Go to main content

Le cyclone Enawo frappe Madagascar aujourd’hui

Urgence
Madagascar

Le cyclone Enawo, qui frappe ce mardi la côte Nord-Est de Madagascar, pourrait toucher 2 millions de personnes, selon le Global Disaster Alert and Coordination System. Les équipes de Handicap International déjà présentes sur place sont mobilisées et se préparent à intervenir en urgence en fonction des besoins.

 Photo d'archive 2013 du cyclone Haruna

Photo d'archive 2013 du cyclone Haruna | © Handicap International

  • Le cyclone Enawo, classé en catégorie 4 sur l’échelle Saffir-Simpson qui compte 5 échelons, va frapper la côte nord-est de Madagascar ce mardi (14 heures, heure locale), avec des vents allant jusqu’à 300 km/h.
     
  • Des précipitations de 400 mm en 24 heures pourraient entraîner des inondations dans 8 régions (Analanjirofo, Atsinanana, Sofia, Alaotra Mangoro, Analamanga, Menabe, Vatovavy fitovinany, Atsimo Andrefana). Le cyclone atteindra la capitale Antananarivo dans la nuit de mardi à mercredi.
     
  • Près de 900 000 personnes vivent dans les quatre districts directement situés sur le passage du cyclone (Sambava, Antalaha, Vohemar et Andapa) et risquent d’être plus particulièrement touchées. Plus de 80 000 d’entre elles pourraient avoir besoin d’une assistance immédiate, selon OCHA. Le cyclone pourrait forcer plus de 140 000 personnes à se déplacer et 10 000 personnes environ risquent de se retrouver sans abri.

« Personnes blessées, destruction des maisons, pertes de productions agricoles, routes endommagées : les conséquences d’un cyclone sont terribles pour les personnes plus vulnérables, notamment celles qui vivent dans des habitations sommaires et dans des zones isolées. Nous sommes en alerte. Nous possédons sur place des stocks d’articles non alimentaires prêts à être distribués en cas de besoin ainsi que des aides techniques (béquilles, fauteuils roulants…) pour les personnes handicapées ou blessées. Lors des premières évaluations suite au passage du cyclone, nous veillerons à ce que les besoins des personnes handicapées soient bien pris en compte dans la réponse d’urgence par les autres organisations humanitaires », 

?explique Xavier Duvauchelle, responsable des programmes pour l’Afrique de l’Est et du Sud.


Handicap International à Madagascar

Handicap International est présente à Madagascar depuis 1986. Forte d’une équipe de presque 100 salariés, l’association lutte contre les maladies invalidantes comme la filariose lymphatique. Elle intervient en milieu carcéral pour améliorer les conditions de vie des détenus. Handicap International mène un programme de santé maternelle et infantile  pour réduire la mortalité des mères et des nouveau-nés. L’association s’emploie également à promouvoir les droits et l’inclusion des personnes handicapées en renforçant les associations qui les représentent. Handicap International développe aussi des actions pour l’accès à l’éducation des enfants exclus du système scolaire.

Publié le : 7 mars 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Yémen : déclaration conjointe de plusieurs ONG dont Handicap International
© Google Maps
Urgence

Yémen : déclaration conjointe de plusieurs ONG dont Handicap International

Les ONG internationales travaillant au Yémen se félicitent des prochaines consultations politiques en Suède. La situation dans le pays est devenue plus que critique pour la population.

Handicap International auprès des victimes du séisme et du tsunami
© HI
Réadaptation Urgence

Handicap International auprès des victimes du séisme et du tsunami

Suite au séisme et au tsunami qui ont frappé la province de Sulawesi en Indonésie le 28 septembre 2018, Handicap International soutient les personnes affectées, en collaboration avec l’association IFI.

Se redresser sur ses jambes… et dans sa tête
© Ayman / HI
Réadaptation Urgence

Se redresser sur ses jambes… et dans sa tête

Salim, 17 ans, a été fauché par une bombe dans l’épicerie où il travaillait près de Hodeidah. Soigné à l’hôpital de la ville, il a été amputé en-dessous du genou, un véritable choc. Salim était angoissé : comment pouvait-il continuer à vivre avec une seule jambe ? Comment subvenir aux besoins de la famille ? Comment poursuivre sa scolarité ?