreaux. Maintenant je ne peux plus travailler, donc je n’ai plus d’argent. Aujourd'hui, c’est mon voisin qui m'a acheté deux poulets et a rechargé ma bouteille de gaz. »

Un long processus thérapeutique 

Handicap International soutient Alaa depuis deux semaines. Il reçoit les visites presque quotidiennes d’un kinésithérapeute et d’un psychologue. Il aura besoin de temps et de motivation pour se rétablir, en gardant à l'esprit qu'il a également besoin de deux opérations supplémentaires pour réparer les dommages causés à sa jambe.

« Quand je serai rétabli, j'aimerais avoir mon propre taxi. Mais vu mon état actuel, peut-être que ce sera plus facile de tenir un petit commerce. »

Depuis le début des manifestations à Gaza en mars 2018, plus de 14 600 personnes ont été blessées, dont près de 8 000 ont dû être hospitalisées. En un mois d’activités, Handicap International a aidé plus de 500 personnes pour un suivi en réadaptation, en soutien psychosocial et des dons de béquilles, déambulateurs et fauteuils roulants.

Publié le : 26 juin 2018
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

L'aide humanitaire : une histoire de compassion
© Gilles Lordet / HI
Réadaptation Urgence

L'aide humanitaire : une histoire de compassion

Tichaona Mashodo dirige l'équipe mobile de Handicap International au Soudan du Sud. Il revient sur ses dix années d'engagement humanitaire.

Zebidah : « Je suis heureuse de voir que j’ai un impact sur la vie d’une personne »
© Kate Holt / HI
Réadaptation

Zebidah : « Je suis heureuse de voir que j’ai un impact sur la vie d’une personne »

Au sein du camp de Kakuma au Kenya, Zebidah Monyoncho apporte soutien et soins à des personnes amputées et parfois en grande détresse psychologique. Passionnée par son métier d’ergothérapeute, elle partage avec nous son quotidien, ponctué de satisfactions immenses et de difficultés, mais qu’elle ne changerait pour rien au monde !

Nishan : « J’adore le badminton et j’aimerais découvrir la Chine ! »
© Prasiit Sthapit / HI
Réadaptation

Nishan : « J’adore le badminton et j’aimerais découvrir la Chine ! »

Jeune Népalais de 14 ans, Nishan a été amputé de la jambe gauche à 5 ans suite à un accident avec un camion. Grâce au soutien de Handicap International, aujourd’hui il remarche, va à l’école, joue au badminton et rêve de voyages.