Go to main content

La vie des réfugiés birmans
en images

Accompagner les victimes de mines Appareiller et rééduquer Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre
Myanmar (Birmanie)

Depuis 1984, la Thaïlande accueille de nombreux réfugiés birmans. L’association fournit des prothèses aux victimes de mines antipersonnel et sensibilise au danger de ces armes. Découvrez un photoreportage dans les camps de réfugiés.

Une famille de réfugiés birmans en Thaïlande

© Till Mayer / Handicap International

Même si la situation a évolué en Birmanie, le nombre de réfugiés vivant dans les camps et les villages d’accueil le long de la frontière birmano-thaïlandaise et estimé à 130 000, n'a pas diminué. Dans les camps où intervient Handicap International, les conditions de vie sont très précaires. Ils doivent donc compter sur l'aide humanitaire, les personnes handicapées plus particulièrement encore. Ainsi depuis 1984, Handicap International leur fournit des appareillages et des services de rééducation. L’association assure également leur insertion sociale à travers la mise en place d’un réseau de services de base : soins de santé primaire, éducation, formation professionnelle.

De plus, de nombreuses mines et restes explosifs de guerre sont concentrés dans les villages frontaliers, sur les chemins du retour en Birmanie et dans les zones où les réfugiés sont susceptibles de venir se réinstaller. Handicap International éduquent le plus de réfugiés possible au danger des mines et restes explosifs de guerre afin d’éviter une augmentation du nombre de victimes de ces armes. 

Photos réalisées en mars 2015 © Till Mayer / Handicap International

Publié le : 3 juin 2015
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Restes explosifs : la protection de la population passe par l’éducation aux risques
© Benoit Almeras / HI
Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre

Restes explosifs : la protection de la population passe par l’éducation aux risques

De nombreux restes explosifs de guerre, hérités de dizaines d'années de conflits armés, polluent encore la région du Lac Tchad. Handicap International protège la population de ces restes explosifs grâce au marquage des zones dangereuses et à des séances d’éducation aux risques.

Nos actions en 2017 Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre Secourir les déplacés et/ou les réfugiés Secourir les victimes

Nos actions en 2017

Le voyage dans le passé de Gniep, une des premières bénéficiaires de HI
© France 3 - mars 2018
Appareiller et rééduquer

Le voyage dans le passé de Gniep, une des premières bénéficiaires de HI

Gniep Smoeun avait 10 ans lorsqu'elle a eu la jambe arrachée par une mine antipersonnel au Cambodge en plein conflit khmer rouge. Aujourd'hui infirmière à Rennes, elle a voulu retourner sur place avec sa fille et le médecin qui l'a sauvée, un certain Jean-Baptiste Richardier, cofondateur de Handicap International. Découvrez le reportage diffusé sur France 3 fin mars.