Accès direct au contenu
 
 

« Le 3 décembre, c’est ma journée »

Appareiller et rééduquer
Haïti

Pour Vanessa, jeune Haïtienne de 17 ans, la Journée mondiale des personnes handicapées permet de rencontrer d'autres jeunes en situation de handicap et, surtout, de favoriser leur intégration dans la société, comme s'y emploie Handicap International dans chacune de ses missions.

© Corentin Fohlen / Handicap International

Vanessa revendique la Journée internationale des personnes handicapées comme sienne.

« Le 3 décembre, c'est ma journée », dit-elle fermement.
« Je participe aux nombreuses activités festives ou informatives organisées par des associations haïtiennes ou internationales qui soutiennent les personnes handicapées. C'est un jour de fête ! C'est aussi l'occasion de rencontrer d'autres jeunes qui se trouvent dans la même situation que moi. Nous sommes heureux de pouvoir partager nos petits et grands problèmes. »

Lors d'un accident de la route en 2010, Vanessa a perdu sa jambe. Un camion l'a fauchée, ainsi que plusieurs autres piétons, alors qu'elle marchait dans la rue. Sa vie a basculé ce jour-là. Après l'accident, elle a suivi des séances de rééducation dans le centre de réhabilitation fonctionnelle de Handicap International et a reçu une prothèse. Grâce au soutien de l'association, la mère de la jeune fille, qui s'occupe seule de ses quatre enfants, a pu lancer un petit commerce de produits alimentaires. Ses revenus lui permettent d'envoyer les enfants à l'école.

Pour Vanessa, qui rêve de devenir médecin, pouvoir poursuivre ses études est le plus important. Elles lui ouvriront les portes d'un avenir meilleur. Malgré son handicap, la jeune fille est bien acceptée.

« J'ai gardé tous mes anciens amis, ceux d'avant mon accident, et je m'en suis fait de nouveaux. Dans ma classe, il y a une autre élève dont la jambe a été amputée suite au tremblement de terre.»

Vanessa pense qu'il est très important de fêter le 3 décembre et de parler des personnes handicapées.

«En Haïti, les personnes handicapées sont souvent mal considérées. Et comme c'est très difficile de trouver un boulot ici, c'est encore bien plus compliqué pour une personne comme moi. Alors, si je veux devenir médecin, il n'y a qu'une solution : devenir le meilleur docteur de Port-au Prince ! », ajoute-t-elle avec un petit sourire.
Publié le : 3 décembre 2013
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Covid-19 en Haïti : sensibilisation de la population et des taxis-moto
© HI
Prévention Santé Urgence

Covid-19 en Haïti : sensibilisation de la population et des taxis-moto

Dans ces deux vidéos, Fanor Gustave et Charles Fernand, membres de notre équipe sur place, vous expliquent les actions mises en place par Handicap International en Haïti pour contribuer à freiner la propagation du coronavirus : la sensibilisation de la population aux gestes barrières et celle des chauffeurs de taxis-moto à Port-au-Prince, un moyen de transport très utilisé.

« J’ai entendu les pleurs de Moïse sous les décombres… »
© Davide Preti / HI
Réadaptation

« J’ai entendu les pleurs de Moïse sous les décombres… »

Moïse n'avait que 4 ans lorsqu’il a perdu sa jambe gauche suite au séisme qui a dévasté Haïti le 12 janvier 2010.

10 ans après le séisme, des soins de réadaptation de meilleure qualité et des infrastructures améliorées
© Davide Preti / HI
Réadaptation

10 ans après le séisme, des soins de réadaptation de meilleure qualité et des infrastructures améliorées

Haïti n’a pas été épargné au cours de ces dix dernières années. À un tremblement de terre dévastateur le 12 janvier 2010 suivi d’un terrible ouragan en 2016, s’ajoute une grande instabilité politique qui paralyse le pays encore aujourd’hui. En 2010, Handicap International avait déployé dans le pays l’une des plus grandes missions d’aide humanitaire de son histoire. L'association continue d'apporter une contribution majeure au renforcement du réseau de réadaptation physique.