Go to main content

Le Football uni contre le bombardement des civils

Mines et autres armes

À l’occasion de la Super Coupe de l’UEFA, qui oppose le Real Madrid au Séville FC à Trondheim (Norvège) le 9 août, Handicap International et la Fondation UEFA pour l’Enfance s’associent pour dénoncer l’utilisation des armes explosives en zones peuplées, dans les conflits récents et en cours dans le monde. Lors de la cérémonie d’ouverture, deux enfants afghan et syrien en situation de handicap, réfugiés en Norvège, escorteront les capitaines des deux équipes. Ils porteront ensemble sur le terrain les coupes de l’UEFA Europa League et celle de l’UEFA Champions League.

Logo "Stop bombing civilians!", en français "Non aux bombardements des civils !"La Fondation UEFA pour l’Enfance apporte son soutien à Handicap International qui défend les droits des personnes handicapées à travers le monde et œuvre à leur pleine participation dans la société. Elle soutient également la nouvelle campagne mondiale de l’association contre les bombardements des civils qui font de très nombreuses victimes parmi les enfants. Pendant la mi-temps, une vidéo produite avec des joueurs de la rencontre reprendra le message « Stop Bombing Civilians! » (Non aux bombardements des civils !) pour dénoncer l’insoutenable menace qui pèse aujourd’hui sur des millions de civils à travers le monde. Ce moment solennel permettra de rappeler que la majorité des victimes de bombardements est constituée de civils et de réaffirmer l’urgence de protéger les populations en faisant respecter les conventions en vigueur.

Cet événement constituera le lancement d’une campagne de Handicap International auprès du grand public, sur Internet et les réseaux sociaux. Chacun sera invité à rejoindre le combat en signant la pétition sur le site www.stop-bombing-civilians.org (voir la version française ici).

Bombarder des civils, ce n’est pas la guerre, c’est un crime !

En 2015, près de 44 000 personnes ont été tuées ou blessées par des armes explosives dans le monde. 76 %1 d’entre elles étaient des civils. Quand ces armes ont été utilisées en zones peuplées, 92 %2 des victimes étaient des civils.

Utilisées massivement en zones urbaines au cours des derniers conflits armés, les armes explosives – missiles, roquettes, obus, bombes aériennes, mines, bombes à sous-munitions… – font chaque année des dizaines de milliers de nouvelles victimes parmi les civils. Ces armes provoquent des souffrances et des blessures graves allant jusqu’à l’amputation, causent des handicaps lourds et des traumatismes psychologiques profonds. Elles détruisent les habitations, les écoles, les hôpitaux… Après les conflits, les armes qui n’ont pas explosé à l’impact constituent non seulement un danger pour la sécurité, mais également un obstacle à la reconstruction du pays. Elles plongent ainsi les populations dans la plus grande pauvreté.

Le Droit international humanitaire (DIH) interdit aux parties prenantes d’un conflit de prendre pour cibles les populations civiles et les bâtiments publics. Toute attaque doit respecter le principe de distinction entre les civils et les combattants. Or, dans les conflits actuels, les belligérants utilisent régulièrement des armes explosives à large rayon d’impact dans les villes et les zones où se regroupent les populations. Cette pratique inacceptable, qui tue et mutile de nombreux habitants, constitue une violation des dispositions majeures du DIH.

1 et 2 Unacceptable Harm – Monitoring Explosive Violence 2015 (AOAV)


La Fondation UEFA pour l’Enfance 
La Fondation a été créée en avril 2015 sur l’initiative de l’UEFA (Union des associations européennes de football) afin de promouvoir le rôle social et communautaire du football. Ainsi, la Fondation utilise-t-elle le sport et le football en particulier pour soutenir des projets humanitaires liés aux droits des enfants. Elle apporte son soutien, notamment, dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’accès au sport, du développement personnel de l’enfant, de l’intégration des minorités, ainsi que de la défense des droits de l’enfant. 
https://fondationuefa.org 

Publié le : 8 août 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives
© Martin Crep / HI

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines le 4 avril, Handicap International s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par ces armes en 2016, et le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017.

+ 150 % de victimes de mines en trois ans : arrêtez le massacre !
© M. Ashraf / HI

+ 150 % de victimes de mines en trois ans : arrêtez le massacre !

Le rapport 2017 de l’Observatoire des mines rend compte de l’augmentation spectaculaire pour la troisième année consécutive du nombre annuel de nouvelles victimes de mines et restes explosifs de guerre. Entre 2013 et 2016, l’accroissement de 150 % du nombre de victimes s’explique par des bilans particulièrement lourds dans les zones de conflit en Afghanistan, en Libye, en Ukraine et au Yémen. Alors que la conférence des États parties au Traité d’Ottawa se tient du 18 au 22 décembre à Vienne en Autriche, Handicap International appelle les États à appliquer le Droit international humanitaire et à faire pression sur les belligérants pour arrêter d’utiliser ces armes barbares.

Yémen : les ONG appellent à une cessation immédiate des hostilités et à un accès humanitaire total
© Google Maps

Yémen : les ONG appellent à une cessation immédiate des hostilités et à un accès humanitaire total

Les organisations signataires présentes sur le terrain, dont Handicap International, appellent à la cessation immédiate des hostilités au Yémen, y compris à Sanaa. Elles demandent également aux parties au conflit de permettre un accès humanitaire total et sans entraves aux personnes dans le besoin afin de faciliter l'acheminement du fret humanitaire.