Go to main content

« La vie quotidienne est très dure ici » Abdurrahman, 21 ans

Mines et autres armes Prévention
Syrie

Abdurrahman a 21 ans et il est originaire du sud de la Syrie. Un jour, alors qu’il se trouvait dans une forêt, une mine a explosé près de lui. Abdurrahman a du être amputé d’une jambe et appareillé d’une prothèse. Aujourd’hui, l’équipe partenaire de Handicap International rend visite à Abdurrahman et sa famille pour une session d’éducation aux risques. L’association oriente aussi le jeune Syrien vers des services de réadaptation destinés à améliorer sa santé.

Les enfants de la famille d’Abdurrahman et leurs voisins participent à la session d’éducation aux risques.

Les enfants de la famille d’Abdurrahman et leurs voisins participent à la session d’éducation aux risques. | © Handicap International

Depuis plusieurs années, Handicap International organise des sessions d’éducation aux risques en Syrie. Plus de cinq ans après le début du conflit qui ravage encore le pays, les terres syriennes sont infestées d’armes susceptibles d’exploser à tout moment. Dans certaines régions, le taux de contamination est extrêmement important. Aujourd’hui, l’une des équipes partenaires de l’association intervient dans un village situé au sud du pays. Lors de sa tournée de sensibilisation quotidienne, elle rencontre Abdurrahman. Le jeune homme de 21 ans accueille les agents de sensibilisation chez lui et accepte de suivre la session. Victime d’une arme explosive il y a plusieurs mois, il a dû être amputé et reconnait le rôle essentiel que de telles séances de sensibilisation peuvent jouer.

« Ce jour-là, j’étais dans la forêt » raconte Abdurrahman à l’équipe partenaire de Handicap International alors que les professionnels s’installent. « J’étais parti couper du bois pour le vendre durant la saison hivernale et pour que l’on puisse également chauffer notre maison familiale. Tout à coup, une mine cachée sous un tas de feuilles près de moi a explosé. Je ne l’ai pas vue, je ne sais même pas à quoi cet engin ressemblait. Mais c’est cet accident qui m’a privé de ma jambe. » Abdurrahman semble encore très traumatisé par cet évènement.

Depuis son accident, le jeune Syrien ne peut plus travailler. « La vie quotidienne est très dure ici »,  dit-il. « Mon père est très vieux et je dois m’occuper de lui, de ma mère et de mes frères et sœurs. Nous vivons dans une région éloignée de tout, où l’on trouve de nombreuses mines et armes explosives  et il est difficile d’accéder aux services dont nous aimerions bénéficier. C’est grâce à l’aide de certaines personnes et associations que nous survivons. » Alors qu’Abdurrahman se confie à nos équipes, les enfants de la famille se regroupent dans le salon. La session peut commencer.

Les professionnels passent l’heure qui suit à sensibiliser Abdurrahman et ses frères et sœurs aux risques des armes explosives. Avant de quitter la maison, à la fin de la session, ils orientent le jeune homme vers des services de réadaptation dont il pourra bénéficier, au sein de sa région. Abdurrahman remercie les professionnels et conclue : « Cette séance d’éducation aux risques était utile, cela nous a permis de mieux comprendre quels sont les risques auxquels nous sommes exposés. Nous ferons certainement davantage attention maintenant, lors de nos mouvements au quotidien. »

Publié le : 16 août 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Des drones pour repérer les mines
© John Fardoulis / HI
Mines et autres armes

Des drones pour repérer les mines

À Faya-Largeau, dans le Nord du Tchad, Handicap International lance l’expérimentation de drones pour repérer la présence de mines et avoir une vision très précise du terrain : une révolution dans le monde du déminage. Xavier Depreytere, chez de projet, explique ces premiers essais.

Collecter les bombes laissées par les combats Mines et autres armes

Collecter les bombes laissées par les combats

Depuis novembre 2018, six experts de Handicap International sillonnent les rues de Tawarga pour collecter et détruire toutes les armes dangereuses laissées par le conflit libyen.

Une demi-tonne d’armes et de bombes détruites
© HI
Mines et autres armes

Une demi-tonne d’armes et de bombes détruites

Depuis novembre 2018, six spécialistes des armes de Handicap International ont collecté 150 engins explosifs dans les rues de Tawarga, au sud de Misrata en Libye. Simon Elmont, chef d'équipe, explique le travail de l’association sur place.