Go to main content

La sécurité routière, un enjeu de développement

Prévenir les handicaps

Handicap International participe à la Conférence internationale sur la sécurité routière qui se tient à Brasilia les 18 et 19 novembre.Les accidents de la route tuent 1,25 million de personnes par an dans le monde et en blessent 50 millions, selon le dernier rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Handicap International plaide pour une meilleure prise en compte des personnes vulnérables dans les politiques de sécurité routière.

Handicap International plaide pour une meilleure prise en compte des personnes vulnérables  dans les politiques de sécurité routière.

© Tim Dirven-Panos/Handicap International

Pour Handicap International, la question de la sécurité routière doit être abordée dès la définition des projets de routes, de transports ou d’infrastructures. Les victimes de la route et les usagers vulnérables, dont les personnes handicapées, sont à replacer au centre des décisions publiques. Les politiques de sécurité routière doivent répondre à leurs besoins, qui vont de la mobilité à l’accès aux services.
Car les personnes pauvres et vulnérables, y compris les personnes handicapées, sont les premières touchées par les accidents de la route : elles sont piétonnes ou utilisent des moyens de transports souvent moins sûrs que le reste de la population.

Un accident peut avoir des conséquences lourdes pour la victime, l’obligeant à des dépenses médicales, pouvant lui faire perdre son emploi et ses revenus, entraîner son exclusion sociale, etc. Le risque de tomber dans la pauvreté est réel.

L’absence de sécurité sur les routes est d’ailleurs l’un des principaux freins au développement, par le coût qu’il fait peser sur l’économie des pays (appauvrissement des familles, prise en charge des blessés, dégradation des infrastructures, etc.). Or, ce sont les pays du Sud qui paient le plus lourd tribut avec 90 % des victimes de la route dans le monde. Comme ce fut le cas pour Kanhara, une fillette cambodgienne, renversée à l'âge de 3 ans par un camion fou. Elle perdra dans l'accident un bras et une jambe.

Handicap International intervient dans sept pays sur les questions de sécurité routière, en soutenant les gouvernements dans la mise en place de politiques adéquates, en améliorant l’accès des victimes aux services de premiers secours et en sensibilisant la population aux comportements à risques.

Retrouvez le témoignage de Kanhara.

 

Publié le : 18 novembre 2015
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Santé de la mère et de l’enfant : de nombreuses complications liées à l’accouchement peuvent être évitées
© Kristof Vadino / Handicap International

Santé de la mère et de l’enfant : de nombreuses complications liées à l’accouchement peuvent être évitées

Plusieurs centaines de milliers de femmes meurent chaque année suite à des complications liées à la grossesse et à l’accouchement, et 99 % des décès ont lieu dans les pays en développement. Handicap International intervient dans plusieurs pays afin d’améliorer la santé des femmes, des mères et des enfants. Focus à l’occasion de la Journée internationale pour la santé des femmes, le 28 mai, et de la Journée de l'enfant africain le 16 juin.

La force de Kanhara
© Lucas Veuve / Handicap International

La force de Kanhara

Kanhara a 3 ans lorsque son destin bascule. Fauchée par un camion fou lors du banquet de noce de sa tante, la petite fille perd son bras et sa jambe. Restée sans soins spécifiques pendant presque cinq ans, elle est découverte par un agent social du Centre de réadaptation physique Handicap International à Kompong Cham. Elle vient de recevoir sa première prothèse. Depuis, Kanhara revit.

Des motos pour lutter contre la filariose lymphatique
© Till Mayer / Handicap International

Des motos pour lutter contre la filariose lymphatique

Handicap International intervient depuis 2007 à Madagascar pour endiguer cette maladie infectieuse invalidante et extrêmement douloureuse qui menace 85 % de la population insulaire. Un véritable enjeu de santé publique : pour atteindre les populations isolées, des équipes de l'association sillonnent à moto les zones les plus reculées de l'île.